Renée Fregosi. Le propalestinisme, cette passion de la gauche française

Abdelhakim Sefrioui, le leader du collectif pro-Palestine “Cheikh Yassine”, interpellé par la gendarmerie à Paris en 2012 © Miguel Medina/ AFP

L’essor du propalestinisme

Le propalestinisme est l’engagement inconditionnel en faveur de la « cause palestinienne ». Caractérisée à la fois par sa tonalité islamiste et sa dimension « révolutionnaire », la cause palestinienne est la conséquence logique de l’invention du « peuple palestinien », vraisemblablement par le KGB, les services secrets soviétiques. Ces derniers ont parrainé l’OLP en 1964 dans le but de détruire l’État d’Israël, chasser les Juifs du Moyen Orient et affaiblir les Etats Unis. Pour ce faire, une rhétorique victimaire a été diffusée dans la région et bien au-delà, qui a fini par mobiliser de nombreux soutiens tant militants qu’institutionnels (Union Européenne, ONU…).

L’engagement propalestiniste a donc germé à gauche dès les années 60-70, mais il ne s’est développé que lentement dans la mesure où il a toujours marché de pair avec une conception révolutionnaire du changement social. Aujourd’hui, avec le retour en force de la « violence révolutionnaire » et l’effondrement de la gauche démocratique, le propalestinisme constitue l’ultime mythe mobilisateur de l’eschatologie messianique révolutionnaire dont l’islamo-gauchisme est la matrice.

A partir des années 2000, cet islamo-gauchisme va en effet commencer à s’affirmer à travers la chaîne d’équivalences (selon l’expression d’Ernesto Laclau) entre Palestiniens, Arabes, immigrés, migrants, musulmans, militants islamistes, ex-colonisés, néo-colonisés, nouveaux « damnés de la terre ». On a vu ainsi se mettre en mouvement une circulation du signifiant (selon l’expression de Jacques Lacan) « sujet révolutionnaire » réactivant le processus des religions séculières et entrant en congruence avec la dynamique politique de l’intégrisme musulman.

La rupture avec le sionisme de la SFIO

Tout au long de son histoire, le Parti Socialiste (PS) a été mis au défi par les « révolutionnaires » qui cherchaient à imposer une conception mystique autoritaire de la transformation sociale. Bien que minoritaire en interne lors du Congrès de Tours, la fraction qui avait résisté au bolchevisme a été choisie majoritairement par l’électorat de gauche lors des élections de 1936. C’est ainsi que Léon Blum a été en position de présider le gouvernement du Front populaire et d’y mettre en pratique sa théorie de l’exercice du pouvoir contre l’option de la prise révolutionnaire du pouvoir.

C’est également dans une opposition frontale avec le Parti communiste et l’URSS de la guerre froide que Guy Mollet a conduit le gouvernement du Front républicain en 1956 et s’est inscrit dans une continuité affirmée avec les réformes sociales de 1936. Sous la présidence de ces deux leaders, le PS a également adopté une ligne de soutien que l’on peut qualifier de sioniste au mouvement juif mondial puis à l’État d’Israël. Léon Blum déclarait en 1925 « qu’un socialiste ne peut qu’espérer de beaux fruits de la renaissance d’une culture juive », puis à partir de 1946, passant d’un sionisme philanthropique à un sionisme politique (selon l’expression de Pierre Birnbaum[1]), il défendra de toutes ses forces la création de l’État d’Israël et obtiendra de la France un vote favorable à l’ONU et une reconnaissance relativement précoce.

En 1956, Guy Mollet déclarait au moment de la crise de Suez dans laquelle il avait engagé courageusement la France : « Nous connaissons bien le peuple d’Israël. Nous savons son courage et sa résolution, le courage avec lequel, jour après jour, les Israéliens s’attachent à la mise en valeur d’un sol difficile, le courage avec lequel, environnés de populations hostiles, ils maintiennent l’intégrité de leur territoire. Nous savons leur attachement aux droits de l’homme et aux principes fondamentaux de la démocratie, principes dont, plus que personne peut-être, ils savent le prix réel. Nous savons, enfin, les provocations auxquelles Israël est soumis de la part de certains pays arabes. Nous savons que ces pays – je dis bien : certains d’entre eux – agissent de plus en plus à l’instigation de l’Égypte et qu’ils affichent ouvertement leur volonté de rayer un jour Israël de la carte[2] ».

L’incubateur des années 80-90

Face au soutien de l’État d’Israël par les socialistes, les communistes, alignés sur Moscou,  soutenaient eux, les pays arabes. La guerre d’Algérie a même posé les fondements du premier islamo-gauchisme à travers le soutien au FLN. La SFIO s’est alors trouvée attaquée à la fois par le PC et par de nouvelles forces qui se développaient à gauche autour de l’UNEF et du PSU d’une part, mais aussi au sein de la nébuleuse trotskiste. Plus tard, l’entrée au PS mitterrandiste de nombreux représentants de ces trois mouvements (communiste, nouvelle gauche et trotskiste) a renforcé la pression en faveur du virage pro-palestiniste du Parti. 

Á partir du milieu des années 70, une lente dérive propalestinienne s’amorce tant au PS français qu’au sein de l’Internationale socialiste[3]. Si bien que dans les années 1980, le soutien à Israël est devenu des plus ambigus. C’est en effet au cours de ces années 80-90, années du mitterrandisme, de SOS racisme, de l’engouement pour la révolution islamique d’Iran et de l’abandon du combat laïque, que la nouvelle orthodoxie a commencé de s’emparer de la gauche.

