Francis Szpiner : « La position du parquet général dans l’affaire Sarah Halimi est juste hallucinante »

Rassemblement contre l’antisémitisme à Paris, le 19 février 2019. (Laure Boyer / Hans Lucas)
Rassemblement contre l’antisémitisme à Paris, le 19 février 2019. (Laure Boyer / Hans Lucas)

Le meurtrier de la sexagénaire juive Sarah Halimi sera-t-il jugé ? Le parquet général s’y oppose. Il considère que l’accusé était irresponsable pénalement au moment des faits. Alors que la cour d’appel de Paris rendra le 19 décembre sa décision sur la tenue d’un éventuel procès, Francis Szpiner, l’avocat des enfants de Sarah Halimi, dénonce la position du ministère public dans une interview à « l’Obs ».

Quel est l’enjeu de la décision que doit rendre la cour d’appel de Paris le 19 décembre ?

Le 4 avril 2017, Kobili Traoré a tué Sarah Halimi. Il a reconnu les faits. Il n’y a aucun doute sur sa culpabilité. Mais, en France, on ne juge pas les fous. Toute la question est donc de savoir si monsieur Traoré au moment où il a massacré à coups de poing et de pied Sarah Halimi, puis quand il l’a défenestrée du troisième étage, était ou non responsable de ses actes. Son comportement a-t-il été simplement altéré par une prise massive de cannabis ou a-t-il été complètement aboli ? Si tel était le cas, alors monsieur Traoré échapperait à un procès.

Pour se prononcer, les magistrats ont entendu plusieurs experts. Le premier, le professeur Daniel Zagury, a examiné cinq fois Kobili Traoré. Il a estimé qu’il avait été atteint d’une bouffée délirante aiguë au moment du passage à l’acte. En conséquence, le psychiatre considère que le comportement du meurtrier a été altéré. Pour autant, il rejette l’idée d’une abolition. Pourquoi ? Parce que, toujours selon Daniel Zagury, monsieur Traoré a volontairement consommé des substances toxiques. Il en connaissait les risques et les effets. Début 2017, il a même changé de fournisseur pour obtenir une résine de cannabis davantage concentrée. Or la prise volontaire d’un produit illicite entraîne votre responsabilité pénale.

Mais d’autres experts ne partagent pas la même opinion ?

C’est exact. Un deuxième collège d’experts, enfin si on peut les qualifier véritablement d’experts (puisqu’ils avaient d’abord diagnostiqué à tort Traoré comme schizophrène…), avance un argument qui me laisse pantois. A les entendre, la consommation de haschisch en France se serait tellement banalisée, que Traoré ignorait que sa consommation puisse le mettre dans un tel état. Sa responsabilité pénale ne peut donc être retenue. Enfin, un troisième collège d’experts, sans vraiment se justifier, partage aussi l’idée que le comportement de Traoré a été aboli.

C’est également l’avis du parquet général. Cette position vous surprend-elle ?

Elle est juste hallucinante. Le parquet général, au lieu de constater la divergence entre experts et de renvoyer le débat devant le juge naturel – c’est-à-dire la cour d’assises –, soutient, lui aussi, qu’il y a eu une abolition complète du comportement.

Si la cour suit ces réquisitions, quelles en seront les conséquences ?

Monsieur Traoré ne sera jamais jugé. Il sera interné, mais pendant combien de temps ? Probablement durant une très courte période. Daniel Zagury l’a bien expliqué devant la cour d’appel : « Si je le reçois dans mon service, a-t-il dit aux magistrats, je l’autoriserais à sortir très vite. En effet, aujourd’hui, c’est un individu parfaitement normal. Il ne suit pas de soin, il n’est pas malade, il ne prend pas de médicament, il n’est atteint d’aucune pathologie mentale. »

Le meurtrier de Sarah Halimi peut donc se retrouver en liberté dans quelques mois ?

Absolument ! Et cette affaire risque de faire jurisprudence. Il suffira dorénavant d’invoquer l’ignorance des effets de la consommation d’une drogue illicite pour se voir déclarer irresponsable. Alors que lorsque vous absorbez de l’alcool et que vous commettez un délit ou un crime, dans la plupart des cas, les juges considèrent cela comme une circonstance aggravante. Si on avance dans cette voie, il y aura une profonde rupture en droit pénal, et en matière d’ordre public. Et puis, je ne peux m’empêcher de me poser une question : si monsieur Traoré, au lieu de massacrer madame Halimi sur son balcon en criant « Allah Akbar », avait pris une voiture puis avait foncé délibérément sur un groupe d’enfants, et en avait tué deux ou trois, est-ce que les mêmes magistrats demanderaient qu’on ne le renvoie pas devant la cour d’assises ?

