Winnie l’ourson censuré en Chine pour sa ressemblance avec le président Xi Jinping

Cette censure, qui n’a pas été officiellement confirmée, mais constatée par des observateurs, survient à l’approche du 19e Congrès national du parti communiste, à l’automne.

Avec son petit t-shirt rouge, sa légendaire bonhomie et sa passion pour le miel, Winnie l’ourson n’est pas aussi inoffensif qu’il n’en a l’air. En Chine, toutes les mentions de ce personnage, créé par l’auteur britannique A.A. Milne en 1926, sont censurées sur les réseaux sociaux, rapporte le Financial Times (en anglais, pour abonnés), dimanche 16 juillet.

Cette censure, qui se traduit par un message « contenu illégal » dès lors qu’un internaute tente de poster un gif, une image ou le nom « Winnie l’ourson », a été observée pendant le week-end sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter, ainsi que sur WeChat, une application comparable à WhatsApp. Elle fait suite à l’émergence en 2013 d’un mème, une image virale, comparant le président chinois Xi Jinping au sympathique animal.

A l’époque, la photo d’une rencontre entre Xi Jinping et Barack Obama avait donné lieu à un détournement montrant Winnie l’ourson et son ami Tigrou, censé représenter le président américain. Toujours selon le Financial Times, une image montrant d’une part Xi Jinping lors d’une parade, et de l’autre, l’ourson dans une voiture, avait déjà été désignée « image la plus censurée de 2015 » par les observateurs de l’agence Global Risk Insights (en anglais). 

Interdiction de parler du président

« Historiquement, deux choses sont interdites : s’organiser politiquement et mener des actions politiques. Mais cette année, il est également interdit de parler du président », explique au quotidien britannique Qiao Mu, professeur à l’université des langues étrangères de Pékin.

A l’approche du 19e Congrès national du parti communiste, à l’automne, la censure s’est renforcée, rapporte le Financial Times. L’événement, qui se tient tous les cinq ans, doit marquer la nomination du bureau politique et de son comité permanent. C’est dans ce contexte que, selon Qiao Mu, des internautes ont été arrêtés après avoir posté des remarques sur le président.« Je pense que cette histoire de Winnie s’inscrit dans cette tendance« , ajoute-t-il.

En Chine, les internautes sont habitués à évoquer la politique à travers des blagues et des détournements, afin de contourner la censure, rappelle le quotidien.

Source francetvinfo

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , ,
Publié dans international
Un commentaire pour “Winnie l’ourson censuré en Chine pour sa ressemblance avec le président Xi Jinping
  1. julius dit :

    A part la France et « Le Figaro », beaucoup de pays et de médias pratiquent la censure, sous une forme ou une autre. C’est du second degré, mais déjà au siècle des Lumières, cela fonctionnait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO


Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman