Sous la pression égyptienne, le Hamas se dit prêt à discuter avec l’AP

A l’issue de la visite au Caire d’Ismaïl Haniyeh, le nouveau chef du Hamas depuis mai 2017, accompagné d’une large délégation mais aussi du premier ministre de Gaza, Yahya Sinwar, le groupe terroriste a annoncé dimanche 17 septembre « être prêt à discuter de la formation d’un gouvernement d’union avec l’AP », après une décennie de dissension…
MIDEAST PALESTINE POLITICS

Le Hamas a précisé dans le communiqué qu’il « souhaitait ainsi répondre positivement aux efforts égyptiens, pour mettre fin à la scission et organiser la réconciliation, afin de concrétiser l’unité nationale entre Hamas et Fatah ». « Nous sommes prêts à accepter le plaidoyer égyptien pour le dialogue avec le Fatah » a déclaré le Hamas.

Pour cela, le Hamas s’est dit prêt à restituer le pouvoir dans la bande Gaza au gouvernement d’union qui serait issu d’une nouvelle élection: « Nous appelons à la création d’un gouvernement d’unité nationale dans le cadre d’un dialogue dans lequel toutes les factions palestiniennes participeront », a déclaré l’annonce du Hamas.

De son coté, l’Autorité Palestinienne a accueilli favorablement la décision du Hamas dimanche, mais un des leaders du Fatah, Mahmoud Aloul a déclaré à la radio Voix de la Palestine : « nous voulons des preuves sur le terrain avant de passer à l’étape suivante ». Chat échaudé craint l’eau froide, ce n’est pas la premiere tentative d’un gouvernement d’union….

Après l’effondrement des pourparlers de paix en avril 2014, les palestiniens, divisés depuis la victoire du Hamas aux élections de Gaza en 2007, ont redoublé d’efforts pour se réconcilier et un gouvernement d’unité devait voir le jour en 2014 et suivre un programme pragmatique vis à vis de l’ONU. Abbas avait alors déclaré : « Ce gouvernement reconnaîtra Israël, dénoncera la violence et et se pliera aux accords internationaux….Ce sera un gouvernement de technocrates ». Le gouvernement palestinien d’unité fut composé de 20 bureaux gouvernementaux et de 18 ministres mais ce gouvernement d’union mort né s’est effondré en juin 2015, c’est Mahmoud Abbas lui-même qui a décidé de le dissoudre en raison de l’impossibilité de celui-ci à agir dans la bande de Gaza. Et depuis les deux parties n’ont eu de cesse de s’invectiver. Le Fatah a accusé le Hamas de bloquer tout effort à Gaza, pour arriver à l’unité politique et le Hamas a accusé l’Autorité palestinienne de suivre un plan visant à «éradiquer» le mouvement Hamas de Judée Samarie.

Aujourd’hui, le Hamas affaibli par les guerres avec Israël et par le blocus égyptien à la suite de la destitution du président Mohamed Morsi, en 2013, cherche des solutions pour ne pas perdre la face. Il y a quelques mois, Mahmoud Abbas a coupé l’électricité à Gaza et réduit les salaires de dizaines de milliers de fonctionnaires dans le but d’obliger le Hamas à dissoudre son administration.

Source tel-avivre

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*