Pourquoi cette interrogation ? Est-ce que le caractère sensible de cette affaire et notamment la question de l’antisémitisme ont pu jouer un rôle ?

Ecoutez, je ne veux pas faire de procès d’intention à madame l’avocat général, elle a droit comme tout le monde à la présomption d’innocence. Cela dit – même si, à ses yeux, le comportement de Traoré a été aboli –, elle n’en considère pas moins que le meurtre a bien été commis avec la circonstance aggravante de l’antisémitisme.

Est-il possible d’avoir une bouffée délirante aiguë et de commettre un acte antisémite ?

Bien sûr ! D’ailleurs le récit que fait Traoré de son crime montre qu’il a conscience de la religion de Sarah Halimi, qu’il connaissait auparavant. Lorsqu’il crie « Allah Akbar, j’ai tué le démon ! », il s’agit bien d’une référence au caractère démoniaque que certains islamistes prêtent à la religion juive. Il n’y a pas de discussion pour moi.

Est-ce que l’on sait comment est né l’antisémitisme de Traoré ?

C’est une question sur laquelle il est peu disert. Ce que l’on sait, c’est que même s’il était trafiquant et consommateur de haschich, il fréquentait ces derniers temps une mosquée. Nous sommes donc face à une forme d’antisémitisme répandue dans certains quartiers, où le juif c’est celui qui a de la thune, le sioniste qu’il faut abattre. Depuis l’affaire Ilan Halimi, jusqu’aux frères Kouachi, on constate la même évolution et le même climat qui s’aggravent d’année en année avec une forme de déni. Et ce déni est d’autant plus lourd que cet antisémitisme se répand au sein d’une population victime elle-même de discrimination et de racisme. Cela gêne considérablement une frange de la gauche et de l’extrême gauche. Si au lieu d’avoir été tuée par monsieur Traoré au cri d’« Allah Akbar », Sarah Halimi avait été assassinée par un skinhead au cri d’« Heil Hitler », l’émotion aurait sans doute été beaucoup plus grande. La vérité, c’est que, pour beaucoup de gens, quand l’antisémitisme est le fait de l’extrême droite, il est légitime de le combattre. Mais quand l’antisémitisme est le fait de personnes issues de l’immigration et bien, à ce moment-là, un silence gêné entoure l’affaire. Voilà la réalité. Aujourd’hui, la dénonciation de l’antisémitisme est devenue malheureusement l’affaire des juifs, et uniquement d’eux, alors que ce combat devrait être celui de toute la République, de tout le pays.

Source: L’Obs. Matthieu Aron. 12 décembre 2019

Publié dans justice
11 commentaires pour “Francis Szpiner : « La position du parquet général dans l’affaire Sarah Halimi est juste hallucinante »
  1. Nelson Melody dit :

    Sauf que précisément au sein de cette population victimisée existe une nouvelle extrême droite, LA nouvelle extrême droite : la mouvance indigéniste. Tant que cela n’aura pas été compris…

  2. Alimenta dit :

    A la question posée par l’article : « est-il possible d’avoir une bouffée délirante aiguë et de commettre un acte antisémite ? » la réponse est : c’est non seulement possible mais logique.

    Un acte antisémite devrait être PAR DEFINITION considéré comme le fruit d’une « bouffée délirante aiguë » puisque rien dans la « raison » ne le justifie.

    De là à lui trouver des circonstances atténuantes psychiatriques, c’est encore autre chose. CAR.

    Si au volant de ma voiture sous l’emprise de cannabis je renverse un piéton sur un passage « clouté » cette emprise me serait considérée comme circonstance aggravante.
    MAIS si sous l’emprise de cannabis je jette Sarah Halimi du balcon après l’avoir torturé cette emprise me serait considérée comme circonstance atténuante.

    Va comprendre.

  3. Robert dit :

    Merci pour cette remarquable analyse. La dénonciation de l’antisémitisme reste, malgré les circonstances actuelles, l’affaire des juifs, mais aussi celle de leurs amis non juifs conscients qu’ils sont eux aussi concernés par ce combat qui devrait être celui de la République et du pays. Malheureusement sur ce dernier point l’affaire n’est pas gagnée.

  4. Nelson Melody dit :

    Notre société nauséabonde préfère s’acharner sur Polanski que sur des criminels racistes comme Kobili Traoré. Il y aura un avant et après l’affaire Sarah Halimi et une ou deux autres du même genre. Je pense qu’il s’agit réellement d’un tournant dans notre histoire, dans le PIR sens du terme.

