La parole, le son et le silence, par Pascale Davidovicz

Parfois, par le plus grand des hasards, les infos qui tombent la même journée ont un dénominateur commun qui me saute aux yeux.

 De la parole au silence, en passant par le son.

 Celui qui devrait se taire mais parle pour exister.

 C’est le cas de Laurent Louis, le député indépendant belge, connu pour ses débordements et provocations.
« Merci monsieur le pédophile, monsieur le Premier ministre » a-t-il lancé jeudi dernier, depuis la tribune du parlement belge, à l’encontre d’ Elio Di Rupo.
L’insulte a provoqué la sortie immédiate de la presque totalité des députés.
parole et son
Le député Laurent Louis, créateur du mouvement populiste Debout les belges, et qui vise les prochaines élections du 25 mai, se sert à la fois de la montée de l’extrême droite française et de l’homosexualité du Premier ministre Elio Di Rupo, pour alimenter sa popularité dans les réseaux sociaux.
Ce sinistre provocateur s’est déjà fait remarquer à de nombreuses reprises, notamment par son soutien à l’infâme Dieudonné, et pour avoir fait une quenelle en plein Parlement.
Il a perdu son immunité parlementaire et fait l’objet de poursuites judiciaires.

Celle qui crie parce qu’elle entend pour la première fois.

C’est la déchirante histoire de la quarantenaire britannique Joanne Milne qui, atteinte du syndrome d’Usher, maladie génétique qui prive de l’ouïe à la naissance, et à terme de la vue, a subi une opération chirurgicale consistant à lui poser des implants électroniques.
Le moment bouleversant où elle entend des sons pour la première a été filmé par un ami, et a fait le buzz sur internet.

« Entendre des choses pour la première fois est tellement émouvant, du bruit d'un interrupteur de lumière quand on l’allume à celui de l'eau qui coule, je ne peux pas m’empêcher de pleurer ».
« Entendre des choses pour la première fois est tellement émouvant, du bruit d’un interrupteur de lumière quand on l’allume à celui de l’eau qui coule, je ne peux pas m’empêcher de pleurer ».

 

Ceux qui se sont tus définitivement

et ne se sont pas fait entendre.

 C’est le cas des soldats américains qui se suicident.
Lors d’une manifestation silencieuse à Washington, des vétérans d’Irak et d’Afghanistan ont planté 1800 drapeaux de la bannière étoilée en hommage aux 1800 soldats qui se sont donnés la mort au court des douze derniers mois.
Le suicide tue plus que le combat.
Plus de 7000 morts au combat depuis 2001, et plus de 60 000 suicides sur la même période.
Un nombre hallucinant, vertigineux, qui glace le sang, et nous replonge dans les pires heures de la guerre au Vietnam.
A croire que la détresse de ces jeunes hommes et femmes, atteints du trouble de stress post-traumatique, clairement identifié depuis de nombreuses années, n’a pas été prise en compte.
soldat
Un vétéran raconte qu’il plaisantait encore avec son copain quelques secondes avant que celui-ci ne se tire une balle dans la tête, dans le char qui les transportait.
Chaque jour 18 soldats américains se suicident, soit 1 toutes les 80 minutes.

 Simon et Garfunkel chantaient « The Sound of Silence »…

Hello darkness my old friend
I’ve come to talk with you again
Because a vision softly creeping
Left its seeds while I was sleeping
And the vision that was planted in my brain
Still remains
Within the sound of silence.

httpv://youtu.be/dTCNwgzM2rQ

 Salut obscurité, ma vieille amie
Je suis venu pour te parler à nouveau
Parce qu’une vision s’insinuant lentement
A laissé ses graines alors que je dormais
Et la vision qui a été plantée dans mon cerveau
Reste encore
À l’intérieur du son du silence.
 Pascale Davidovicz

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*