L’iranien soupçonné d’être impliqué dans la disparition du pilote israélien Ron Arad meurt du virus Corona

Hussein Sheikh al-Islam

Hussein Sheikh al-Islam, un diplomate iranien et un haut responsable du renseignement, qui serait impliqué dans le mystère de Ron Arad , est décédé jeudi dernier du Corona selon l’agence de presse officielle iranienne IRNA .

Avant sa mort, Al-Islam a été conseiller du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Zarif, et a même été vice-ministre des Affaires étrangères dans les années 1990. Mais il a joué les rôles les plus importants, y compris ceux d’importance historique, au cours des années précédentes.

En 1979, Sheikh al-Islam était l’un des dirigeants du groupe des Jeunes Gardiens de la Révolution derrière l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Téhéran et a capturé les diplomates . .

En 1985, lorsque l’ambassadeur d’Iran à Damas Mochatsami-Fur a été grièvement blessé dans l’explosion d’un livre explosif qui lui a été envoyé, al-Islam l’a remplacé. Depuis l’ambassade dans les années 1980, toutes les mesures qui ont conduit à la création du Hezbollah et à sa menace stratégique pour Israël ont été menées par cet homme.

Ron Arad

Ron Arad a disparu de l’endroit où il avait été emprisonné en mai 1988. On pense qu’Al-Islam était fortement impliqué dans cette disparition, bien que l’on ne sache pas exactement quelles étaient ses actions et pour qui, dans le gouvernement complexe de Téhéran, où il travaillait.

En 1989, les services de renseignement israéliens ont reçu des signaux très clairs selon lesquels les Syriens, probablement à la suite des pressions de l’ONU, travaillent avec l’Iran, à Damas et à Beyrouth, pour localiser Ron Arad ou au moins obtenir des informations sur lui. Mais après quelques mois, à l’automne 1989, les Syriens ont brusquement et étonnamment, stoppé les efforts considérables qu’ils ont déployés dans cette affaire, comme s’ils se rendaient compte qu’il ne valait pas la peine d’entrer dans ce champ de mines, du Sheikh al-Islam qui leur a dit de partir.

Le président iranien Rafsandjani a dit où se trouvait Arad à son ambassadeur à Damas, mais Sheikh al-Islam a annoncé en réponse à Rafsandjani que « les biens » n’étaient plus au dernier endroit où ils avaient été laissés.

Une source du renseignement qui a passé de nombreuses années dans l’affaire Arad a déclaré récemment lors d’une conversation avec Yedioth Ahronoth: « S’il s’agissait d’une enquête policière, la première personne que je voudrais inviter est Sheikh al-Islam. Il est impliqué, car il est le seul encore en vie parmi ceux liés à ce qui s’est passé au Liban. » Al-Islam a maintenant emporté ce secret dans la tombe.

Source: Infos-Israël.News. 9 mars 2020.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*