Alain Soral, voyou antisémite vers la case prison, par Sarah Cattan

Alain Soral est l’essayiste-idéologue-voyou que l’on sait tous et il n’est pas question ici de nous infliger sa bio. Juste de s’étonner qu’à ce jour il ne soit pas encore embastillé.

Screenshot

Le mec a 60 ans. Balance ton Antisémite s’est intéressé à lui, nous rappelant ses principaux faits d’armes : son amitié avec Dieudonné, ses accointances avec le FN, son bébé, Égalité et Réconciliation, créé avec d’anciens membres du GUD, la liste antisioniste qu’il présenta aux élections européennes de 2009 : Soral, c’est ça aussi.

publicitÉ


Il n’aime pas qu’on le qualifie d’antisémite. Pour sa défense ? Pas grand-chose : il déclare à Mireille Dumas dans l’émission Vie privée, vie publique que, programmé pour être un monstre, lui échappera à cette fatalité. Hmmm. Non rien. Ses sœurs y sont bien arrivées. Pauvre Agnès. Pauvre Jeanne.

Soral ? La faute à Pivot !

En 1984 Alain Soral co-écrit un bouquin avec deux autres. Seul un des coauteurs, Hector Obalk, sera invité à Apostrophes: Soral en déduit qu’il a été manipulé par un Juif qui aurait tiré la couverture à lui. Il ajoute qu’à partir de ce jour-là, il étudia le Talmud, l’histoire du sionisme. Et là ? Que découvrit-il ? Que la trahison et la solidarité étaient au fondement de la culture juive. Quoi, Lecteur ? Essaie de comprendre. Si c’est pas ballot tout ça. Un presque accident quoi. Pire que la gastro. Un peu la faute à Pivot, en somme.

Réalise-t-il son premier court métrage ? Son producteur rapporte que ce qu’il croyait être de l’ironie était en fait du premier degré et Soral déclarera au sujet de l’échec de son film qu’il avait été massacré par les deux cliques qui tenaient ce milieu, les pédés et les Juifs. Des témoignages recueillis par Mathieu Molard et Robin d’Angelo, journalistes à StreetPress, disent que c’est de là que notre homme devint obsédé par les Juifs.

Screenshot

C’était parti. Il pourfend dans ses livres ce qu’il qualifie de communautarisme : Mouvements homosexuels ? Féministes ? Associations représentatives de la communauté juive ? Tout y passe dans un obscur gloubi boulga, résumé dans son œuvre Jusqu’où va-t-on descendre ?

C’est parti : il s’en prend à donf à la communauté parallèlement désignée par la revendication dieudonnesque et  le voilà, lui aussi, acharné contre cette communauté invisible surreprésentée dans le showbiz en termes de quotas.

Screenshot

Ça y est : Les 2 amis de la Fontaine, tombés d’accord sur le sujet de l’antisionisme et du lobby juif, s’entendent comme larrons en foire pour livrer un discours antisémite et complotiste. Les voilà d’ailleurs embarqués sur la liste Euro-Palestine aux élections européennes. A quoi ça tient tout de même.

JM Le Pen, cet homme facétieux et délicat

Son mouvement, Égalité et Réconciliation, il le présente comme un club de réflexion politique trans-courant se revendiquant de la figure tutélaire de Pierre-Joseph Proudhon.

  1. Il fonde sa propre structure, Culture pour tous.
  2. A la suite de son refus de l’inviter sur le plateau de son émission sur LCP, Frédéric Haziza, journaliste à Radio J et LCP, fait l’objet d’une violente campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux et même d’une pétition visant à son renvoi de LCP pour son incompétence, son tribalisme, sa partialité, sa totale agressivité et ses multiples provocations contre ceux qui ne sont pas d’accord avec lui.
  3. Soral et Dieudonné figurent parmi la centaine d’invités conviés à l’anniversaire de Jean-Marie Le Pen, en lequel Soral voit un homme facétieux et délicat.

    Screenshot

Des procès et du sursis

Mais Soral, c’est aussi une flopée de condamnations pour diffamation, injures raciales ou antisémites, incitation à la haine raciale, provocation à la haine, la discrimination ou la violence, apologie de crimes de guerre et contre l’humanité.

