Le gaz israélien : la Jordanie achète

Le champ de gaz israélien Tamar a signé avec la Jordanie un accord portant sur la fourniture de 1.89 milliards de m3 de gaz en quinze ans et représentant une transaction de 500 millions de $. Les partenaires engagés dans l’exploitation de Tamar viennent de conclure avec deux entreprises jordaniennes leur premier contrat d’exportation. tamar 2

La Jordanie a besoin de gaz et est dépendante d’un pipeline situé dans le Sinaï, et dont l’approvisionnement est plus que douteux suite aux nombreuses attaques dont il fait l’objet depuis que l’instabilité s’est installée dans cette région.
Le gouvernement israélien a décidé l’an dernier d’allouer 40% de ses réserves de gaz naturel à l’exportation. Il considère le gaz comme une opportunité d’améliorer les relations avec ses voisins, dont la Jordanie. On pense aussi qu’Israël pourrait finalement vendre du gaz à la Turquie, bien que les liens entre les deux pays aient été gelés au cours des dernières années.

Les ventes de Tamar à la Jordanie devraient commencer en 2016, une fois que l’infrastructure minimale requise aura été mise en place.

Le prix de vente sera basé sur un prix plancher de  228 $ par mille mètres cubes de gaz avec un potentiel d’évolution lié au prix du pétrole brut Brent (à titre de comparaison, le cours est aujourd’hui de 212$). Noble (l’un des partenaires exploitant Tamar) a déclaré qu’il faudrait également facturer des frais de services de vente et de marketing ainsi que des frais de transfert. Le revenu brut prévu est évalué à à 500 millions de dollars, les revenus réel dépendant des quantités réellement achetées ainsi que de la variation des cours du pétrole tout au long de la période couverte par le contrat. tamar_1
«Cet accord ouvrira la voie à d’autres projets à l’exportation qui pourraient non seulement améliorer la coopération régionale mais aussi fournir un approvisionnement supplémentaire pour le marché intérieur et un renforcement de la sécurité d’approvisionnement à travers le développement des réservoirs et des infrastructures», a déclaré Lawson Freeman, vice-président du secteur Méditerranée orientale de Noble.
L’achèvement de la transaction est soumis à diverses conditions d’approbations réglementaires.
Comme dans le cas de Leviathan, le premier contrat signé à l’exportation par Tamar se fait avec un de ses voisins arabes……qui ne le boycottent pas.
Line Tubiana

“Le projet va réduire le coût de production total de 357 millions de dollars (260 M EUR)  pour Arab Potash et de 7,5 millions de dollars (5,4 M EUR) pour Jordan Bromine  dans sa première phase”, a affirmé le président de d’Arab Potash, Jamal Sarairah, cité par le quotidien Al-Ghad, à propos des deux entreprises  produisant de la potasse, du brome et des phosphates.
“Le passage du fioul lourd à du gaz naturel moins coûteux et plus favorable  à la protection de l’environnement devrait permettre une économie totale de 235 millions de dinars (242 M EUR)”, a ajouté le directeur général d’Arab Potash, Brent Heimann, selon le Jordan Times.
Le gaz égyptien représente 80% de la production d’électricité dans le royaume. Selon des responsables, les perturbations dans la livraison de gaz  coûtent chaque jour au moins un million de dollars à la Jordanie.
AFP

 

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*