Le journal Le Monde, reflet de l’évolution propalestiniste à gauche 

Le journal Le Monde, et la plupart des médias « de gauche », ont bien sûr accompagné ce mouvement. La détestation d’Israël se manifeste ainsi sous les quatre types principaux du discours devenu majoritaire à gauche :

  1. Une partialité systématique au détriment d’Israël dans le compte-rendu des affrontements qui opposent les Israéliens aux Palestiniens. Ainsi, le 17 juin 2022, le corps de l’article énonce un fait objectif – « Depuis le mois de mars, dix-neuf personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors d’attaques en Israël et en Cisjordanie, perpétrées par des Palestiniens et des Arabes israéliens depuis la fin de mars» – tandis que le titre et le sous-titre sont : « Trois Palestiniens tués en Cisjordanie dans une opération de l’armée israélienne » et « Multiplication des opérations israéliennes ».
  2. Une délégitimation d’Israël par l’usage du terme apartheid. Ainsi, entre juin et août 2022, la thématique revient au moins trois fois : « Dès 2008-2009, au regard du droit international, nous avons conclu que la nature du régime qu’on nous imposait allait au-delà de la simple occupation : c’est un apartheid et un régime colonial » déclare le directeur d’une ONG palestinienne dans un long entretien complaisant. Un peu plus tard, les journalistes Benjamin Barthe et Abel Mestre se font un plaisir de placer « apartheid » dans un titre : « Régime d’apartheid » : l’accusation lancée contre Israël par des ONG des droits de l’homme rebondit sur les bancs de l’Assemblée nationale ». Quant à Louis Imbert, à propos des élections israéliennes, il affirme : « Lundi, M. Bennett a expliqué que sa coalition avait perdu les moyens de renouveler une série de lois qui entretiennent dans les territoires de Cisjordanie un régime d’apartheid, soumettant les Palestiniens à une occupation militaire… ».
  3. Une analogie est systématiquement établie entre le sort fait aux Juifs sous le nazisme et celui des Palestiniens en Israël. Shoah, colonisation, esclavage sont mis en équivalence comme autant de « crimes contre l’humanité ». En mai 2022, Louis Imbert a estimé ainsi qu’une décision de la Haute Cour de justice d’Israël avait légalisé des transferts de population qui seraient « définis comme un crime contre l’humanité par le Statut de Rome ».
  4. Récemment, la guerre en Ukraine a fait émerger l’idée d’un « privilège juif », dérivé du « privilège blanc » utilisé par les indigénistes.  De mars à mai 2022 par exemple, on dénombre au moins trois articles estimant que « Si le combat des Ukrainiens bénéficie d’un large soutien international, celui offert aux Palestiniens luttant contre l’occupation est bien chiche » (selon les mots de Rony Brauman). Par ailleurs, la correspondante du journal, Clothilde Mraffko, reprend semble-t-il à son compte les propos d’un Palestinien estimant que « Les Européens, en traitant Israël comme une exception, l’ont encouragé à continuer ses violations ».

Une spécificité française

La nouvelle radicalité de gauche qui s’exprime à travers un propalestinisme virulemment anti-Israël se retrouve dans tous les pays occidentaux des États-Unis à l’Europe, en passant par l’Amérique latine. La gauche intellectuelle israélienne n’est pas épargnée non plus. Au demeurant, la France est particulièrement touchée et cela pour au moins quatre raisons historico-culturelles qui lui sont spécifiques :

  1. La question coloniale : difficulté à décoloniser et à garder de bonnes relations après la décolonisation. La guerre d’Algérie constituant l’abcès de fixation le plus le grave et le plus emblématique
  2. L’immigration massive en provenance des anciennes colonies, notamment du Maghreb et tout particulièrement de l’Algérie
  3. La place singulière des intellectuels « engagés » et leur fâcheuse tendance à pratiquer l’intransigeance inquisitoriale
  4. Enfin c’est en France que la ligne de fracture entre d’une part le socialisme démocratique, républicain, réformiste et traditionnellement sioniste et d’autre part le bolchevisme sous ses différents avatars communistes, trotskistes, maoïstes, sera la plus marquée et la plus durable. 

Aujourd’hui, réduit à la portion congrue, le PS a lâché prise face à l’option révolutionnaire.  Malgré quelques voix dissidentes inaudibles, le PS se laisse misérablement aller à des prises de positions de type « antisionistes » (avec toutes les ambiguïtés de cette notion) objectivement complices en tous les cas des propos antisémites de certains représentants de la LFI et de la complaisance de ce mouvement pour l’islamisme. 

© Renée Fregosi, philosophe et politologue


[1] Pierre Birnbaum, Léon Blum. Un portrait (p.233) Ed. du Seuil, Paris 2016

[2] https://www.cvce.eu/obj/declaration_de_guy_mollet_sur_la_crise_de_suez_30_octobre_1956-fr-83519932-30fa-4562-8b7d-6615c4c14257.html

[3] Voir Renée Fregosi, Revue Commentaire, n° 176, hiver 2021-2022

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

2 Comments

  1. On n’insistera jamais assez sur le scandale que constitue SOS racisme asso raciste au sujet de laquelle il existe pléthore de témoignages accablants et sur la toxicité des “artistes engagés”‘ : “palestiniens et arméniens / témoignent du fond de leur tombeau ‘ vous connaissez la suite…

  2. Mille bravos a TJ pour ce dossier ! Mais sachant que l IMMONDE n est , a mon avis , qu une courroie de transmission du quai d orsay ( parmi tant d autres helas) , il nous manque de developper un dossier sur la machine de propagande française qui professe l antisionisme total au profit des possedants de ce pays .

1 Trackback / Pingback

  1. "Le Monde-Israël: un lynchage sans fin" - Tribune Juive

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*