  1. Pour avoir dit dans Complément d’enquête sur France 2 que la formation qualifiante pour exister dans les médias aujourd’hui, c’était d’être sioniste, Soral est condamné en appel.
  2. Pour diffamation envers Bertrand Delanoë, après avoir porté à son encontre des accusations de pédophilie, Soral est condamné à des dommages et intérêts.
  3. La maison d’édition et Alain Soral sont condamnés et doivent retirer des ventes des ouvrages antisémites dont La France juive d’Édouard Drumont.
  4. Soral est condamné après plainte de l’UEJF pour une quenelle réalisée devant le mémorial de la Shoah à Berlin.
  5. Binti Bangoura, top model et chanteuse française d’origine africaine, dépose plainte contre lui pour injures raciales, menaces, harcèlement et envois réitérés de messages malveillants : ton destin c’est d’être une pute à Juifs, a-t-il dit à celle qui a refusé ses avances.
  6. Soral est condamné pour avoir qualifié Louis Aliot de con du mois, de suceur de sionistes, de saloperie et de crétin.
  7. Soral est condamné pour provocation à la haine, la discrimination ou la violence à l’égard du journaliste juif Frédéric Haziza et de la communauté juive.
  8. Condamnation pour diffamation publique en raison de l’orientation sexuelle à l’encontre de Pierre Bergé ou de Bertrand Delanoë, mais encore condamnation pour injures et injures antisémites à l’encontre du journaliste Frédéric Haziza.
  9. Condamnation pour avoir relayé un article d’Hicham Hamza, auteur du blog conspirationniste Panamza.com, à l’encontre de Caroline Fourest.
  10. Condamnation avec sursis pour apologie de crimes de guerre et contre l’humanité pour des propos visant Serge et Beate Klarsfeld.
  11. Soral est condamné, pour avoir publié sur son site, à la suite des attentats de Bruxelles, un dessin jugé négationniste, à trois mois de prison ferme pour contestation de crime contre l’humanité et injure raciale, pour avoir publié et mis en vente sur Égalité & Réconciliation une affiche jugée négationniste, diffamatoire et incitant à la haine envers les Juifs, mais encore pour avoir publié des caricatures antisémites Le jeu d’échec et Les cancrelats. La LICRA, l’UEJF, J’accuse, le MRAP et SOS Racisme sont parties civiles et les 4 témoins que fit citer le prévenu ne réussirent pas à adoucir la demande du Parquet qui requit à son encontre 1 an et 6 mois d’emprisonnement, dont 1 ferme, et 5 000 euros d’amende.

Une tribune politique offerte à Soral

Si ses amis évoquèrent du harcèlement teinté de persécution à son égard et si Al-Manar, chaîne de télévision libanaise en langue arabe appartenant au Hezbollah, consacra dans son édition du jour un long sujet au dit procès, Sacha Gozlan, président de l’UEJF, décrivit la séance comme l’une des plus éprouvantes qu’il eût jamais eu à vivre : les avocats étaient désignés comme des avocats juifs par Soral, le président du Tribunal et le ministère public accusés d’être à la solde de la communauté juive organisée et à chaque saillie de Soral un ricanement lugubre traversait la salle : Ce rire, je le connaissais bien. C’était celui d’activistes du GUD que je combattis il y a quelques années lorsque j’étudiais à Assas.

Screenshot

Sacha Gozlan décrivit un après-midi kafkaïen où se déversaient des monologues délirants sur le complot juif, et expliqua que la dangerosité de Soral résidait dans le fait qu’il se servait de ce procès comme d’une tribune politique : J’ai vu le visage de la haine, conclut-il, évoquant ce Céline du pauvre. Pour info, la décision sera rendue au 1er juin 2018.

Entre temps, Facebook et Instagram ont supprimé les comptes d’Alain Soral et d’Égalité et Réconciliation, que BTA a retrouvés sur VK. Imité en cela par Dieudonné.

