José Boublil. Les “tunes” et l’éducation

José Boublil

Vous allez encore me trouver chauvin, mais ce n’est pas grave.

Toute mon enfance et ma jeunesse je n’ai vécu qu’avec des tunisiens. La plupart de mes amis étaient un savant mélange de petits et grands bourgeois et de fils de familles assez simples.

Comme je l’ai souvent rappelé, il n’y avait strictement aucune distinction d’origine, et nous ne calculions jamais d’où venaient nos potes. Ce qui, aujourd’hui, semble presque incroyable.

Mais le plus formidable, c’est la proportion totalement énorme de ceux qui, venant d’origine très modeste, y compris au niveau culturel, faisaient des études de haut niveau.

Combien de médecins, dentistes, pharmaciens, ingénieurs, nés dans des familles où on parlait à peine le français. Ou dans des familles de petits commerçants, qui étaient à peine plus éclairées.

Il faut savoir que ces statistiques, si on les analysait, bousculeraient toutes les études sociologiques sur ce qu’on appelle la “reproduction sociale”.

Les parents tunes ont eu du courage, de l’intuition, et ont fait d’énormes sacrifices pour porter à bout de bras leurs enfants.

Pour aller encore plus loin, je pense qu’il n’y a pas d’écart significatif entre les enfants de ces familles et ceux de la bourgeoisie, qui ne réussissaient pas mieux.

© José Boublil

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

5 Comments

  1. Chez les Tunes et j’en suis un , il y avait un principe sacré ; on a le droit de s’amuser , de jouer , de draguer, de faire son kif et on a un seul devoir au dessus de tout : réussir aux examens des études entreprises . J’ai eu des soirées compliquées et sans sommeil mais à 08 heures , j’étais dans l’amphithéâtre pour suivre le cours ! Mes copains même chemin même combat ! Pas de miracle : il faut apprendre, réviser, réciter puis recommencer ! Le secret des Tunes ? Des bûcheurs qui voulaient réussir pour eux et pour leurs parents dévoués !

    • Tribune juive publie tous les articles qu’elle juge intéressants pour ses lecteurs : juifs de tous les pays, israéliens, ashkénazes et séfarades . Beaucoup ont trait aux souvenirs des juifs marocains dont la nostalgie est prégnante . Très peu concernent les « Tunes » . Mais Kalman Schnurh , homme de Roanne , lecteur virulent et haineux , n’aime pas les Tunes ! Change donc de pseudo pauvre homme !

  2. Ce sont tous les immigrés juifs et pas seulement les livournais, les tunisiens.
    On voit cela aux USA où les juifs par le sport (rentrer à l’université), ont eu honte de leurs parents qui ne savaient pas s’habiller ou parler anglais. L’immigration juive chez les tunes restaient attachée à la nourriture traditionnelle c’est peut-être cela qui la distingue des autres avec ce fameux “faire” shabbat, Pessach qui se rapportent à la nourriture et

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*