Cannes : un film israélien sur l'inceste, Moshe et Tami, père et fille

Tami et Moshe n’ont pas une relation de couple très saine: il est brutal, il la trompe. Elle est boulimique et se taillade les bras en l’attendant à la maison. En plus, ils sont père et fille.loin_de_son_absence2La réalisatrice israélienne Keren Yedaya a frappé un grand coup au festival de Cannes où son film sur l’inceste, sélectionné dans la catégorie Un certain regard, a été présenté jeudi.
La caméra ne quitte guère le petit appartement de Tel Aviv où vit le couple. Jolie rondelette d’une vingtaine d’années, Tami (Maayan Turgeman) ne travaille pas et y attend Moshe (Grad Tzahi), la cinquantaine encore verte, qui compte sur elle pour le servir, à la cuisine et au lit.loin-de-son-père-yedaya

On ne sait pas depuis quand dure cette relation, ni où est passée la mère, mais le couple est bien installé. Tami n’est pas heureuse: elle mange trop, puis vomit et se brosse inlassablement les dents. Si Moshe ne rentre pas le soir, elle se taillade encore et encore les bras, pour que Moshe puisse la panser tendrement le lendemain matin.
Moshe, lui, ne voit pas trop où est le problème. “On mérite d’être normaux”, dit-il, rêvant de partir vivre à Los Angeles: “là-bas, il y a des gens comme nous et on n’en fait pas toute une histoire”.

Keren Yedaya et ses acteurs
Keren Yedaya et ses acteurs

Mais quand Moshe invite à dîner à la maison une autre femme, Tami disjoncte.  Brisera-t-elle ses chaînes ?  “Bien sûr que c’est un film féministe”, dit Keren Yedaya, dont le premier long métrage “Mon Trésor” avait reçu la Caméra d’or en 2004.
Mais pas question d’y voir particulièrement un reflet de la situation des femmes en Israël: “L’inceste, le viol, les femmes battues ou la prostitution, cela existe n’importe où”.loin_de_son_absence
“Oui, bien sûr, il y a de l’amour aussi, mais ce n’est pas une histoire d’amour. Ce qui est important, c’est de parler de l’amour que portent les enfants envers leurs parents qui les violent ou les battent. C’est pour cela que c’est si dur pour eux de s’enfuir ou de porter plainte”.
“Tami est troublée. Elle pense que c’est de sa faute”, souligne la réalisatrice israélienne, l’une des cinq à présenter une oeuvre à Cannes.
Source AFP

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*