Une girouette malfaisante

Que l’on parle de lui comme d’une pensée attrape-tout, d’une girouette idéologique, d’un enfumage idéologique, que l’on s’en remette au sociologue Philippe Corcuff qui résume ce qui sert de pensée à Alain Soral comme un amalgame d’extrême droite et de gauche, que Pierre Tevanian et l’universitaire Fatiha Kaoues concluent que Cette étrange synthèse entre un faux socialisme et un vrai nationalisme (…) porte un nom : fascisme, il n’en reste pas moins que celui qui s’est rendue à l’invitation d’une ONG dépendant du gouvernement de Bachar el-Assad en Syrie et annonça récemment, après avoir participé en compagnie de Dieudonné à Pyongyang à ce qui parut être une opération de propagande du régime, vouloir demander l’asile politique en Corée du Nord, est l’antisémite le plus libre de France, focalisé qu’il est sur une cible unique, Israël, et La Torah et son interprétation réalisée dans le Talmud, qui diviseraient l’humanité entre le peuple élu et les goyims, qui sommes en fait des animaux, dont le destin est de les servir.

Screenshot

La fête ne serait pas complète si ne s’ajoutaient pas à ce qui précède des références issues de l’antisémitisme islamique : son discours par exemple identifie bien sûr le sort des Palestiniens des territoires occupés à celui des goys.

Recadrons tout ça. Qui est Soral, outre l’antisémite que l’on sait : le politologue Hamdi Nabli le résume à un homme du XIXe siècle, aux idées venues d’un univers mental dépassé et résumées à un discours hyper-simpliste que caractérise un manque de nuances fatal à l’analyse géopolitique.

L’historien Emmanuel Kreis évoque sa logorrhée qui se contredit et Philippe Corcuff estime qu’il contribue à la désintellectualisation en cours du débat public.

C’est que tout le monde a toujours tort, sauf eux.

Que t’en semble, Lecteur ? L’intéressé va-t-il se prendre enfin une condamnation ferme, quand bien même il nous met en avant ses amis juifs Jacob Cohen et Gilad Atzmon. Ou bien va-t-on longtemps encore tolérer qu’en France un individu déclara impunément , lorsque Benoît XVI se rendit en Israël, que ce fut pour y lécher, conformément au rite de soumission mondialiste, la dalle de Yad Vashem et y abjurer un peu plus la religion du Christ, au profit de l’hérésie siono-shoatique, ou encore que s’y tienne ce type de propos :

Quand avec un Français, Juif sioniste, tu commences à dire “y a peut-être des problèmes qui viennent de chez vous. Vous avez peut-être fait quelques erreurs. Ce n’est pas systématiquement la faute de l’autre, totalement, si personne ne peut vous blairer partout où vous mettez les pieds.” Parce qu’en gros c’est à peu près ça leur histoire, tu vois. Ça fait quand même 2 500 ans, où chaque fois où ils mettent les pieds quelque part, au bout de cinquante ans ils se font dérouiller. Il faut se dire, c’est bizarre ! C’est que tout le monde a toujours tort, sauf eux. Le mec, il se met à aboyer, à hurler, à devenir dingue, tu vois. Tu ne peux pas dialoguer. C’est-à-dire, je pense, c’est qu’il y a une psychopathologie, tu vois, du judaïsme-sionisme qui confine à la maladie mentale.

Screenshot

Lui donnera-t-on raison, à celui qui affirme que la loi française , à défaut de le desservir, le sert parfois : ainsi, en 2009, lorsque, se réjouissant d’une décision de justice favorable à Bruno Gollnisch, il écrivit que puisque la loi française le permettait désormais sans risque de mise à mort judiciaire, économique et sociale, il répéterait avec le courageux Gollnisch que Sans remettre en cause les déportations ni les morts des camps nazis, le débat doit avoir lieu quant à savoir la façon dont les gens étaient morts.

L’impunité, ça suffit. Le jugement du 1er juin.

1er juin 2018. Celui pour qui l’ennemi est partout, le juif, les juifs, Israël, les sionistes, la Liste de Schindler, Freud, Rockefeller, Arthur, Woody Allen, qui répète que La banque est juive, la presse est juive, le destructeur de l’unité nationale est juif, qui s’exaspère que le souvenir de la Shoah fasse l’objet d’une mise en scène obscène destinée à neutraliser la critique du sionisme par la culpabilisation de ceux qui pourraient la porter et ainsi empêcher l’expression de la compassion pour les Palestiniens, celui-là qui évoquait en 2013 LA chambre à gaz d’Auschwitz, celle qui faisait, affirmait-il, 100 mètres carrés et dans laquelle, d’après lui, six millions étaient donc un chiffre impossible, sera-t-il incarcéré .

