Ni oubli, ni pardon: réponse aux 127 félons opposés au combat contre l’antisionisme. Frédéric Sroussi

Ni oubli, ni pardon: réponse aux 127 félons opposés au combat contre l’antisionisme.

Des félons : nous pourrions ainsi définir les 127 intellectuels juifs qui ont pris le temps d’écrire un texte politique navrant et arrogant destiné à faire échouer le vote d’une résolution non contraignante de l’ Assemblée nationale française visant à assimiler l’ antisionisme à l’ antisémitisme.

Sylvain Maillard

Tout d’abord, rendons hommage au député Sylvain Maillard pour avoir avec force, intelligence et conviction, proposé et défendu cette résolution, même si cette dernière a été fortement édulcorée par ses collègues du Palais Bourbon. Malgré tout, le résultat plutôt positif de ce vote assène une bonne claque dans les faces vultueuses de ces orgueilleux intellectuels juifs-antisionistes dont les propos et les comportements relèvent de la psychopathologie (ce qui n’ empêche pas la présence parmi les signataires du psychiatre français Gérard Haddad… ).

Berl Katzelnelson

En effet, le leader sioniste Berl Katzelnelson (1887-1944) avait écrit en parlant des Juifs : «Existe-t-il un autre Peuple sur la terre avec des troubles émotionnels si profonds qu’il considère tout ce que sa nation fait comme choses répugnantes et détestables ,alors que les meurtres, viols, vols commis par leurs ennemis remplissent son cœur d’admiration et de respect ? »

Je citerai juste trois exemples récents qui illustrent ces propos : lors de la terrible deuxième Intifada (nommée aussi Intifada Al-Aqsa), une adolescente, membre de la famille du Premier ministre Benjamin Netanyahou, fut assassinée avec d’autres israéliens par un kamikaze du Hamas. Contre toute attente, la mère éplorée de cette jeune fille déclara qu’elle n’en voulait pas au djihadiste du Hamas, et préféra plutôt accuser la politique de Benjamin Netanyahou d ’être responsable du meurtre de sa fille…

Amir Peretz

Second exemple : nous avons appris récemment que l’ancien ministre de la défense d’ Israël et actuel chef du parti travailliste, Amir Peretz, faisait partie des députés de la Knesset ayant rendu le plus souvent visite en prison au chef terroriste des Tanzim (membres du Fatah), l’ immonde Marwan Barghouti qui purge cinq peines de prison à perpétuité pour le meurtre de cinq israéliens. Peut-on imaginer un ancien ministre français de la défense aller rendre visite à un terroriste de Daesh en prison afin de lui remonter le moral ? Non ! Cela n’arrive qu’en Israël !  

Amos Oz

Troisième exemple : l’ écrivain israélien, chouchou des bobos, Amos Oz (1939-2018), envoya quant à lui un livre dédicacé de sa main au même Barghouti en écrivant qu’il espérait le voir bientôt libre…Amos Oz haïssait les Juifs votant pour la droite israélienne mais soutenaient les terroristes arabes au nom de la «paix».

C’est le même genre de déséquilibre émotionnel associé à une forte propension à l’ inauthenticité (au sens sartrien du terme) qui frappe les 127 félons signataires de cette lettre qui va totalement à l’encontre des intérêts existentiels du peuple d’ Israël.

Mais, après tout, l’Intellectuel juif moderne se doit de conserver le sens de l’universel !

Il ne doit pas faire de concession à ce qu’il pense être de l’objectivité, bien que ces Juifs soient en réalité de véritables névrosés prétendant se cacher derrière le devoir de rationalité afin de ne pas sombrer dans l’affectif de la solidarité ”tribale”. Ma professeure d’ histoire juive contemporaine à l’université nous mettait toujours en garde contre le terrible «piège du judéocentrisme» qui obscurcissait – paraît-il – notre raison. Admettez qu’éviter de centrer nos intérêts et nos émotions sur l’histoire des Juifs dans un cours d’ histoire juive relevait d’un exercice d’ équilibriste voué d’avance à l’échec…

Il faut donc pour ces Intellectuels juifs se défendre de toute forme de communautarisme par principe irréfléchi et sentimental (eux sont des esprits froids et rationnels !), alors que dans le même temps ces mêmes donneurs de leçons soutiennent le communautarisme bien évidemment «légitime» des minotaristes contemporains (néologisme utilisé par le philosophe Jean-François Lyotard à partir du terme «minorité»).

