Le roi Abdallah d'Arabie Saoudite ne condamne pas Israël

Le roi Abdullah d’Arabie saoudite est sorti vendredi de son silence sur le conflit qui oppose Israël au Hamas de Gaza, pour condamner l’escalade de la violence et l’inertie de la communauté internationale.abdullah_2
«Cette communauté [internationale], qui a observé en silence ce qui se passe dans l’ensemble de la région, est indifférente à ce qui se passe, comme si cela ne faisait pas partie de ses préoccupations”, a déclaré Abdullah dans un communiqué à la télévision saoudienne.
Bien que décrivant la situation à Gaza comme un «crime de guerre contre l’humanité», le monarque saoudien s’est quand même bien gardé d’appeler à l’action contre Israël.
Le conflit à Gaza a mis en évidence le fossé de plus en plus profond qui s’est creusé au sein du monde arabe et qui oppose l’Egypte, la Jordanie et l’Arabie Saoudite à la Turquie et le Qatar, qui soutiennent les Frères musulmans et le Hamas.
Le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi, dont le gouvernement a proposé un cessez-le-feu qui a été rejeté par le Hamas, a été tout aussi réservé sur le conflit Israël-Hamas et a tenu fermée la frontière entre l’Egypte et  Gaza, en dépit de la situation humanitaire qui règne à Gaza.
En outre, parlant clairement des effusions de sang qui ont lieu en Irak et en Syrie, le roi Abdullah a condamné le meurtre de personnes innocentes et la mutilation des corps, qu’il juge contraire aux valeurs islamiques, et a appelé les dirigeants du Moyen-Orient et les notables religieux à empêcher que l’islam ne soit détourné par des extrémistes.
L’Egypte et l’Arabie Saoudite considèrent les Frères musulmans et le Hamas, ainsi que d’autres groupes extrémistes islamiques comme le Hezbollah et l’Etat islamique d’Irak et la Grande Syrie (ISIS), comme des menaces pour la stabilité de la région, et ne désirent surtout pas prendre position en leur faveur, dans quelque situation que ce soit. Les dirigeants de ces pays savent qu’ils sont dans la ligne de mire des islamistes, et qu’ils pourraient bien être les prochaines cibles de ces extrémistes. Il ne faut donc ni les renforcer, ni les appuyer, et il semble que leur affaiblissement est tout simplement une bénédiction qu’il faut accueillir en remerciant le ciel.
Line Tubiana

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*