Ou bien le laissera-t-on encore dire, comme lors de ce meeting en 2014, que si on ne se révoltait pas, ici, ce serait bientôt Gaza. 

Screenshot

L’assassinat de trois enfants dans une école juive par Mohammed Merah résulte d’une opération conjointe franco-israélienne

Le laissera-t-on dresser des listes  de personnalités juives ou sionistes et déclarer que les révisionnistes étaient les prisonniers politiques de l’Occident contemporain, les chambres à gaz un dossier qui pue la merde et qui ne tient que par la terreur morale et judiciaire, que l’assassinat de trois enfants dans une école juive par Mohammed Merah résulte d’une opération conjointe franco-israélienne, dans le but de diaboliser les musulmans, commenter en ces termes la performance de Netta à l’Eurovision: La poule obèse glousse ses conneries féministes pendant que son pays de merde massacre du Palestinien, et qualifier Christine Angot de Juive hystérique sir le service public.

Le laissera-t-on tweeter que l’antisémitisme, on allait en bouffer tout le temps et partout ou encore que Les sépharades et leur impudeur, ça sent l’huile.

Sarah Cattan

Tagués avec : , , , , , , , , , , , ,
Publié dans antisémitisme
6 commentaires pour “Alain Soral, voyou antisémite vers la case prison, par Sarah Cattan
  1. Daniel dit :

    Ben…je sais pas. S’il s’avère qu’il a raison, je suppose qu’il faudra bien le laisser continuer à s’exprimer.
    En revanche, vous devriez enlever les références à Haziza de cet article, défendre ce type dessert votre crédibilité, d’autant que sa réputation de petit roquet agressif et irrespectueux avec les gens n’a pas attendu les attaques de Soral pour exister

  2. Nathan dit :

    Pour ceux qui doutent de la mauvaise foi de Soral c’est parlant, il dit 4,5 (et non 6) millions en deux ans dans 100m2. Le chiffre est repris des 4 millions des Russes concernant des soldats russes. Propagande. Il invente donc une thèse, personne n’a jamais prétendu ça, on utilise le chiffre allemand à la baisse de 1,5 millions en 3 ans, dans 4 chambres plus une et 4000, jusqu’à 9000 morts par jour.
    Il dit en plus qu’une porte vitrée dans la chambre aurait permis de s’échapper. Cette porte existe mais ils ont oublié une cloison, dans la reconstitution. Car il n’y a pas de chambre à gaz elles sont détruites. Mais bien identifiables.
    Pour ceux qui doutent, je leur conseille de chercher les réponses à leurs questions avant de critiquer une version officielle, qui n’est que le consensus de tous les historiens et chercheurs, sans quoi vous méprisez les victimes. C’est incroyable mais vrai et c’est justement pour cela qu’on doit le transmettre.

  3. Matrix dit :

    La question qui me vient tout de suite à l’esprit : pourquoi Houria Bouteldja et les indigènes de la République n’ont-elles jamais été condamnées ? Ce ne sont pourtant pas les motifs qui manquent : incitation à la haine raciale, incitation à la haine antisémite, apologie du terrorisme…En 2016, une indigène de la République avait même félicité sur Twitter les auteurs palestiniens d’un attentat ayant tué plusieurs civils israéliens. Et pourtant aucune condamnation ! Donc la question doit être posée : qui protège le PIR ?

  4. Yossef PERES dit :

    Bonjour,
    es-ce que cette vidéo est un montage faux ?

    • André dit :

      On s’en tape de ces excités à papillotes. Ils ne représentent que leur propre délire et certainement pas l’État d’Israël, ni les juifs, ni le judaïsme (et mêmes les judaïsmes) à eux seuls.

  5. André dit :

    « Sans remettre en cause les déportations ni les morts des camps nazis, le débat doit avoir lieu quant à savoir la façon dont les gens étaient morts. »
    ———–

    La bonne blague, comme si ça n’avait jamais eu lieu ! Va dans une bibliothèque ducon et tu trouvera mille livres sur le sujet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter