Les fêtes juives par un shmil ou un rmah’

Bientôt la fête où l’en sort d’Egypte et ce n’est pas une mince affaire. Quoi de plus difficile que de traverser le désert avec pour seule compagne de voyage, une matsa qui colle bien au ventre ? Oh, bien sûr, vous pouvez aussi prendre d’autres amis pour le périple : dentifrice, liquide vaisselle, shampoing ou encore du savon et tout ça, casher pour sortir du bourbier égyptien. Cela me rappelle un witz, que j’aime tout particulièrement, parce qu’il résume très bien le rapport qu’a le peuple juif avec sa loi :

Dieu les a guidés dans le désert et au mont Sinaï, il a donné à Moïse les Tables de la Loi 

« Moïse arrive en haut du Mont Sinaï. Dieu lui demande d’enlever ses chaussures et de rester tranquillement derrière le buisson ardent. Dieu lui donne les Dix Paroles (dix commandements). Moïse après plusieurs tentatives de faire reconnaître ces dix préceptes comme crédo du peuple juif, remonte voir Dieu, ils sont maintenant dans une relation cool, pour recevoir la Torah dans sa totalité avec les 613 mitsvot (commandements). Et une fois reçu, Moïse ne se contente pas de ce toutes ces obligations. Ce dernier veut plus de précisions :

  • Dieu, je ne veux en aucun cas t’embêter, une foudre sur le crâne est si vite arrivée, mais quand Tu nous dis de ne pas faire cuire l’agneau dans lait de sa mère, est ce que cela veut dire que l’on ne mange pas le lait avec la viande en même temps ?
  • Oui, oui c’est ça Moïse, répond Dieu.
  • Donc, cela veut-il dire qu’il faut attendre cinq heures après avoir mangé de la viande pour que l’on puisse manger du laitage ?
  • Oui, oui si tu veux, répond Dieu.
  • Mille excuse mon Dieu à moi, mais, est-ce que cela veut dire que je dois aussi avoir une vaisselle pour le lait et une vaisselle pour la viande ?
  • Euh, bah, oui je pense, rétorque Dieu un peu agacé.
  • Bon, vraiment Mon Dieu que j’aime et qui est unique, sans pousser ma grand-mère dans les boulettes de viande, est-ce que cela veut dire aussi qu’il faut un frigidaire pour le lait et un pour la viande et un évier pour le lait et un pour la viande ?
  • Ecoute Moïse, tu commences à m’agacer, fais tout ce que tu veux… »

Les fêtes juives sont toujours une invitation à souffrir (un peu) et se réjouir (beaucoup) et dans notre nouveau monde juif, on aime ça ! On aime tout autant l’un que l’autre et vice versa.

Pour nous amuser, durant les fêtes, il y a plusieurs possibilités : faire rire nos enfants, taquiner le cousin ultra observant, draguer la belle mère ou encore juste être ensemble et se raconter des histoires que l’on a déjà, soit, déjà entendues, soit, déjà racontées.

Ma fille, qui a treize ans (qui a pris un autre nom pour la circonstance) et moi-même, on a décidé de vous faire rire, ou au moins d’essayer de vous faire sourire. Et vous faire sourire un peu serait déjà une victoire qui nous remplis de joie et ne dessert pas notre foi. Alors, pour cela, on vous propose de partager avec nous ce petit livret illustré par Eli Partouche et écrit par moi-même.

Trois fêtes juives sont à l’honneur ; Pourim, Pessah et Hanouka. Pour le tome 1. Il n’est pas question de vous raconter l’histoire de la fête ou bien encore, comment l’observer ou encore comment ne pas l’observer ou comment ne pas la comprendre. Ici, il est juste question de vous raconter l’histoire de la fête, en parodiant notre merveilleux patrimoine historique et biblique.

Alors, pour 10 euros, gagner le Gan Eden directement.

Les fêtes juives

Gilbert Werndorfer, Illustrées par Eli Partouche

Pour se le procurer sans frais de port : https://samuelwerndorfer.wixsite.com/lesfetesjuives

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans Religion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter