Polémique à Bruges autour du nouveau nom du marché de Noël

Certains membres de la classe politique belge critiquent la décision de renommer le marché de Noël « marché d’hiver ».

publicitÉ


L’hiver n’est pas encore à nos portes, mais le marché de Noël de Bruges fait déjà parler de lui. À trois semaines de son inauguration sur la Grand-Place de la ville flamande, différents hommes politiques ont vivement réagi à la décision de renommer le traditionnel marché de Noël (« kerstmarkt » en néerlandais) en marché d’hiver, « wintermarkt ».

« C’est incroyable de voir comment certains veulent voir disparaître nos traditions les plus anciennes au nom du soi-disant concept de ‘tolérance’ », s’est ainsi exprimé le 28 octobre sur Twitter le sénateur Pol Van Den Driessch, du parti de droite Nouvelle Alliance Flamande (N-VA).

« Ce nom est carrément ridicule », poursuit-il dans une interview au quotidien néerlandophone Het Nieusblad. « Que vous soyez religieux ou non, le marché de Noël fait partie de notre culture. Il n’y a aucune raison de jeter les traditions par-dessus bord, et certainement pas sous prétexte de la neutralité. Connaissez-vous un musulman qui refuse de visiter un marché de Noël de peur d’être bousculé par les valeurs et les normes catholiques ? »

« Allons-nous en », a commenté ironiquement sur Twitter le secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations Theo Francken, également du parti N-VA, et connu pour ses déclarations polémiques en matière d’immigration.

Faire place à plus d’activités

La fédération des marchands de Bruges affirme pourtant ne pas saisir les raisons d’une telle polémique. « Avec cette dénomination, nous voulons adopter une position neutre », a déclaré l’organisateur Piet Vanderyse au quotidien Het Laatste Nieuws. « C’est déjà la deuxième année que nous utilisons cette appellation et nous ne comprenons pas d’où vient cette soudaine indignation. »

D’après les organisateurs, ce changement de nom aurait pour but d’accorder plus de place à d’autres activités hivernales, notamment sportives. Il permettrait en outre de justifier l’ouverture du marché avant la Saint-Nicolas, le 6 décembre. « Cela ne signifie pas qu’il n’y aura plus d’esprit de Noël, tient cependant à rassurer Piet Vanderyse, il y aura des chants de Noël, une crèche et un arbre de Noël. »

Le marché de Noël de Bruges n’est pas le premier de Belgique à adopter une dénomination non religieuse : la ville de Bruxelles a par exemple opté pour « Plaisirs d’hiver ». Gand, Hasselt et Anvers, commune pourtant dirigée par le président du N-VA Bart de Wever, ont également opté pour des noms comprenant le mot « hiver ».

Un problème superficiel

Selon le philosophe de la culture Lieven De Cauter, de l’université catholique de Louvain, rien de surprenant à ce que l’évolution des traditions de Noël provoque une telle polémique. « Nous sommes très doués pour être sensibles à des problèmes aussi superficiels », a-t-il déclaré dans une interview à Het Nieusblad. « Le marché de Noël n’est même pas une tradition flamande. Ces étals ne sont certainement pas ici depuis plus de vingt ans », poursuit-il, avant de noter qu’une tradition peut néanmoins se développer rapidement.

Pierre Sautreuil, la-croix.com

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans international
2 commentaires pour “Polémique à Bruges autour du nouveau nom du marché de Noël
  1. RONNY dit :

    Il ne faut plus se mettre à 4 pattes, stoppez cette islamisation en France en Belgique et dans toute l’Europe.

  2. Julius dit :

    Les maîtres n’ont même plus besoin de demander, les vassaux accourent au devant de leurs désirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…