Un drone filme le transfert de futurs faux naufragés

On s’est toujours demandé comment, avec de frêles embarcations chargées à bloc, les migrants pouvaient arriver jusque sur les côtes européennes. Maintenant, on a la réponse :

Un drone guidé depuis un avion de Frontex (rebaptisée depuis 2016 “Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes”) a filmé à 100 km de Lampedusa, le transfert en pleine mer de dizaines de futurs « naufragés » sur une barque.

Transbordement de nos envahisseurs !.. On imagine volontiers que quand les médias nous montraient ces scènes effroyables de migrants navigant sur de frêles embarcations au péril de leur vie vous étiez révoltés, indignés, remontés contre les ONG qui tardaient à venir à leur secours.

Aujourd’hui soyez enfin rassurés, un miracle a eu lieu, voyez plutôt et ayez enfin la conscience tranquille.

>Un vrai bateau rempli de candidats à l’émigration tracte une frêle embarcation.

>En pleine mer, il stoppe et transborde ces migrants dans cette barque, repart et laisse la barque pleine à ras bord attendre les secours qui arriveront.

Un drone de Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de gardes -côtes, organisme officiel, a filmé le transfert en pleine mer sur une barque de dizaines de futurs faux naufragés.

> Et, à peine transférés sur la barque, ils appellent les ONG qui se précipitent pour les récupérer.

Voilà comment on retrouve aussi facilement des naufragés en mer…!

AM et réseaux sociaux

Suivez-nous et partagez

RSS
Twitter
Visit Us
Follow Me

2 Comments

  1. Effectivement. Mais l’info est publique; puisque la source en est Frontex, organisme européen officiel.
    Et pas nouvelle ; voir le NouvelObs de juin 2019 :
    https://www.nouvelobs.com/monde/20190624.OBS14832/des-passeurs-filmes-en-train-de-debarquer-des-migrants-sur-un-canot-en-mediterranee.html

    La lecture du NouvelObs permet de comprendre que cette méthode ne remplace pas la traversée « classique » sur embarcations de fortune.
    Elle en est simplement l’alternative « première classe », permettant aux passeurs de facturer un supplément.

  2. Il faut au minimum s’étonner, et poser des questions : si ces bateaux appartiennent aux passeurs, ils sont néanmoins “connus”, un nom, une immatriculation, …. A moins que ces bateaux ne soient turcs, libyens, et que des “officiels” de ces pays soient complices ou organisateurs …
    SI on sait arraisonner un cargo qui “dégaze” en haute mer, pourquoi ne pas arraisonner ces bateaux ?

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*