Pouvoir parler un jour d’un conflit entre Israël et ses voisins avec autant d’objectivité que d’une guerre entre l’Inde et le Pakistan

Mon expérience personnelle à l’université rejoint parfaitement les propos du philosophe Pierre Boutang – ce catholique sioniste – concernant l’historien juif pro-«palestinien » Pierre Vidal-Naquet (1930-2016). À la veille de ce qui deviendra la Guerre des six jours, Pierre Vidal-Naquet éprouva un «sentiment contradictoire » quant à savoir qui soutenir, alors que les Arabes avaient pourtant promis de détruire Israël. Vidal-Naquet déclarait alors – au grand dam de Boutang, qui, lui, avait choisi son camp, celui des Juifs et d’ Israël – qu’il voudrait, lui, Vidal-Naquet, «pouvoir parler un jour d’un conflit entre Israël et ses voisins, avec autant d’objectivité que d’une guerre entre l’Inde et le Pakistan.»

Après tout cela corrobore les propos de la psychanalyste et philosophe Éliane Amado Levy-Valensi, quand celle-ci écrivait que : «L’ objectivité pour un Juif est de s’attribuer la subjectivité de son ennemi. »

J’avais déjà cité cette phrase si pertinente de la psychanalyste franco-israélienne dans un article publié à la fin des années 1990 pour le journal France-Israël Information (du très regretté général Darmon), après que le Premier ministre israélien Ehud Barak eut déclaré que s’il avait été arabe, il serait devenu terroriste pour lutter contre Israël ! Va consulter, Ehud !

Le profil général des signataires de cette lettre nauséabonde

Maintenant, analysons le profil général des signataires de cette lettre nauséabonde : la plupart d’entre eux sont des universitaires anglo-saxons et israéliens (nous parlerons ensuite de quelques sycophantes français). Ces braves gens sont comme presque tous les intellectuels du monde occidental issus de la gauche donneuse de leçons. Ils font partie pour les plus modérés (tout est relatif !) de ce que l’on nomme le libéralisme contemporain américain (Modern liberalism). Le mot «libéralisme» a été en fait détourné par la gauche, et même si certains voient aux États-Unis une différence entre gauche et libéralisme, les deux – selon les dires même du bobo gauchiste américain Nathan J. Robinson – «partagent des principes progressifs de compassion et d’égalité » (Current Affairs ; 07/06/17).

Les libéraux (au sens américain du terme) s’intéressent avant tout aux sujets sociaux et surtout sociétaux qu’ils promeuvent de manière de plus en plus radicale et totalitaire.

L’égalitarisme est leur dada

L’égalitarisme est leur dada et c’est pourquoi les 127 signataires répètent plusieurs fois dans leur lettre que tous les racismes se valent et qu’il ne faut pas se focaliser sur l’antisémitisme.

À cela, le député Sylvain Maillard, initiateur de la résolution, a répondu avec pertinence que seul le racisme antisémite a généré la mort de 6 millions d’ êtres humains (dont 1,5 million d’enfants). Il est très inquiétant que des professeurs d’histoire du judaïsme et de la Shoah – comme nombre de signataires aiment à se définir – n’aient pas en tête ce fait pourtant têtu ! Mais les idéologues, par définition, ont toujours souffert de graves troubles cognitifs qui les empêchent de penser la réalité (les 127 Juifs inauthentiques ont en fait introjecté les reproches fielleux que les antisémites font aux Juifs quand ils disent que ces derniers parlent trop de la Shoah).

La lie de l’humanité

Parmi les signataires se trouve en fait la lie de l’humanité, comme l’imbuvable Judith Butler, spécialiste de la fumeuse Théorie du genre. Cette démente est une activiste antisioniste pathologique qui n’a pas hésité à déclarer en 2006 lors de la conférence organisée par le Teach-in Against War qu’ il était «extrêmement important de comprendre que le Hamas et le Hezbollah sont des mouvements sociaux progressifs de gauche, une partie de la gauche globale… ». Dites à un djihadiste du Hamas ou du Hezbollah qu’il est un membre de la grande famille de la gauche progressiste, et lui-même vous rira au nez (encore faut-il qu’il comprenne de quoi on parle…).

Voilà le genre de décérébrés haineux, d’atrophiés du bulbe, qui ont signé cette lettre antisioniste .

