« Le Chat du Rabbin » au Théâtre des Mathurins

Après avoir rencontré un franc succès en Suisse,
« Le Chat du Rabbin » s’est installé
pour deux mois au Théâtre des Mathurins.

Sarah Marcuse et la Compagnie de la Fourmilière nous offrent un spectacle inspiré des deux premiers tomes de la fameuse BD de Johan Sfar dont on retrouve avec bonheur l’atmosphère.chat-rabbin_1

Et pour vous donner le ton de cette pièce, voila comment Sarah Marcuse se définit sur la page d’accueil de son site : « En 2002, j’ai fondé la compagnie – LA FOURMILIERE – association d’idées, qui a pour but de produire et diffuser la création culturelle dans les domaines du Théâtre, de la Musique et du Cinéma avec toutefois un objectif bien précis : promouvoir une vision positive du monde, une fenêtre d’espoir. »

Notre fameux chat commence à parler après avoir allègrement tué et avalé le perroquet de son maître le rabbin, et ses paroles ne sont pas aussi sages que le voudrait le rabbin. Il sera donc puni, éloigné de sa maîtresse adorée Zlabiya. Pour devenir un bon chat juif, une seule solution, faire sa Bar-Mitzvah. Mais tout n’est pas si simple…..chat-rabbin_2

Le rabbin, le chat, sa fille, sont accompagnés par un tas d’autres personnages qui nous donnent l’impression d’avoir fait un bond d’un siècle dans le passé, et qui sont tous interprétés par quatre comédiens, dont trois sont des musiciens. Le personnage du naïf qui pose de drôles de questions, et qui est nommé « Birkat HaCohanim » est intemporel, et fait aussi penser à d’autres naïfs que l’on rencontre dans les romans et les pièces de théâtre Yiddishs.

Et puis le duo formé par le rabbin et le chat est formidable. L’étude, l’érudition, la foi et la pratique de l’un rencontrent soudain un autre monde : la recherche du bien-être qui ne s’encombre pas de règles inutiles, et qui se permet de tout dire, même et surtout ce dont on ne doit pas parler. Ainsi notre chat qui passe ses nuit à rôder, nous pose au passage la question de la gestion des pulsions sexuelles, lui franchement, ne croit pas vraiment qu’il soit possible de « sublimer ».

Rabbin Teaser Gen Web from Sarah Marcuse on Vimeo.

Le rabbin lui, nous explique combien la vision occidentale et cartésienne de l’univers est réductrice face à la richesse du judaïsme. D’un côté « thèse, antithèse, synthèse », et de l’autre « thèse, antithèse, antithèse, antithèse, antithèse, antithèse, antithèse….. »

Toute la pièce est un régal : jeu, musique, mise en scène. Alors allez-y, c’est aussi une façon de dire à tous ceux qui veulent imposer leur loi pourrie que notre culture et notre humour, le fameux humour juif, valent mieux que leur haine et leur charia.

Line Tubiana

Théâtre des Mathurins
Du mardi au samedi à 19h00
Matinées le mercredi et le dimanche à 15h00

Avec : Pascal BERNEY, Rachel GORDY remplacée à partir du 20 janvier par Mounya BOUDIAF, Xavier LOIRA, Jacques MAEDER, Et Marc BERMAN (accordéon), Guillaume LAGGER (percussions et harmonica) et Ben VICQ (mandoline).

Mise en scène Sarah MARCUSE assistée de Radhia CHAPOT-HABBES
Composition musicale : Marc BERMAN
Univers visuel : Xénia MARCUSE.
Musique: L’angle du chat

Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , ,
Publié dans théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman