OTAN: un sommet tourmenté. René Seror

 Il s’annonçait électrique. Ce 70 ème anniversaire, en compagnie de lointains cousins,Trump qui rappelle, chaque fois qu’il en a l’occasion, ce que ça lui coûte, Boris Johnson en pleine scène de ménage électorale, Les paralysies espagnole et allemande, Et surtout, Erdogan le querelleur, que le monde entier déteste, mais en a peur. Il pleut et le Green est humide. On sourit à l’objectif. La photo est bonne? Va savoir, ils l’ont gardée. 

La soupe à la grimace

Allez, on dîne. Mardi soir, à Buckingham palace, cet anniversaire a un air de soupe à la grimace. Mais la soupe aigre, c’est bon pour les vieux couples. Pas, pour les grands du monde.  

Après l’attaque en règle d’Emanuel Macron: “L’OTAN est en état de mort cérébrale.” La phrase a déplu à Donald Trump qui trouve l’alliance vieillotte, dépassée, impotente et ruineuse. Les États-Unis supporteront désormais 16% du budget. Les allemands qui ne payaient pas pour être défendus, paieront aussi 16%. Trump demande aux autres pays de fournir un effort, 8 pays européens consacrent 2^ de leur PIB à La Défense. 

Pas la France. Celle-ci, plus que jamais, donneuse de leçons, prétend réveiller l’alliance. Obliger les autres à se poser les Questions suivantes:-qui est l’ennemi?-quelle stratégie?- Que vaut l’article qui prévoit la solidarité automatique en cas d’attaque?Au risque de faire cavalier seul?Le pire serait que Donald Trump lui donne raison. Le parapluie américain est sans doute percé, il prend quelques gouttes, mais c’est toujours mieux que pas de parapluie du tout!

OTAN 2 ème JOUR. EXERCICE  DE VIRILITÉ. 


Sourires forces, photos,  mais divisions profondes. Le sommet de l’Otan, c’est du théâtre. On prend la pose martiale, mais face à l’objectif on est sage. Ça n’a pas empêché Donald, avant la réunion, de se plaindre des propos du Président français, la qualifiant de “très, très méchante!”Mais face au public, ça s’est bien passé. Entre la Turquie qui joue l’hypocrisie avec les russes, avec les terroristes de Daesh, et fait chanter ses alliés. Malgré une accusation flagrante, Erdogan semble dire,”Cause toujours s, je fais ce que e bon me semble. “Macron balaye toute explication qui ne lui conviennent pas. En voulant parler vrai, il moralise. A quoi pouvait penser Trump en cet instant ? Sans doute se demandait il, quel montant de produits français, il allait surtaxer? Au fond, l’ennemi de l’OTAN, c’est qui? La Russie, La Chine ou les islamistes? Avec de tels alliés, il n’a vraiment pas besoin d’ennemis.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*