Le Président du Crif reçoit la presse juive

Comme tous les ans depuis sa nomination, et à la veille du nouvel an, Francis Kalifat, le Président du Crif a rencontré jeudi 19 septembre, les journalistes de la presse juive française. Une rencontre informelle pour faire le bilan de l’année écoulée et débattre des sujets de l’actualité et des priorités pour l’année à venir. « Ce déjeuner que j’ai institué depuis ma présidence est le premier de mon nouveau mandat, j’espère que cette tradition deviendra une règle avec mes successeurs a rappelé Francis Kalifat »

Le Président a insisté sur l’importance de la presse juive, un élément essentiel de notre communication aussi bien vers la communauté que pour l’ensemble de nos compatriotes.

La presse juive est essentielle, elle joue un rôle d’opinion dans notre pays, nous avons assisté dernièrement à des regroupements de deux radios, l’objectif étant d’améliorer et de rendre plus efficace l’information.

Il s’est dit toujours prêt à répondre aux journalistes, et a rappelé que le Crif est sensibilisé par les événements qui touchent aussi bien la communauté juive, que la communauté nationale et Israël, l’actualité dictant l’ordre des priorités.

Après avoir adressé ses vœux chaleureux aux journalistes et aux médias qu’ils représentaient, le débat a porté sur les élections en Israël et les résultats au coude à coude du Likoud, du Kahol Lavan et les négociations pour dégager une majorité à la Knesset pour former un gouvernement.

Francis Kalifat a ensuite fait part de son inquiétude quant à la recrudescence des actes antisémites. En 2018, les chiffres étaient très élevés avec une augmentation de 74% par rapport à 2017.

On pensait que ça allait être un électrochoc, les chiffres de 2019 sont pires, l’antisémitisme est réellement implanté de façon très profonde dans la société française.

La justice ne remplit pas son rôle contre la lutte contre l’antisémitisme. Il faut qu’on trouve les moyens avec les pouvoirs publics pour passer des mots aux actes. Très peu d’actions sont menées jusqu’au bout et les quelques sanctions dont nous avons connaissance sont soit un rappel à la loi pour les plus âgés et des peines de substitution pour les plus jeunes, des sanctions donc très faibles et non dissuasives.

Francis Kalifat est revenu sur ce nouvel antisémitisme, incluant l’anti sionisme, et sur la résolution qui devrait être votée mi octobre à l’Assemblée Nationale, après avoir été annulée en mai dernier Cette résolution donnera enfin un cadre juridique pour mieux nous défendre face à ces attaques et cette haine. Elle sera un texte de référence pour les professeurs les policiers et magistrats. Et de rajouter : « il faut faire bouger la loi de 1981 car la société a évolué, les médias aussi.On reste sur des textes inadaptés.

Une rencontre gourmande et très enrichissante.

Chana Tova

Sylvie Bensaid

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*