Charles Rojzman. Je suis là. Mitteleuropa. À pied d’œuvre

Je suis là. Mitteleuropa. À pied d’œuvre.

Des Ukrainiens et des russes en confrontation en terrain neutre, hors du tumulte de la guerre : les intérêts des puissances ne sont pas les nôtres. Comment l’homme de la rue peut raison garder et, dans un temps de peurs et de haines, ne pas être entraîné dans la spirale de la guerre interminable par des propagandes qui diabolisent les uns et idéalisent les autres.

Je ne suis personnellement pas neutre – qui peut dire qu’il l’est – mais uniquement au service de cette confrontation pour qu’elle existe, avec le plus de sincérité et de courage possibles.

Ukrainiens et russes en dialogue: premier groupe 19 personnes (qui ne représentent qu’eux-mêmes, faut il le redire? ). Et premières réactions. Les peuples ukrainiens et russes ont les mêmes préoccupations, partagent les mêmes angoisses. Leurs gouvernements s’opposent dans cette guerre fratricide en ayant divers intérêts et entraînent leurs peuples avec eux. Les russes et les ukrainiens veulent sortir de conditions de vie difficiles pour ne pas dire misérables. Leurs élites oligarchiques se ressemblent beaucoup mais ont des intérêts totalement opposés. Poutine et une partie des élites russes ont une vision négative d’un occident qu’ils voient décadent et pauvre spirituellement et souffrent , à juste titre ou non, d’une humiliation vécue depuis la fin de l’union soviétique de la part de l’Occident. Les ukrainiens du groupe reconnaissent que l’armée russe vise des cibles stratégiques: voies de communication, aéroports, bases militaires … et que les dommages causés aux populations civiles sont des dommages collatéraux et non intentionnels ou peuvent même être provoqués par des milices ou l’armée ukrainienne. Sauf exceptions toujours possibles avec des soldats russes très jeunes, apeurés ou alcoolisés.

Même vision d’un malheur partagé (beaucoup d’unions mixtes russo-ujkrainiennes) , familles déchirées , déploration des censures et des propagandes réciproques. Pour les ukrainiens, il est juste de se défendre contre l’agression mais le groupe est divisé: livrer des armes lourdes à l’Ukraine pour gagner la guerre ou tout faire pour arriver très vite à des négociations de paix, sans livraison d’armes pour prolonger la guerre “jusqu’au dernier ukrainien” .

En fin de journée, un groupe méfiant et plutôt hostile au départ mais désormais uni et fraternel, sans nécessairement partager les mêmes opinions.

“Je ne suis toujours pas d’accord avec toi mais je considère maintenant que ta vision de la situation est légitime de ton point de vue. Travaillons ensemble: les sociétés civiles doivent exister avec davantage de force et faire pression sur les dirigeants.”

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

2 Comments

  1. La sagesse juive est un trésor pour l’humanité. Et Charles Rojzman est peut-être celui qui aujourd’hui l’incarne le mieux.

  2. “Les Ukrainiens du groupe reconnaissent que l’armée russe vise des cibles stratégiques (…) et que les dommages causés aux populations civiles sont des dommages collatéraux et non intentionnels et peuvent même être provoqués par des milices ou l’armée ukrainienne. Sauf exceptions toujours possibles avec des soldats russes très jeunes, apeurés ou alcoolisés.” Merci à Charles Rojzman pour ce témoignage et pour son action en faveur du dialogue entre les populations.
    Je souhaiterais faire part d’un témoignage que j’ai entendu de la part d’une jeune Française ayant assez récemment étudié à Moscou. Quand je lui ai demandé quelle était la différence entre Moscou et la France qui l’avait le plus marquée, savez-vous ce qu’elle m’a répondu ?…La sécurité ! En tant que jeune femme française, elle ne s’était jamais sentie autant en sécurité que dans la capitale russe : l’antithèse de Paris et des grandes villes occidentales ! A méditer…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*