Radio J : fin de la liberté d’expression ?

Dov Zerah, nouveau président de Radio J, dès sa prise de fonction, a imprimé sa vision de la liberté d’expression en interdisant à compter du vendredi 7 décembre, la diffusion (payée au demeurant) de la chronique hebdomadaire de l’UPJF. Cette chronique diffusée chaque dimanche vers 15H15 sur Radio J faisait partie du paysage communautaire depuis une vingtaine d’années.

publicitÉ


 

J’ai accepté naturellement, précisément au nom de la liberté d’expression, la demande de Claude Barouch, président de l’UPJF, de s’exprimer pour faire part de son mécontentement, dans la ligne ouverte de ce dimanche 16 décembre.

10 minutes après l’intervention de Claude Barouch, alors que je dialoguais avec des auditeurs, Dov Zerah a donné l’ordre à notre technicien réalisateur, que les micros me soient coupés et que de la musique soit diffusée à la place.

J’ai juste eu le temps de protester contre cette censure.

La « ligne ouverte » est (ou était) un rare lieu où tous pouvaient s’exprimer sans censure (sauf propos délictuels). J’anime (ou j’animais) cette émission depuis 37 ans, bénévolement en y consacrant mes dimanches après-midi.

Co-fondateur de Radio J, si ces décisions persistent, je devrai me résoudre à ce que cette radio devienne la radio d’une pensée unique, au détriment de tous ceux n’appartenant pas aux « élites bien pensantes » dans notre communauté.

Guy Rosanowitch.

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans médias
3 commentaires pour “Radio J : fin de la liberté d’expression ?
  1. Danielle KHAYAT, magistrat en retraite dit :

    Je suis consternée par cette nouvelle atteinte à la liberté d’expression sur un média juif. Consternée mais pas surprise car le précédent de la censure imposée à Akadem pour des propos tenus par Georges Bensoussan qui déplaisaient à des « notables israélites » était un signal inquiétant, qui n’a malheureusement pas eu le retentissement ni la condamnation qu’il méritait.
    Les médias juifs s’alarment, à juste titre, du « politiquement correct » qui sévit lorsqu’il s’agit d’Israël et des incessantes condamnations prononcées contre lui, sous n’importe quel prétexte – quitte à l’inventer.
    En foulant au pied la liberté d’expression, certains médias juifs ou leurs dirigeants adoptent la même attitude, mortelle pour la démocratie.
    Il nous incombe à tous de nous élever contre cette censure qui se met en place. Comme d’assurer de notre soutien ceux qui en sont victimes.

  2. strich dit :

    j’étais à l’écoute sur radio j quand effectivement la conversation avec un auditeur a été brutalement interrompu ,sur l’instant je n’ai rien compris , mais après l’intervention très courte de guy rosanovitch j’ai été profondément choquée de cet arrêt arbitraire de cette émission que j’écoutais depuis des années j’attendais 15 heures pour écouter les intervenants, qui nous informaient des faits et avec beaucoup d’intelligence certaines personnes tel qu’une certaine nina nous éclairait sur des sujets importants de la vie en israel et leurs ennemis
    c’est vraiment dommage qu’une telle émission s’arrête ,je remercie personnellement monsieur Rosanovitch d’avoir consacré toutes ces années et qui faisait un travail remarquable, dorénavant je n’écouterai plus radio j une auditrice très mécontente

  3. Ephraim dit :

    Doc Zerah est un opportuniste sans scrupule qui cherche en permanence un job car il est remercié systématiquement de toutes ces places
    Homme soit disanrpt de gauche Il Ca dons interrompre toute intervention pro israélienne ôu anti arabe ou anti pouvoir
    Franc maçon il ne cesse de remuer ou de foutre la merde là où il se trouve
    Apres Aboab et son patron Radio J va être une radio contraire à 95% des francais juifs proisraeliens
    Il faur faire virer au plus Civilr cette vermine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter