Frédéric Sroussi. Israël est devenu une démocrature dirigée par les juges de gauche

Cour suprême. Jérusalem

La démocrature (ou dictocratie) désigne une démocratie d’apparence qui mêle des éléments inhérents à la vraie démocratie, comme la tenue d’élections, mais qui en fin de compte trahit la volonté générale.

Je pense qu’il existe plusieurs sortes de médiacratures, celle qui dirige Israël est judiciaire et en partie militaire.

La Cour suprême de l’ État hébreu – que je préfère définir comme une «junte judiciaire» – ne cesse depuis les années 1990 de prendre des décisions idéologiques de gauche en s’arrogeant le droit d’empiéter sur les pouvoirs exécutif et législatif (ce qui porte atteinte au régime démocratique tel que légué par Montesquieu)  .

Le théoricien du droit, Gérard Timsit, a écrit dans un texte intitulé Éléments pour une théorie des cas extrêmes que «le juge Barak (N.D.A ancien président de la Cour suprême) considère qu’ «il n’est aucune question – qu’elle soit politique ou non – qui, par essence, pourrait être considérée comme injusticiable». Gérard Timsit ajoutant que « les cours suprêmes des pays démocratiques n’adoptent pas une position aussi absolue».

Je ne reviendrai pas sur les innombrables décisions de la Cour suprême qui ont carrément annulé des lois votées par le Parlement (pourtant représentant du peuple souverain) au profit – toujours ! – des Arabes ennemis d’Israël , et ce, contre les intérêts nationaux.

Le 9 février 2020 la Cour Suprême s’est encore illustrée en annulant la décision du comité électoral de bannir l’infecte députée de la Liste Arabe Unie, Heba Yazbak de la prochaine élection étant donné son soutien ardent aux différents mouvements terroristes tels que le Hezbollah ou le Hamas. Heba Yazbak, députée de l’actuelle Knesset, a même osé louer la mémoire du psychopathe Samir Kuntar, une abjection terroriste d’origine libanaise qui avait décimé la famille Haran lors d’une attaque terroriste en 1979 dans la ville israélienne de Nahariya : Kuntar tua le père Danny, devant les yeux de sa fille de quatre ans Einat, puis Kuntar assassina l’enfant en lui frappant le crâne contre des rochers et l’acheva avec la crosse de son fusil…

La perverse Heba Yazbak sera sans doute réélue parlementaire lors de la prochaine élection générale israélienne grâce à la complicité directe de la Cour suprême du pays qu’elle souhaite voir disparaître.

L’une des juges qui a pris la décision de permettre à Yazbak de se représenter s’appelle Anat Baron. Cette dernière a pourtant perdu un fils lors d’un attentat terroriste perpétré à Tel-Aviv en 2003. Mais Madame Baron est certainement une adepte de ce que je nomme le «néo-christianisme juif » : «Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent… » (Évangiles selon Saint-Luc, 6 : 27)

Mais, comme si cela n’était pas suffisant, le même jour, la Cour suprême a aussi décidé de suspendre la démolition – comme la loi l’exige – de la maison des terroristes du FPLP responsables en août 2019 du meurtre de la jeune israélienne Rina Schnerb, dix-sept ans.

La Cour suprême d’Israël est donc une anomalie épouvantable : une institution judiciaire subversive qui soutient activement les ennemis de l’État dans laquelle elle officie.

En fait, tout le système judiciaire israélien est gangrené jusqu’au trognon. En effet, le procureur de l’État se permet lui aussi d’intervenir dans des affaires qui ne concernent pas son domaine de compétences. Ainsi, Avishai Mendelblit (le procureur de l’ État actuel) s’est permis de faire annuler des opérations militaires de grandes envergures dirigées contre le Djihad Islamique Palestinien (Haaretz, 16/09/ 2019) et contre des bases militaires iraniennes en Syrie (Jerusalem Post, 4/01/2019) pour des raisons bien évidemment «juridiques ».

Avishai Mendelblit

La faute de ce déni total de démocratie incombe aussi au personnel politique qui, par lâcheté et apathie, a laissé l’oligarchie judiciaire de gauche prendre le pouvoir dans un Israël devenu une dangereuse démocrature.

Frédéric Sroussi

Frédéric Sroussi  est journaliste et essayiste.           

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

7 Comments

    • oui c est vrai . mais le mieux a faire c’est invite tous les israeliens a voter la droite non pas bibi mais a droite si vous n’aimer pas bibi ca n est pas grave il faut voter a droite pour que bibi deloge tous ces juges de gauche il ne pourra le faire qu avec une forte majorite , et envoyer au diable tous les haver knesset arabes et juifs qui sont pour les arabes ennemis d israel

    • C’est un article écrit par son auteur et signé de son nom! Il exprime une opinion que vous contestez et vous en avez le droit . Mais du côté de Tribune juive il n’y a rien à ajouter ! «  Tous les sujets sont abordés et toutes les opinions exposées «  c’est pour cela que nous sommes Tribune juive!

  1. C’est lamentablement vrai, quelle tristesse de laisser ainsi s’installer une telle institution judiciaire, qui n’en n’est plus une, et qui nous porte un tort considerable !! Reveillez vous israeliens !! MERCI, a vous Frederic Fitoussi d’exprimer la verite, et a Tribune Juive de la publier.

  2. Je suis totalement de votre avis, Frédéric Sroussi.
    Question subsidiaire : la dame Anat Baron de la Cour Suprême israélienne, a-t-elle soutenu la dame arabe proterroriste Yasbak par solidarité féminine, entre autre ? Car il semble que nous entrons, depuis peu, plus couramment en guerre entre hommes et femmes.

1 Trackback / Pingback

  1. Israël est devenu une démocrature dirigée par les juges de gauche. Par Frédéric Sroussi - LPH INFO

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*