    • Robert dit :

      Une fois n’est pas coutume, je vais faire preuve d’un peu d’optimisme. A propos de Polanski et de son film Dreyfus, je constate que beaucoup de personnes ne sont pas tombées dans le panneau de la manipulation islamogauchiste et sont allées voir le film malgré la propagande effrénée déclenchée la veille de sa sortie. Encore raté pour ceux qui ont tenté de noyer le poisson !

      • Nelson Melody dit :

        Oui parce qu’une partie du public est beaucoup moins bête et beaucoup plus mature que les médias mainstream et la classe politique (souvent très en retard sur une partie de la société).

  5. Paul Leslie dit :

    Pourquoi omettre dans cet article la mention de faits incontestables, qui démontrent la lucidité de l’assassin – la tentative de faire croire, en criant à direction des personnes rassemblées dans la cour, que madame Halimi était sur le point de se suicider et la décision qu’il avait prise de choisir le meilleur moyen de pénétrer dans l’appartement de sa victime.

    « Ecoutez, je ne veux pas faire de procès d’intention à madame l’avocat général, elle a droit comme tout le monde à la présomption d’innocence ».

    La décision de procéder à un procès criminel (hélas de moins en moins probable!) ne porte nullement atteinte au principe de la présomption d’innocence, à condition de n’imposer aucune restriction abusive a l’avocat/l’avocate de la défense.

    En revanche, le refus de tenir compte des preuves de lucidité qui rendent plus que douteuses les (pseudo-)expertises risque bien de rendre possible un déni de justice monstrueux.

    Je ne crois pas qu’une indulgence excessive envers ceux et celles qui sont déterminés à dénier la justice à Sarah Halimi et à sa famille constitue une stratégie utile.

    • Fernandez Murielle dit :

      La théorie de la bouffée délirante ne tient pas car elle sous entend une action basée sur un instinct spontané et non une action préméditée et réfléchie.
      Il n’est pas sorti dans la rue pour s’en prendre à la première personne qui passait par là !
      Non
      Il est monté à l’étage de Sarah Halimi. Il a toqué à la porte de chez son voisin de balcon qu’il connaissait de vue, il est entré, a traversé l’appartement, ouvert la fenêtre puis escalader le balcon pour atterrir sur celui de Sarah, il a ouvert la fenêtre pour s’introduire chez elle ! Et la massacrer avant de l’achever en la défenestrant.
      Il y a une bonne vingtaine de femmes seules dans cette résidence : il n’est pas aller chez une autre …. ? Pourquoi ?
      Tous ces actes sont le résultat d’une suite de pensées logique. Il a fait exactement ce qu’il avait planifié de faire. C’est incontestable.

  6. georges lubek dit :

    Une fois de plus il faut déplorer que ” la notion de justice ” échappe complètement à ceux qui prétendent la représenter parmi les hommes
    et qui en réalité ne font des études à la faculté de droits,
    que dans l’espoir non pas de rendre justice,
    mais dans le seul but de se voir accorder le pouvoir d’exercer un métier particulièrement lucratif, le monde de la justice ayant pour réputation d’être ,
    celui “des affaires” .
    et comme tous les métiers ne peuvent se pérenniser qu’au travers une clientèle qui leurs soient fidèles et au demeurant dont le portefeuille de cette dernière va en augmentant il s’avère que ces pseudo-représentants de la justice n’ont pour clientèle solvable que les coupables ,qui sont potentiellement jugeables .Il est évident que le coupable restant vivant ne pourra jamais réparer les dégâts qu’il a commis sur sa victime dès l’instant ou il lui a infligé la mort ….!!!
    Quelle piètre justice que celle qui propose de réparer un délit par le redressement coupable qu’est le tordu au lieu de rendre comme verdict le contraire à savoir acquitter la victime des tords dus sur sa personne par le coupable …!!!!
    Dyouri Kebul
    Le 13/12/2019

  7. Jack in the Box dit :

    Si la voisine avait ètè musulman et que son regard s’ètait porté sur un verset,à la place du chandelier. Kobili Traorè l’aurait-il dèfenestrè???

  8. Myriam dit :

    En fait, je pense de plus en plus que c’est pour éviter un procès que cette décision aberrante a été prise car des questions dérangeantes auxquelles devraient répondre les protagonistes : notamment les forces de l’ordre restées l’arme au poing alors que la pauvre femme se faisait massacrer pendant 40 mn! Comment peuvent-ils expliquer cette non assistance à personne en danger ? Comment le ministre de l’intérieur de l’époque peut il se regarder dans la glace ? On était en période électorale et c’était le black-out il ne fallait surtout pas donner des voix à Marine etc etc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici