Liliane Messika. Iran, Canada, Australie… La bêtise n’empêche pas les fanatiques d’être dangereux

Liliane Messika

Ça fait froid dans le dos et ce n’est pas l’hiver, qu’est-ce que c’est ? 

C’est un imam canadien. Il s’appelle Sheikh Younus Kahtrada. Dans un sermon prononcé le vendredi 30 décembre 2022 à la Muslim Youth Victoria, il n’y est pas allé avec le dos de l’euphémisme : il a expliqué à ses fidèles que les non-musulmans, qu’ils soient chrétiens, juifs, athées ou autres, sont les ennemis d’Allah et donc des musulmans. 

« Je veux que nos enfants le comprennent bien… Ô Allah, donne la force à l’islam et aux musulmans, humilie les infidèles et les polythéistes, détruis les ennemis de [notre] religion, et anéantis les hérétiques et les athées ![1] »

Ce n’est qu’un sermon, sourions !

C’est un sermon, oui, un parmi d’autres du même acabit, que les pays occidentaux négligent, préoccupés qu’ils sont de l’apparence de vivre ensemble et de tolérance à la sauce woke, c’est-à-dire privilégiant l’Autre plutôt que leur joue droite. 

Cette tolérance s’accompagne, de la part du citoyen moyen, d’un léger mépris inconscient, qui le pousse au symétrologisme[2] : dans la Bible aussi, il y a des passages guerriers, les menaces nucléaires iraniennes ne sont que rodomontades… 

Mein Kampf avait été considéré comme un ramassis de délires agressifs, mais son auteur les a mis en œuvre en suivant son programme à la lettre.

Les actes ? Les faits ? Charlie ? L’Hyper Casher ? Le Bataclan ? Le 14 juillet niçois ?

Les chiffres : entre 1979 et mai 2021 au moins 48 035 attentats islamistes ont eu lieu dans le monde, qui ont provoqué la mort d’au moins 210 138 personnes[3].

Cela a donné l’occasion aux Français bien-pensants de hausser 48 035 fois les épaules en soupirant  « encore un fou en liberté »

Sermonnez, sermonnez, il en restera toujours quelque chose

D’après Le Monde, les convertis (que le vespéral de référence estime entre 70 000 et 110 000), représentaient le quart du millier de djihadistes français répertoriés en 2015[4].

Il est vrai que les convertis, dans quelque religion que ce soit, sont souvent plus royalistes que le prophète. Doit-on les comptabiliser avec les fous en liberté, avec la chair à canon manipulée par des idéologues, ou avec les dogmatiques dangereux ? 

D’autres que la France devrait se poser la question : Firas Al-Najim, militant canadien pro-mollah de l’association CD4HR, était parmi les endeuillés qui ont pleuré Qassem Soleimani, commandant de la force al-Qods des Gardiens de la révolution iraniens, et Abu Mahdi Al-Muhandis, un moins gradé tout aussi létal, à l’occasion du troisième anniversaire de leur mort. « Nous sommes tous Qassem Soleimani ! » et « Mort à l’Amérique ! », ont scandé les manifestants devant le consulat des États-Unis à Toronto, le 2 janvier 2023, saluant ces héros qui « ont lutté pour la paix dans le monde et qu’on a calomniés et traités de terroristes[5] ».

La convergence des haineux

La République Islamique d’Iran est mono-chiite, mais elle est moins exclusive pour ses idiots utiles, qu’elle ramasse à la pelle dans les caniveaux. C’est ainsi qu’elle s’est assurée la complicité d’un écrivain américain catholique, Michael Jones, mangeur de Juifs à tous les râteliers. L’Iran procure à ce médiocre une renommée locale et des droits d’auteur inespérés.

Dans une interview diffusée les 1er et 2 janvier 2023 sur la 4ème chaîne iranienne, il a livré ses analyses politiques. 

Intelligent n’est pas le mot qui vient spontanément à l’esprit : le problème le plus « fondamental » de la politique américaine est, à ses yeux, le « contrôle des juifs » sur le gouvernement et la politique étrangère, qui explique tout et son contraire. Ainsi, c’est à cause de « L’esprit révolutionnaire juif » du secrétaire d’État américain Antony Blinken et de la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland que les États-Unis ont « provoqué la guerre en Ukraine ». « L’avortement est un sacrement juif … Or, « avec l’effondrement du droit de naissance, c’est la fin d’un pays, c’est la fin de la main-d’œuvre, c’est la fin du monde pour votre peuple[6] ».

À l’autre extrémité de l’éventail du talent, Shakespeare avait noté que « Misery acquaints a man with strange bedfellows », ce que Molière eût pu traduire par « la misère fait coucher l’homme avec d’étranges partenaires. » 

La haine aussi.

Le résultat est terrible. Pas dans le sens érotique, seulement étymologique.

© Liliane Messika

Essayiste, conférencière, traductrice, Liliane Messika est auteur de plus de 30 ouvrages, dont plusieurs sur les conflits du Moyen-OrientÉcrivain. Liliane Messika est membre du comité de rédaction de Menora.info.


[1] Vidéo sous-titrée par www.memri.org/tv/canadian-imam-kathrada-non-muslims-are-our-enemies-children-must-understand-this

[2] Doctrine définie par le gourou Jean-Pierre Chemla comme la volonté de ne jamais choisir entre deux options, car tout est égal à tout.

[3] https://www.fondapol.org/etude/les-attentats-islamistes-dans-le-monde-1979-2021/

[4] https://www.lemonde.fr/religions/article/2015/08/18/convertis-a-l-islam-une-realite-diverse-et-ancienne_4728591_1653130.html

[5] www.memri.org/tv/toronto-vigil-usa-consulate-honoring-soleimani-acitivist-najim-world-peace-death-america

[6] www.memri.org/tv/american-writer-michael-jones-iranian-interview-jews-enemy-human-race-control-america

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

3 Comments

  1. Pas une seule allusion au tsunami de haine BLM et à ses répliques en Europe…
    J’aime bien l’expression “tolérance à la sauce woke”…C’est comme si on disait “tolérance à la sauce Hitlerienne”, “tendresse à la sauce Dutroux”, “amour à la sauce Daesch”…Toujours et encore le déni.

  2. ils affrontent par le discours direct , sans ambages ; les ennemis en face sont tétanisés parce qu’ils sont surpris par un tel culot et sont incapables de réagir , ne réagissent pas en utilisant le mot ” democratie ” comme prétexte .
    et ça , ils le savent .
    ils = islamistes ; ennemis = états démocratiques .
    ils utilisent la démocratie pour prendre le pouvoir et quand ils l’auront ils le transformeront en pouvoir de dieu qui ne peut se gaganer que par la volonté de dieu qui , diront-ils , est de leur côté .

  3. Totalement en ligne avec vous Madame. Cela fait longtemps que la France (même l’Europe d’ailleurs) a baissé les bras et se laisse doucement et béatement envahir. L’européen invite son ennemi à sa table en s’excusant. L’arme de la démocratie et des droits de l’homme se retourne contre lui. Je crains que cela soit trop tard et je pense aux prochaines générations qui nous regarderont probablement comme des collaborationnistes.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*