Double offense -Pierre Saba

La France connaît depuis plusieurs années des infractions, délits & crimes à caractère antisémite.

Les caractères présentant un aspect manifeste de ségrégation & de haine (racisme, antisémitisme, sexisme, etc) aggravent les peines à prononcer. Afin de soustraire leurs clientèle coupable au caractère aggravant d’antisémitisme, leurs conseils présentent des défenses excluant toute possibilité d’antisémitisme. Cette situation est conforme à l’intérêt de la Défense.

Pour autant, les difficultés des parties civiles à voir qualifier d’antisémites des faits qui le sont évidemment par les magistrats en charge des dossiers sont incompréhensibles et inconvenantes.

Ces anomalies de Droit ralentissent par les réactions légitimes des plaignants le traitement des dossiers, fragilisent la sécurité des justiciables français victimes et concernés & constituent un encouragement patent pour les délinquants et criminels antisémites.

Le déni et / ou la cécité de magistrats incapables d’appliquer le Droit relèvent pour les victimes un mépris relevant d’une seconde offense.

Enfin, ces comportements laissent penser aux justiciables Français juifs une condition de citoyens de seconde zone inacceptable en regard du Droit et des obligations des juges.

Pierre Saba                                                                                                                     21 juillet 2019

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

8 Comments

  1. Le même déni se produit lorsque des Blancs non juifs sont victimes de crimes ou d’agressions racistes, même si les crimes et agressions antisémites restent de loin les plus nombreux. La France n’est plus le pays des droits de l’homme pour aucun de ses citoyens. La solution ? Il n’y en a pas, si ce n’est une froide lucidité et le boycott de la crétinisation de masse (élections, TV, radio, meetings etc…).

  2. Oui,les magistrats partent le matin avec libération et rentrent le soir avec le monde.Comment voulez-vous avec ce conditionnement qui dure depuis plus de cinquante ans qu’ils puissent avoir le recul nécessaire pour juger en toute objectivité ?

  3. J’avais écrit au courrier des lecteurs d’un journal (où jusque-là mes courriers passaient) pour évoquer les dysfonctionnements de la justice française et notamment l’affaire Sarah Halimi. Mon courrier n’a pas été publié et depuis aucun autre ne l’a été. Par curiosité (façon de parler) j’ai écrit à 3 autres journaux sur le même sujet…Même refus systématique. Cela laisse une fâcheuse impression…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*