Knesset-sondage : droite et religieux 65 sièges

Il n’y a pas d’élections à l’horizon à moins que la Cour suprême ne prenne la semaine prochaine des décisions extrêmes comme invalider la candidature de Binyamin Netanyahou pour le poste de Premier ministre ou annuler des clauses de l’accord de coalition Likoud – Bleu-Blanc.

Et que pense l’opinion publique à l’heure actuelle ? (réalisé par Direct Polls) :
Likoud : 41
Bleu-Blanc : 16
Liste arabe unifiée : 15
Yesh Atid-Telem : 11
Shass : 9
Yahadout Hatorah : 8
Israël Beiteinou : 8
Yamina : 7
Meretz : 5
Gesher, Derekh Erets et Otsma Yehoudit ne passent pas le seul d’éligibilité.

Blocs: Droite/religieux : 65 – Centre/Gauche/Arabes : 47 – Israël Beiteinou : 8

Le parti de Yaïr Lapid perd trois sièges depuis le dernier sondage, ce qui montre que ses déclarations et discours agressifs depuis qu’il a endossé l’uniforme de chef de l’opposition ne sont pas forcément bien perçus par l’opinion. Il se peut aussi que ses récents propos revanchards contre Benny Gantz aient révolté une partie de ses électeurs, lorsqu’il déclarait être prêt à apporter ses voix à Binyamin Netanyahou au moment de la rotation, uniquement dans le but d’empêcher Benny Gantz de devenir Premier ministre!

A l’opposé, le Likoud sous la direction de Binyamin Netanyahou est crédité de 41 sièges, un chiffre jamais égalé depuis la création de ce parti, soit le tiers des députés de la Knesset ! Un nouveau camouflet pour le chœur des politiciens qui clamait avant les élections que « l’ère Netanyahou est désormais passée »…

Source LPH

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

  1. Effectivement.
    C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle Gantz a préféré former une coalition avec Bibi et éviter une quatrième élection en Israël.
    Quitte à casser en deux le parti Bleu-Blanc dont il était le chef et s’attirer l’animosité de l’autre moitié dirigée par Lapid, opposée à tout accord avec Bibi.
    Gantz (ET Lapid), connaissant ces chiffres, considèrent qu’une quatrième élection pourrait bien les marginaliser et se solder par une victoire nette de Bibi.
    Tout ça est la conséquence d’une migration de l’opinion publique israélienne en faveur de Bibi pour deux raisons :
    -Beaucoup de Juifs israéliens sont allergiques à l’idée d’un gouvernement dépendant du parti arabe « unifié » dont Gantz avait besoin pour gouverner.
    -La population apprécie la gestion par Bibi de la crise sanitaire.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*