Un destin commun, par Gil Taieb

En cette veille de Pessah, Israël va pour la cinquième fois porter à la tête de son gouvernement Benjamin Natanyaou.

La démocratie a parlé, les urnes se sont exprimées, le peuple a choisi en toute liberté et conscience.

Le génie politique de Bibi, sa connaissance parfaite du terrain et de son peuple ont fait la différence. Durant toute la campagne, 2 camps se sont affrontés. D’un côté Bibi et de l’autre ceux qui voulaient le dégager.

Le pays s’est ainsi divisé et le système à la proportionnelle intégrale a cristallisé cette bipolarité. Un système exemplaire de démocratie mais un système qui montre ses limites.

Pas un échange sur le fond, pas de programme, pas de débat.

Un règlement de compte, un Free Fighting, un combat sans règles ni lois.

Dommage, car tous les principaux acteurs sont des êtres de valeurs, des sionistes et des amoureux d’Israël.

Je veux réaffirmer mon respect et mon admiration pour Benny, Gabi et Boogi, leurs années au service d’Israël sont les meilleures réponses aux attaques lamentables

Seules certaines alliances ont desservi voir même découragé ceux qui ont envisagé un moment le changement.

Bibi, plus expérimenté et bien plus rusé, a su trouver les mots justes.
La Victoire du Likoud est Sa victoire ! Il l’a porté à bout de bras.

Jamais le Likoud n’a obtenu autant de sièges.

Ce résultat est le fruit de son travail.

Maintenant, il faut gouverner !

Les négociations ont commencé et chacun, fort de ces quelques mandats, va présenter l’addition et passer à la caisse.

Les résultats montrent une carte électorale bien marquée et 2 voire 3 Israël se dessiner.

Son gouvernement aura à rassurer les habitants de Nahal Oz et de Sderot
Il devra montrer à ceux de Tel-Aviv et de Jérusalem, comme à ceux de Haifa et de Netivot, qu’ils vivent sur la même terre et que leur destin est commun.
Bibi aura charge de poursuivre sa remarquable action diplomatique mais aussi prendre le temps de regarder que dans la start-up nation, les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres.

J’ai en tête l’intervention émouvante d’une femme âgée qui s’adressait avec colère à Bibi. Elle lui réclamait de regarder vers ce petit peuple qui n’arrive pas à vivre avec dignité, ce petit peuple qui souffre et qui réclame sa part de miracle.

Cette femme, malgré sa souffrance a terminé son intervention en réaffirmant qu’elle allait une fois de plus voter pour Bibi.

Une attitude qui en dit long sur la situation de la société Israélienne et sur le rapport particulier qui a été établi entre le premier ministre et une grande majorité des israéliens. La merveilleuse énergie qui alimente le moteur créatif de ce petit grand pays doit aussi profiter à ceux qui comme les autres participent de toute leur âme et de tout leur corps à la sécurité et à la Défense du pays.

Ils sont en droit d’exiger de pouvoir vivre dignement, de se soigner et avoir un toit.

Ce cinquième mandat doit être celui de la redistribution, de l’équité et de la fraternité.

Jeudi soir, après le résultat des élections, tout Israël regardait vers le ciel ou plutôt vers la lune.

Tous étaient étaient fiers du génie Israélien !

Israël allait-il réussir à inscrire son nom parmi les très rares nations à alunir ?

Israël allait-il être le quatrième pays dont le drapeau allait être posé sur la lune ?

Jeudi soir, comme depuis sa création, Israël a vibré à l’unisson.

Mais, à 11 km à peine de la lune, le moteur a lâché et avec lui un rêve inassouvi.

Israël devra pour l’instant se « contenter » d’être une de 7 puissances à avoir atteint l’orbite lunaire. Ce qui, admettons-le, est une performance dont nombres de pays se contenteraient.

Un Honneur pour une Nation qui fêtera bientôt ses 71 ans.

Un échec provisoire déjà oublié car le milliardaire américain Morris Kahen, sponsor du premier essai, a déjà annoncé que le projet Berechit 2 allait être entamé.

Jeudi soir le peuple, au lendemain d’une élection qui a divisé, s’est retrouvé prêt à relever tous les défis et à préparer l’avenir.

Souhaitons à Bibi de réussir car il a entre les mains le seul pays juif.

Exigeons de lui et de son gouvernement qu’ils n’oublient personne.

Espérons surtout que les mots, les attaques et les insultes proférées pendant cette campagne, ne laissent pas de traces. Que chacun recouvre la raison.
Pessah nous rappelle que nous avons été esclaves. Aujourd’hui nous sommes libres et avons la possibilité en quelques heures de nous rendre à Jérusalem quels que soient nos choix, nos idées et nos origines.

Israël appartient à tous les descendants de ceux qui ont quitté l’Égypte et ont formé notre Peuple

Longue vie à Israël

Am Israel Haï

Gil Taieb

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter