Les abeilles en danger ? Pas en Israël.

La situation est bien connue, les abeilles sont en mauvaise posture au niveau mondial. Leur population se réduit considérablement à cause du syndrome d’effondrement de leurs colonies, lié à des raisons encore trop peu connues. Une tendance inquiétante quand on connaît leur rôle primordial dans la pollinisation des végétaux fruitiers et légumiers.

abeille
Israël fait alors figure d’exception, offrant un cadre bien plus favorable à ces insectes, dont la population y demeure relativement stable. Une bonne nouvelle en cette période de l’année, alors que la consommation de plats sucrés des fêtes du nouvel an pousse la demande en miel à son point culminant.

Israël prend des mesures afin d’assurer que sa population d’abeilles ne décline pas au-delà de 10% chaque année, comparé aux chiffres de 30 à 50% aux États-Unis.

“Nous essayons de nombreuses choses” assure Hertzel Avidor, président du Conseil Israélien du Miel (Israel Honey Board), “comme soutenir la recherche israélienne sur le syndrome d’effondrement des colonies sous des angles botaniques et biologiques.” Est également envisagée l’amélioration de leurs systèmes immunitaires par le développement de plantes riches en nectar.

Le Conseil aide 500 apiculteurs israéliens à mettre en oeuvre des tactiques innovantes pour soutenir un total de 110 000 ruches. La légère réduction du nombre d’abeilles n’affecte pas la production de miel en Israël car chaque année plus de colonies sont introduites afin d’enrayer le manque à gagner.

La première étape pour éviter le syndrome d’effondrement des colonies serait de suivre les consignes du ministère de l’agriculture relatives à l’éradication des acariens Varroa, considérés comme l’un des facteurs du syndrome.

Une autre stratégie pour améliorer la santé des abeilles et le production d’un miel plus goûteux consiste en la donation de 80 000 à 100 000 jeunes plants (principalement des eucalyptus) chaque année, afin d’offrir aux insectes un régime varié à travers les saisons malgré une urbanisation galopante.

Ces jeunes plants sont offerts par les pépinières du Fonds National Juif-Keren Kayameth LeIsrael. Certaines plantations ont un objectif double. Le Conseil du Miel a coopéré avec le ministère de la Défense concernant les eucalyptus le long des frontières avec la Syrie et Gaza, permettant de couvrir le champ de visibilité adverse en plus de nourrir les abeilles.

“Nous ne faisons pas de recherches directement sur les abeilles, mais nous souhaitons sélectionner quelles plantes et quels arbres sont le plus appréciés par les abeilles” a indiqué Hagay Yavlovich, directeur du fonds national juif KKL.

Selon lui, l’une des causes majeures du syndrome d’effondrement des colonies réside dans les régimes alimentaires non variés. “Dans le centre du Kansas par exemple, les abeilles ne connaissent que les champs de blé et de soja. Ce n’est pas bon.”

“Les américains étaient stupéfaits d’apprendre que les apiculteurs israéliens recevaient des arbres et des plantes riches en nectar, et cela gratuitement. Dans d’autre pays, ils encouragent les gens à en planter, ils ne les offrent pas.” a-t-il assuré.

Source : http://www.israelvalley.com/news/2016/10/02/51198/les-abeilles-en-danger-pas-en-isra-l

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*