Parmi les français signataires de ce torchon se trouve le comique de service Jean-Christophe Attias, l’heureux époux d’Esther Benbassa (le chanceux !), co-auteurs tous les deux d’un article dans le magazine L’Histoire (qui a perdu depuis, pour moi et d’autres, toute crédibilité) intitulé : Le Peuple juif existe-t-il ? D’ailleurs pour Attias et Benbassa, même si «tous les peuples ont été «inventés»» , seul le Peuple juif à l’air de mériter l écriture d’un article et d’un livre consistant à nier son existence. Quand donc ces deux idéologues d’ extrême gauche mettront-ils en question dans un article l’existence du peuple «palestinien » qu’ils soutiennent tant ? 

Se basant sur la fumisterie académique contemporaine appelée pompeusement « ethnogenèse», ces clowns mettent donc en doute l’existence du Peuple juif qui aurait – selon leur gourou, l’ «historien » déséquilibré israélien Shlomo Sand – été créé (sic) «sous la plume d’historiens juifs du XIXe siècle qui ont reconstitué rétrospectivement un peuple afin de façonner une nation future» (quatrième de couverture du pamphlet de Sand : Comment le peuple juif fut inventé). Nul besoin de s’attarder sur de tels délires que même l’intellectuel juif antisémite et fou Otto Weininger n’aurait pas songé à propager.

Mais, Monsieur Attias n’a pas une seule fois pensé – comme cela est étrange ! – à remettre en cause ce que les signataires félons appellent  «le peuple palestinien » .

Eux, ne passent par le traitement de l’ethnogenèse alors que rien pourtant ne différencie un Arabe dit « palestinien » d’un Arabe égyptien ou saoudien, aux dires même de l’ancien «ministre » de l’ intérieur et de la sécurité nationale du Hamas Fathi Hammad pour qui «la moitié des Palestiniens sont égyptiens et l’autre moitié saoudiens » (Al-Hekma TV, 23/03/2012 ; voir l’ excellentissime site MEMRI.org ).

Je n’ai d’ailleurs pas obtenu de réponse lorsque j’ai demandé, lors d’une discussion avec l’obtuse directrice de la rédaction du magazine L’Histoire , Valérie Hannin (que j’avais appelé pour condamner le texte insane des amants diaboliques de la réécriture historique Benbassa/Attias ), si elle était aussi prête à publier dans ses colonnes un article qui mettrait en doute l’existence du peuple arabe…

Pour finir : les 127 félons disent qu’il est injurieux pour les Juifs antisionistes d’ être comparés   à des antisémites, et qu’il y eut des Juifs antisionistes qui sont morts pendant la Shoah. Ce sont évidemment de purs sophismes : premièrement, il existe une différence essentielle entre le fait de ne pas être sioniste et le fait d’ être antisioniste (comme se revendiquent de nombreux signataires de cette lettre) ! Être antisioniste repose aujourd’hui sur l’idée que les Juifs n’ont pas le droit à un pays, ce qui relève de la pure discrimination raciale et religieuse !

Quant à ceux que l’on nomme à tort les «Palestiniens», ils font partie intégrante de la Nation arabe (Article 1 de la Charte de l’OLP de 1968),Nation qui possède déjà 21 pays ! Pourquoi en obtiendraient-ils un de plus alors qu’ils sont les squatteurs de la terre ancestrale du Peuple juif, et qu’ils agissent comme des barbares contre ces derniers depuis avant même la renaissance de l’ État juif en 1948 (rappelons le pogrom de Hebron de 1929) !

Avoir été un juif antisioniste dans les années 1930 n’a évidemment pas le même sens que de l’être en 2019

De plus, avoir été un juif antisioniste dans les années 1930 n’a évidemment pas le même sens que de l’être en 2019 ! Les Juifs antisionistes des années 1930 ne s’étaient pas ligués contre leur frères comme le font les «Juifs » antisionistes d’aujourd’hui en associant leur combat à celui de tueurs des Juifs (comme le sont le Fatah, le Hamas et le Djihad Islamique Palestinien) Pour des intellectuels qui, pour nombre d’entre eux ,se prétendent historiens, ils oblitèrent totalement le contexte historique ! Ce sont donc des charlatans et/ou des personnes de très mauvaise foi.

En parlant de mauvaise foi : les signataires osent déclarer que les «Palestiniens » ne sont pas antisémites et que leur antisionisme serait la conséquence de la politique d’ Israël vis-à-vis d’eux. Bon sang, qu’ils lisent la Charte du Hamas sur le devoir de tuer les Juifs ! Qu’ils lisent les livres scolaires de l’ Autorité Palestinienne du chef terroriste et négationniste Mahmoud Abbas (Abou Mazen) ! Dans ces manuels destinés aux enfants, les Juifs sont tellement insultés que même le parlement norvégien – qu’on ne peut qualifier de pro-israélien – a, au début du mois de décembre 2019, menacé l’ «Autorité Palestinienne » de ne plus la financer si cette dernière ne retirait pas les textes antisémites et racistes de ses livres scolaires (Aftenposten, 5/12/2019).

