Pour mémoire : Un 27 Juillet…

Il y a 77 ans. Le 27 Juillet 1942, le premier officier parachutiste français libre tombait au combat : L’aspirant André Zirnheld, un parisien d’origine juive alsacienne, Compagnon de la Libération.

L’aspirant André Zirnheld fut l’auteur de la « Prière du parachutiste », devenue le chant fétiche de tous les régiments parachutistes français qui fut retrouvée dans sa poche quand il fut tué au combat, le 27 juillet 1942 en Cyrénaïque (Libye). 

André Zirnheld était né en 1913 à Paris dans une famille juive alsacienne patriote, ayant choisi la France en 1870.

Orphelin de père à 9 ans, il suivit des études de philosophie, se spécialisant sur Spinoza. Il fut professeur de Philosophie au collège de Sousse en Tunisie, puis au lycée Carnot de Tunis. Professeur en Syrie en 1940, il rejoignit les Britanniques en Palestine et s’engagea dans l’Infanterie Coloniale, sert en Egypte puis en Lybie. Là il rencontra en janvier 1941 « les rats du désert».

Il suivit l’école d’officiers à Brazzaville, sorti 5ème, il demanda à servir dans les parachutistes de la France Libre, le « French Squadron » intégré au « Spécial Air Service Brigade » britannique, les fameux SAS du major Stirling.

Le rôle de ces «rats du désert» était d’attaquer en profondeur et de saboter les terrains d’aviation et les avions allemands en Lybie. Zirnheld, à la tête de son commando, détruisit ainsi 5 Messerschmitt 109 sur un terrain de Benghazi.

De retour d’une opération le 26 juillet 1942, sa Jeep creva, il fut mitraillé par des Stuka. Blessé mortellement, il mourra le lendemain matin dans le désert de Cyrénaïque.

L’aspirant Martin, qui l’accompagnait, l’enterra et trouva sur lui cette prière du para écrite de manière prémonitoire à Tunis en 1938.

André Zirnheld, dont son commandant, le Capitaine Jordan disait « Il fut un des plus aimé et admiré », fut le premier officier parachutiste de la France Libre tué à l’ennemi.

David Stirling, le légendaire patron des premiers parachutistes anglais, les Special Air Service, les SAS, l’avait lui surnommé « le good Frenchie ».

Il fut nommé Compagnon de la libération.

Texte de Zirnheld, devenu la prière du parachutiste :

« La prière du para

Je m’adresse à vous, mon Dieu                                                                                Car vous donnez                                                                                                          Ce qu’on ne peut obtenir que de soi.                                                               Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste,                                                    Donnez-moi ce qu’on ne vous demande jamais.                                                    Je ne vous demande pas le repos                                                                               Ni la tranquillité,                                                                                                         Ni celle de l’âme, ni celle du corps.                                                                          Je ne vous demande pas la richesse,                                                                         Ni le succès, ni même la santé.                                                                                Tout ça, mon Dieu, on vous le demande tellement,                                           Que vous ne devez plus en avoir !

Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste,                                                     Donnez-moi, ce que l’on vous refuse.                                                                       Je veux l’insécurité et l’inquiétude                                                                          Je veux la tourmente et la bagarre,                                                                           Et que vous me les donniez, mon Dieu,                                               Définitivement.

Que je sois sûr de les avoir toujours                                                                     Car je n’aurai pas toujours le courage                                                                    De vous les demander.                                                                                     Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste,                                                  Donnez-moi ce dont les autres ne veulent pas,                                                Mais donnez-moi aussi le courage,                                                                          Et la force et la foi.                                                                                                     Car vous êtes seul à donner                                                                                       Ce qu’on ne peut obtenir que de soi. »

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*