Pierre Saba- Le nouveau cabinet israélien est arrivé

Après trois élections parlementaires & seize mois de gouvernement de transition chargé d’expédier les affaires courantes et dénué de budget général, le président de l’Etat Rivlin a désigné Binyamin Netanyahu et le général Gantz comme premiers-ministres alternants de ce gouvernement d’urgence à deux têtes. Netanyahu pour le Likud et Gantz pour BleuBlanc sont deux rivaux politiques & personnels. Toutes les possibilités institutionnelles avaient au préalable été épuisées.

En réaction immédiate, le président de l’Autorité palestinienne (AP), a condamné le nouveau cabinet israélien au motif que ses deux chefs de gouvernements prévoient théoriquement l’annexion de territoires à majorité vide ou arabe.

En dépit de toute mise en examen, le premier ministre sortant Netanyahu a obtenu l’assurance de se maintenir au gouvernement partagé à l’issue de sa charge et en laissant la place à Gantz.

Voilà en trois paragraphes, la situation résumée. D’une part, l’aspect institutionnel israélien, d’autre part, la situation personnelle de Netanyahu, et enfin l’aspect des négociations israéliennes avec l’AP.

1 – Aspect institutionnel

La lenteur institutionnelle et électorale a un coût financier (organisation électorale), budgétaire (absence de budget décisionnel), militaire (minoration de la capacité d’intervention), politique (stagnation), publique (désespérance), gouvernementale (pléthore de ministres) et institutionnelle (saisine des organes de vérification électoraux, judiciaires et gouvernementaux).

Plusieurs facteurs pourraient néanmoins contribuer à améliorer la position israélienne.

La fin du régime des partis permettrait de dégager des majorités plus claires et plus conformes à la loi organique.

L’adoption d’un régime parlementaire rationalisé par des contre-pouvoirs efficaces et fonctionnels qui empêchent la paralysie exécutive et parlementaire.

L’abandon du mode de scrutin de proportionnelle quasi-intégral actuel, fort démocratique mais chaotique, au profit d’une proportionnelle plus stable & plus sélective.

La transformation de la Loi fondamentale en constitution disposant d’une cour de contrôle de constitutionnalité des lois. Cette cour serait indépendante de la cour suprême qui en a actuellement la charge.

Dépourvue de la charge de contrôle de constitutionnalité des lois, le cour suprême se cantonnerait avec minutie à son rôle de plus haute instance judiciaire du pays. Elle mettrait ainsi un terme à une toute puissance qui incline les constitutionnalistes à évoquer à son sujet un véritable « gouvernement des juges «.

2 – Situation personnelle de Netanyahu

En dehors de toute opinion politique légitime, des succès, erreurs et échecs de Netanyahu qui est une constante chez chaque chef de gouvernement en Israël comme dans le monde, il convient de réaliser que son refus d’abandonner aux juges de la cour suprême son immunité institutionnelle est en partie à la source de la situation électorale vécue en Israël depuis seize mois. L’autre partie est la difficulté rencontrée dans les négociations politiques entre Gantz et Netanyahu. Les modifications institutionnelles visées plus haut ne permettraient plus de tels paysages.

3 – L’aspect des négociations avec l’AP

Les refus successifs et répétés de l’AP à accepter les offres israéliennes, y incluses celles ayant prévu la cession d’une partie de Jérusalem, les déclarations antisémites publiques et internationales de son président (Abbas), les arguties anti-israéliennes contrevenant à la reconnaissance de l’Etat hébreu en général et dans sa condition actuelle en particulier, les violences exprimées par Abbas par écrit et par oral notamment depuis l’ONU contre le peuple d’Israël et ses représentants burinent progressivement mais certainement les accords de paix signés avec Israël.

L’un des accords entre Gantz et Netanyahu comprend l’annexion de territoires en Judée-Samarie/Cisjordanie. Gantz soumet son approbation à la consultation des puissances voisines et étrangères à la région.

Cet accord prévoit le maintien de la perspective de deux peuples sur deux Etats. Or, la démographie arabe est supérieure à la démographie israélienne. La comptabilité idéologique ne résiste pas à l’analyse de la comptabilité démographique. Un territoire national israélien comprenant à terme une majorité non-juive sonnera la fin de l’Etat hébreu et du sionisme. A moins d’un improbable, impossible, non souhaitable déplacement de populations, les chiffres seront irréversibles. Israël paie le prix de sa mansuétude lors des premières guerres qui lui ont été déclarées et qu’elle a gagnées. A l’inverse de toutes les nations en guerre, Israël a laissé les populations « ennemies » sur place, et leur ont même demandé de rester. Nul doute qu’Israël n’est pas récompensée. La contradiction entre ce projet d’annexion et la démographie n’est pas assumée. Elle est inquiétante en regard des intérêts israéliens.

La confiance envers Israël, son peuple, ses institutions , son inventivité est méritée. Elle ne devrait pas exonérer certaines modifications structurelles tendant à améliorer son sort et affermir encore plus son assise.

Pierre Saba

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

  1. Les deux premiers points de cet article soulèvent les commentaires suivants :

    L’article (in 1 – Aspect institutionnel) dit : « La fin du régime des partis permettrait de dégager des majorités plus claires… » etc.
    Rappelons qu’aucune modification du système n’est à l’ordre du jour en Israël à ce sujet et pour cause : la situation actuelle arrange une myriade d’engeances.
    Et que « régime des partis » se disait de la calamiteuse quatrième république française (à laquelle le système israélien ressemble ; en pire…).
    Et que la France (en l’occurrence De Gaulle) s’en est débarrassée en 1958 (pour instaurer la cinquième république) moyennant ce qui ressemblait beaucoup à un « putsch »…
    C’est qu’on ne se refait pas et la démocratie n’est pas capable de se refaire sans un bon coup de pied extérieur ; et il n’y a que les militaires à pouvoir le faire, constatant que la démocratie mène le pays au chaos et, dans le cas d’Israël, au danger existentiel.

    L’article dit aussi (in 2 – Situation personnelle de Netanyahu) : le « refus (de Netanyahou) d’abandonner aux juges de la cour suprême son immunité…est….la source de la situation…en Israël ».
    Une formulation aussi alambiquée s’appelle « noyer le poisson ».
    Rappelons donc : Netanyahou veut l’immunité car les VRAIES sources de la situation en sont trois : Corruption, fraude et abus de confiance.
    Et ceci dans trois affaires différentes (peut-être quatre).

    Le procès de Netanyahou qui démarre ces jours est une mèche allumée qui pourrait bien sonner le glas de cette coalition de la carpe et du lapin bien prématurément.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*