Pas un mot évidemment sur les attaques terroristes incessantes contre la population juive d’ Israël que ces félons ne condamnent pas une seule fois : qui ne dit mot consent !

Ces signataires prétendent aussi que de très nombreux antisémites sont sionistes (!).

Par contre ce que les 127 félons oublient de dire, c’est que, malheureusement, on peut être Juif et antisémite…

Frédéric Sroussi

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

9 Comments

  1. Pourriez-vs donner ce texte des 127 et surtout la liste des signataires ?
    Précision : Michel Darmon n’était ni général ni amiral mais ingénieur général et son titre était Ingénieur général de l’Armement et rien d’autre.

    • Nous avons choisi de ne pas publier les noms des 127 couillons ni le délire de leur prose nauséabonde ! Qu’ild Se fassent publier par des sites de la gauche anti sioniste c’est à dire anti juive ! Mais il y a bcp de juifs parmi eux ! Justement on connaît où conduit la haine de soi ! Ce sont des inconnus et des maltraités de l’zctualite Qui veulent se faire connaître et nous nous voulons les enfoncer dans les ténèbres de leur médiocrité !

    • Daisy Faure,
      C’est ainsi que nous l’appelions car il y avait 5 étoiles (!!!) sur les épaulettes de son uniforme de l’ armée française . Quel est votre problème ? Votre précision inutile est totalement déplacée. J’ai eu la chance de connaître le Général Michel Darmon et je vous prie instamment de respecter la mémoire de cet homme extraordinairement brillant qui fut aussi un grand résistant et un mentor pour moi ! Et vous ? Vous êtes qui ? Simple question rhétorique bien évidemment….
      Frédéric Sroussi

  2. Judith Butler est une authentique fasciste (comme Caroline de Haas d’ailleurs), et le site de désinformation Checknews la présente comme une intellectuelle, voire une philosophe!… L’un des problèmes majeurs de la France et de l’Occident modernes, c’est l’immense désinformation qui règne dans les médias. La haine envers Israel est l’une des facettes de cette désinformation systématique. Rappelez-vous 1984 de George Orwell : “la guerre c’est la paix L’ignorance est une force L’esclavage est la liberté”…voilà le genre de novlangue que l’on subit aujourd’hui en permanence.
    La Rochefoucauld écrivait “Le mal que nous faisons ne nous attire pas tant de persécution et de haine que nos bonnes qualités”…Je crois que la haine envers Israel est précisément due à ses bonnes qualités.

  3. Il se dit dans à peu près toutes les synagogues, que ces juifs antisémites et/ou antisionistes, restent nos frères et envers qui nous devons faire des efforts pour les ramener à la raison.
    Bon, que l’on me pardonne, mais je ne me sens pas l’âme d’un prêcheur ou d’un psychanalyste.
    Je suis juif bon parce que je suis d’abord un fervent croyant, très attaché à notre enseignement religieux sans un être un dogmatique acharné.
    Mais ces “frères” juif qui ne supportent pas leurs origines ou pire encore, qui défendent nos ennemis de façon subjective, leur trouvant les excuses les plus stupides et aux leurs, les tares les plus douteuses. Oui, ceux là, je ne vois pas pourquoi je les considérerais comme des Juifs. Ils me font l’effet de vils courtisans, cherchant à tous prix, l’assentiment de gens qui les méprisent.
    Notre histoire est jalonné de ces renégats vendus aux Grecs, aux Romains, aux Catholiques, aux Musulmans et parfois même aux nazis.

  4. חזק וברוך ,félicitations : je me permet de recommander le livre de Théodore Lessing,assassiné par les nazis en1934 ,der jüdische Selbsthass, la haine de soi juive.כל הכבוד,Frédéric.

  5. Cher Monsieur Frédéric Sroussi :
    Je suis littéralement subjugué par votre article brillantissime traitant de façon on ne peut plus profonde et plus complète l’ineptie des 127 félons ayant signé la pétition pour s’opposer au combat contre l’antisionisme.
    Je remercie Tribune Juive de m’avoir donné l’occasion d’en prendre connaissance.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*