Alsace-Moselle: les cours de religion à l’école en danger

L’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle risque une « marginalisation rapide » s’il devient optionnel, se sont émus mardi les représentants des cultes reconnus par le droit local, en réaction à une proposition en ce sens de l’Observatoire de la laïcité.

« Le placement de l’enseignement religieux en dehors de l’horaire scolaire irait dans le sens d’une marginalisation rapide », s’inquiètent les représentants des cultes catholique, protestant et juif dans un communiqué.

publicitÉ


religion

« Qui voudrait le suivre, surtout si aucune autre alternative que le temps libre n’est plus présentée? » s’interrogent les responsables religieux, qui rappellent leur « attachement à un enseignement obligatoirement organisé dans le cadre scolaire, tel qu’il fonctionne depuis maintenant près d’un siècle ».

Dans un avis publié lundi, l’Observatoire de la laïcité, une instance rattachée à Matignon, a proposé de faire « évoluer » le droit local spécifique à l’Alsace-Moselle, notamment en rendant pleinement optionnel l’enseignement religieux à l’école.

En théorie, cet enseignement est obligatoire dans les trois départements concernés, à raison d’une heure par semaine dans le primaire comme dans le secondaire. Dans les faits, il est cependant facultatif, puisque les familles peuvent demander à en être dispensées.

L’Observatoire a proposé lundi d' »inverser les modalités de choix » pour cet enseignement: il ne reviendrait désormais plus aux élèves qui ne souhaitent pas suivre ce cours de demander à en être dispensés, mais à ceux qui souhaitent le suivre de s’y inscrire.

En outre, en primaire, cette heure de religion ne devrait plus être, comme aujourd’hui, intégrée dans les 24 heures de cours hebdomadaire, car cela conduit à ce que « les élèves se voient privés d’une heure d’enseignement général par rapport aux élèves du reste du territoire », relève l’Observatoire.

Dans leur réaction rendue publique mardi, les représentants des cultes estiment qu’avec le système actuel, la « liberté de choix » des familles est « largement satisfaite ».

On peut se demander pourquoi il faudrait modifier un système qui fonctionne. S’agit-il de montrer aux musulmans que chrétiens et juifs n’ont plus le haut du pavé? Pourquoi l’Etat devrait-il intervenir en Alsace – Moselle où un passé historique doit être respecté.

Il s’agit de transformer le visage de la France par petites touches.

André Mamou avec AFP

Tagués avec : , , , , , , , , ,
Publié dans société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter