«Breaking the silence», l’ONG au cœur d’une polémique

L’ONG d’extrême gauche “Breaking the silence” qui publie des témoignages d’anciens soldats contre Tsahal est au cœur d’une polémique qui secoue la classe politique.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou avait demandé à la Knesset au chef de l’opposition Yitzhak Herzog de dénoncer les agissements de l’ONG qui, selon ses détracteurs, contribue à donner une mauvaise image d’Israël dans le monde.

publicitÉ


Le ministre de la Défense Moshé Yaalon avait interdit à ses membres d’entrer dans des bases militaires et Naftali Bennett, le ministre de l’Education a de son côté affirmé qu’ils ne pourraient plus parler aux élèves des écoles publiques.

Le président de l’Etat Reouven Rivlin avait été la cible d’une campagne contre lui, suite à sa participation à un colloque organisé par le quotidien de gauche Haaretz où figuraient également des responsables de l’ONG.

Yair Lapid et des réservistes de Tsahal lors d’une conférence de presse  le 20 décembre 2015  Crédit Tomer Neuberg/FLASH90

Yair Lapid et des réservistes de Tsahal lors d’une conférence de presse
le 20 décembre 2015
Crédit Tomer Neuberg/FLASH90

Le chef du Parti Yesh Atid, Yaïr Lapid a réuni dimanche une conférence de presse pour dénoncer l’association à qui il reproche de salir l’image de Tsahal.

Entouré d’officiers de réserve et muni d’une pétition signée par 600 anciens soldats, M. Lapid a affirmé venir « défendre les valeurs de Tsahal ».

« On peut émettre des critiques mais vilipender Tsahal à l’étranger met en péril les fondements de l’Etat d’Israël et Breaking the silence a franchi cette ligne rouge », a déclaré le député.

DW

http://www.israpresse.net/breaking-the-silence-long-coeur-dune-polemique/

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron"