Sarah Cattan. Il y aura un procès aux Assises. Justice sera rendue à Sarah Halimi

Des clichés lors de sa prise de parole au Centre des congrès de Jérusalem devant les dirigeants du monde et sur la terre d’Israël, des généralités sur l’antisémitisme, de grands écarts comme il en est friand, des morceaux de show face aux forces de police israéliennes, tout cela sachant qu’il était filmé et que le moindre de ses mots était répercuté par les media présents, à tout ça, le Président a évidemment cédé : Il aime ça.

Toujours est-il qu’Il a compris combien il serait grotesque de ne pas évoquer l’Affaire Sarah Halimi qui désormais entoure chaque mot prononcé lorsqu’Il se mêle de parler d’antisémitisme ou de Justice en France.

Sincère, je ne sais s’il l’était. Obligé, j’affirme qu’il le fut

L’immense marche silencieuse organisée par Eddie Suissa, l’Opération Carte postale envoyée à l’Elysée pour réclamer Justice pour Sarah, le regroupement de tant de psychiatres européens qui désormais, avec Claude Bloch, se mêlent de l’Affaire, les prises de position courageuses d’un Szpiner ou d’une Muriel Ouaknine, le discours d’un William Attal, l’écho assourdissant de par le monde suscité par l’ubuesque arrêt décrétant irresponsable l’islamiste qui lyncha et jeta vivante par la fenêtre Sarah Halimi, les interventions malheureuses et infiniment déplacées de sa Ministre qui comprenait l’émotion juive mais osait rappeler que les pays civilisés ne jugeaient pas leurs fous, bref tout cela l’a obligé, contraint à descendre dans l’arène et à dire, devant une telle assemblée, avec les précautions oratoires qui s’imposaient, à dire donc le besoin de procès qui était là.

Je sais la demande de procès qui doit se tenir. Alors il y a des rapports d’experts, et c’est la voie que la cassation suit”.

Il ne pourra se dédire

Ce procès aux Assises aura lieu.

Non grâce à la Justice française,

Non grâce au courage qui aurait nommé l’antisémitisme islamiste,

Mais grâce à nos efforts conjugués : Ne jamais se taire devant l’injustice.

Exiger ce qui est un dû

Ne jamais plier.

Et évidemment ne pas croire la partie gagnée : redoubler de vigilance. Exiger ce qui est un dû.

Un jury populaire entendra un jour Kobili Traoré. Mais aussi les témoins. Mais aussi les policiers. Mais aussi les voisins. Mais aussi les enfants et le frère de Sarah Halimi.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

13 Comments

  1. Tout a été fait pour soustraire cet acte barbare aux statistiques des crimes antisémites et aussi dans la volonté notamment d’exonérer les policiers qui, bien que présents sur les lieux du crime, ne sont pas intervenus ; se rendant ainsi infiniment coupables de non assistance de personne en danger. Ce qui, en leurs qualités de forces de l’ordre est un comble grandement condamnable.

  2. Quelle est la différence entre un acte barbare dans toute sa noirceur et la non-assistance de la loi (en armes) à personne ayant passé le stade du danger pour atteindre celui de la détresse physique et morale ?

  3. J’espère que cet assassin va prendre une vrai perpétuité.
    Mais quand est-il des 23 policiers planqués derrière la porte de cette pauvre Sarah Halimi seront ils également jugés pour non assistance à personne en danger?
    Quand sera-t-il également d’une reconstitution à laquelle cette juge de m..n’a pas voulu.
    ROSA

  4. Une procédure normale doit se dérouler après une reconstitution. Hors, si reconstitution il y a, les flics, surtout celui qui était derrière la porte d’entrée de l’appartement, seront mis en cause. À moins d’être, non pas malentendant, mais COMPLÈTEMENT sourds, ils ne pourront pas dire qu’ils n’ont rien entendu et si justice il y a, quoi qu’on ne peut pas trop compter sur la justice de ce pays lorsque l’islam est en cause, il devraient normalement être condamnés.

  5. Juive ou non juive, on ne tue pas une personne sans défense comme un lâche ; un assassin à qui on devrait repasser l’interview poignante d’une très grande dame, en l’occurrence Ginette Kolinka sur RTL aujourd’hui.
    Le devoir de mémoire, on finit par se demander pourquoi il existe.
    Non juif mais à la fin dégoûté par tous les poncifs débiles débités comme il y a 80 ans.
    Et un hommage prononcé à une de mes idoles Kirk Douglas, né Issur Danielovitch Demsky
    encore parmi nous, une star pleine d’humanité.

  6. Même chose que l’affaire Dreyfus, bien sur ces deux histoires ne sont pas les même mais un point commun, Dreyfus et Sarah Halimi, sont juifs et cela suffit à brouiller les cartes de l’injustice.

Répondre à Fetles Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*