Meurtre de Mireille Knoll : Robert Badinter évoque sa grand-mère, déportée en 1942

Invité de David Pujadas, Robert Badinter a réagi avec une profonde gravité à la mort violente de Mireille Knoll, cette octogénaire juive tuée à Paris vendredi dernier.
Pour évoquer ce crime pour lequel le caractère antisémite a été retenu, l’ancien ministre a évoqué le souvenir de sa grand-mère.

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

2 Comments

  1. Un très beau témoignage, une intervention vibrante, une ode sur le “pourquoi” et la particularité de la France où sont assassinés des français juifs parce qu’ils sont du peuple qui a fondé la morale de la civilisation…les dix commandements suffisent à respecter la laïcité, la communauté, le libre arbitre individuel, la justice, l’égalité, la fraternité, la fermeté…tout ce qui fait le” journal intime” d’Anne et de Marianne.
    Bien à vous tous.

  2. Elle demeure vivante parmi nous, Mireille.
    Je suis en train de découvrir le document du Père Patrick Desbois: “Porteur de mémoire, la Shoah par balles”.
    Bouleversant! Sa recherche s’est cantonnée à l’Ukraine.
    Voici un petit extrait qui en dit long à la page 78:
    “… Le lendemain, discrètement, Micha m’avait demandé comment les Juifs sont enterrés…d’habitude.
    Je le vois s’éloigner et déposer les os épars jetés par les voleurs dans le trou béant de la fosse, les recouvrir de terre, déposer une pierre, puis, en silence, il coupe quelques branches vertes et compose une Magen David sur la fosse.”
    Comment ne pas penser à nos sœurs assassinées, brûlées vives ou défenestrées et surtout au Père Patrick Desbois dont la charge émotionnelle nous touche profondément.
    Viviane Scemama Lesselbaum

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*