Attentat en Isère : décapitation, explosion la victime serait le patron du terroriste

Un à deux suspects se sont introduits dans une usine classée Seveso et provoqué l’explosion de plusieurs bonbonnes de gaz. Une tête décapitée et recouverte d’inscriptions en arabe a été retrouvée à proximité. 

Google Maps
Google Maps

Six mois après Charlie Hebdo, la France est à nouveau la cible d’un attentat. Une personne est morte et plusieurs ont été blessées dans une attaque commise vendredi matin dans une usine de gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier, dans l’Isère, près de Lyon, a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant une information du Dauphiné Libéré. La tête d’un homme décapité a été retrouvée à l’entrée de cette usine de gaz industriels Air Products.  Plusieurs blessés sont à déplorer. Un suspect a été interpellé.
L’ESSENTIEL :

– Le premier bilan fait état d’un mort et deux blessés légers

– Le suspect arrêté serait connu des services de renseignements

– Le parquet antiterroriste se saisit de l’enquête

– Valls ordonne une “vigilance renforcée” en Rhône-Alpes

– Bernard Cazeneuve est attendu sur place

• Une tête décapitée recouverte d’inscriptions en arabe. L’attaque s’est produite vers 10 heures, vendredi matin. Selon nos informations, un à deux hommes se sont introduits sur le site en se faisant passer pour des livreur par le biais d’une camionnette de transporteur. Ils se sont d’abord arrêtés dans la cour avant de tenter de projeter le véhicule contre une des bonbonnes de gaz de la société. Une tête décapitée été retrouvée recouverte d’inscriptions en arabe et accrochée au grillage de l’enceinte de la société avec un drapeau islamiste. Un corps a également été découvert non loin. Des techniciens en identifications criminelles de la gendarmerie travaillent d’ores et déjà déterminer qui est la victime.

• Un suspect connu de la DGSI ? Selon nos informations, le suspect a été intercepté par un pompier, alors que l’homme se dirigeait vers les bonbonnes. Il refuserait de prononcer le moindre mot ou de décliner son identité. Selon le Dauphiné toutefois, le suspect serait âgé d’une trentaine d’années et était connu de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Des recherches sont en cours pour vérifier s’il était ou non accompagné d’un complice.

Par ailleurs, le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête  a annoncé le procureur de la République de Paris, François Molins, dans un communiqué.

• “Vigilance renforcée” en Rhônes-Alpes. Un très important dispositif de gendarmerie a été déployé sur place. Les pompiers sont également mobilisés. Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, en déplacement dans la région, se rend immédiatement sur les lieux.  En conséquences, Manuel Valls a ordonné une “vigilance renforcée” sur tous les sites sensibles de Rhône-Alpes.

• “Jamais je n’aurais pensé à un attentat”. Europe 1 a contacté Martine, une voisine de l’entreprise. “On a simplement entendu une explosion, comme un souffle, comme un gros boum. Les vitres ont bougé dans l’hôtel, comme un gros boum. Moi j’ai pensé qu’il y avait eu un souci dans une usine, mais jamais je n’aurais pensé à un attentat. Et on vient d’appendre en regardant les infos ce qu’il s’est passé…”>> Le témoignage de Martine

Et qu’en est-il de la situation actuelle, alors que Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, est en route vers le lieu de l’attentat ? “Tout est cerné ! Les gendarmes bloquent complètement le site. On reçoit plein de coups de fil de gens qui nous demandent des nouvelles”.

Par Marc-Antoine Bindler.
avec le service Police-Justice d’Europe 1 et AFP

http://www.europe1.fr/faits-divers/isere-un-homme-decapite-et-une-explosion-a-saint-quentin-fallavier-1361160

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*