René Seror. Asile Immigration: une Loi qui rétrécit chaque jour

Alors que tous les regards étaient tournés vers le Qatar, Gérald Darmanin depuis Alger annonçait que la France, qui avait réduit de moitié le nombre de visas octroyés aux ressortissants algériens, allait rétablir des relations consulaires normales avec ce pays. 
Idem pour la Tunisie et le Maroc. 

Qu’est-ce qu justifie de rouvrir le robinet des visas avec le Maghreb?
On a beau étudier de près les déclarations de Gérald Darmanin, on ne trouve pas l’ombre d’une explication. 

Ces pays se sont-ils engagés à reprendre plus de clandestins?
Rappelons que c’est parce qu’ils refusaient de le faire que la France avait réduit le nombre de visas. 
Ça ne peut pas être l’explication,  car si c’était le cas, la France s’en vanterait. 

Pour justifier le retour des visas, l’entourage du ministre évoque  “une certaine amélioration” du taux d’exécution des OQTF. 
Il faut dire qu’on part de si bas qu’il y a de la marge. 
Soyons sérieux!
Ce “petit mieux” nullement prouvé justifie-t-il qu’on multiplie par 2 le nombre de visas accordés à ces pays?
Sachant qu’ils sont déjà plus de 150.000, qu’ils constituent une source non négligeable de l’immigration clandestine, c’est loin de calmer les critiques de la droite et du RN et ce ne sera pas facile, de vendre l’idée à l’opinion. 

Aussi, pour afficher sa fermeté, l’Exécutif se cache derrière la loi “ASILE IMMIGRATION” qui doit être présentée en janvier.  
A priori ce texte devrait rassurer l’opinion. 
Rien n’est moins sûr. 
Car plus le temps passe et plus on s’éloigne de l’intention initiale pour aller vers une mouture “équilibrée”.
On est arrivé  à ce jour à une version dont le point central n’est plus l’expulsion  des clandestins, mais leur régularisation quand ils occupent un métier. 
Ces clandestins régularisés  pourront d’ici quelques mois faire venir leur famille. 
Bien sûr, leur exemple inspirera d’autres candidats. 

Alors que la France ne manque pas de main-d’oeuvre non-qualifiée et non-employée sur son territoire. 
Soulignons que le taux de chômage des étrangers est 2 fois plus important que celui des Français. 
Peut-on parler de fermeté dans ces conditions?

Alors pourquoi Gérald Darmanin se prête-t-il à ce simulacre avec l’Algérie?

il n’aura échappé à personne que ce n’est pas lui, le patron. 
Le rétablissement des visas a été discuté par Macron, pour des raisons où sécurité et approvisionnement en gaz sont forcément pour quelque chose. 
Comme avait si bien dit Jean-Pierre Chevenement: “Un ministre,  ça ferme sa gueule ou ça démissionne”.
Étant donner que Darmanin pense à la suite, il se verrait bien installé à la place du boss. 
Entre-temps, la France sera envahie, mais ça ne gêne personne.
© René Seror

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*