Catherine Massaut. Colère!

Un produit chimiquement pur de salaud, a écrit Gilles-William Goldnadel…

Ali

Comment va-t-il vivre à présent ? Il a peur de sortir faire son tiercé et retrouver ses amis, comme chaque jour, juste cette petite vie tranquille qu’il aimait. Il se prénomme Ali.

Ali est retraité et a été traîné par plusieurs personnes à bord d’un véhicule sur plusieurs mètres dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 janvier 2022 à Noisy le Sec. Il affirme désormais subir des pressions.

Parce qu’un lâche pure race, une “ordure” de la pire espèce l’a pris au piège, ce lundi 11 décembre: le voyou, à bord d’un véhicule, lui demande une cigarette, Ali tend son bras pour offrir la cigarette, l’agresseur, l’ignominieux individu lui attrape la main et démarre; il force Ali, 68 ans, à courir jusqu’à ce qu’il s’effondre, heurtant violemment le sol.

Résultat : arcade sourcilière ouverte, le visage tuméfié, une fracture du pied…

Deux hommes seront plus tard placés en garde à vue à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) après la diffusion de la vidéo tournée pendant les faits… montrant un automobiliste qui agrippe et traîne deux piétons jusqu’à ce qu’ils chutent, a annoncé le procureur de Bobigny.

La vidéo extrêmement choquante, et sous-titrée “fou rire de la soirée”, est édifiante : l’agresseur, hilare, tient fermement la main du pauvre Ali en lui assénant : “wallah maintenant tu vas courir”… et il accélère… vision d’horreur…

“Je souffre de l’épaule gauche et j’ai le genou arraché avec quatre points de suture. J’ai du mal à marcher” a expliqué la victime au Parisien … “Mais c’est surtout au niveau psychologique que les souffrances sont les plus fortes, avec notamment des tentatives d’intimidation par un jeune de la ville concernant sa plainte : “On m’a proposé 1 000 euros pour que je la retire. Je me méfie des représailles maintenant.”( Midi Libre le 11/01/2022).

Ce qui est à proprement parler stupide puisque le Parquet, qui dispose de l’opportunité des poursuites, peut les exercer indépendamment du dépôt d’une plainte.

Orange Mécanique… On y est… Ce n’est plus une fiction.

Medhi Aïfa sur Twitter hurle sa colère :”Horrifié ! Des racailles s’amusent à traîner avec leur voiture, des personnes âgées sur plusieurs mètres. La dernière, tombera lourdement. Le tout, sous leur rires gras et amusé”.

“Il a accéléré la voiture, il m’a traîné sur 100 m, je lui ai dit : arrête, lâche-moi, je vais tomber, et quand même je suis tombé la face la première sur le macadam…”, précisera Ali dans une vidéo.

Ali est une “figure” à Noisy le sec. Tout le monde le connait: il vit là, en famille depuis 1955. C’est un homme respecté.

Au final, il semble que trois personnes aient subi ce calvaire. Une jeune femme s’est jointe à Ali pour déposer plainte. On ignore encore l’identité de la troisième victime.

Le Parquet a retenu la qualification de violences avec arme, et réunion avec préméditation. Il est pour le moins étrange que le Procureur n’ait pas retenu la qualification criminelle de ” tortures et actes de barbarie” prévue par le Code pénal et passible d’une peine de 15 ans de réclusion criminelle ; les éléments étaient pourtant réunis : Ali aurait pu y laisser la vie. Les agresseurs ont fait preuve de grande cruauté et aussi de perversité.

Par là, ils ont soulevé tout à la fois l’indignation mais aussi la réprobation générale sur les réseaux sociaux.

Le fait d’occasionner à la victime des douleurs et des souffrances aiguës physiques et psychologiques révèle l’inhumanité et la perversité de ces auteurs.

Les tortures et actes de barbarie se distinguent des violences ordinaires par leur cruauté.

“La jurisprudence a ainsi précisé que l’élément matériel de cette infraction consiste dans la commission d’un ou plusieurs actes d’une gravité exceptionnelle qui dépassent de simples violences et donc occasionnent à la victime une douleur ou une souffrance aigüe (Lyon, ch. Acc., 19 janvier 1996).

Les tortures et actes de barbaries impliquent la volonté chez l’agent d’accomplir des actes d’une gravité exceptionnelle et la volonté de faire

souffrir la victime.

La Cour d’Appel de Lyon a précisé qu’il s’agissait de nier chez la victime la dignité de la personne humaine (Lyon, ch. Acc., 19 janvier 1996)”

Et, surtout, Les actes de tortures et de barbarie entraînent toujours une peine de sûreté.

On aurait aimé une justice plus INDIGNÉE.

Car, faut-il le rappeler au ministre de la justice EDM, il n’est nulle question de  “sentiment d’insécurité” dans cette affaire, mais bel et bien d’acte criminel sordide qui méritait la Cour d’Assises pour ses auteurs et complices.

© Catherine Massaut

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

3 Comments

  1. Monstrueux et inadmissible.
    Si l’on ne punit pas avec la plus grande fermeté les salopards qui infligent ce genre de sévices pour “rigoler”, cela va empirer. Oui, cour d’assises et prison ferme pour que cela serve de leçon à ceux-là et à tous ceux qui sont en embuscade pour tester le laxisme judiciaire…

  2. Bonjour Madame,Monsieur;
    Ces criminels doivent répondre de leurs actes devant la justice; les juges doivent être en lumière avec les textes de lois qui leurs permettent de condamner ces Voyous d’une manière ferme et exemplaire.Leur mode opératoire est Odieux…la seule réponse est
    une sentence ferme .
    Joachim.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*