Jérusalem capitale d’Israël : La responsabilité de ceux qui jettent de l’huile sur le feu !

Donald Trump vient de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Les Cassandres de tous bords prédisent, entre autre, une catastrophe, un embrasement du Moyen-Orient, une vague d’attentats sans précédent contre l’Etat Hébreu et les USA, une nouvelle intifada et la fin du processus de paix israélo-palestinien. Qu’en est-il réellement ?

photo : REUTERS/Jonathan Ernst

Au Moyen-Orient rien de nouveau !

Il n’y a rien de révolutionnaire dans les propos du Président américain. Car pour les USA, depuis 1995, suite, à une décision du Congrès, Jérusalem est déjà la capitale d’Israël. Les pensionnaires de la Maison Blanche qui se sont succédés jusque-là se sont contentés de retarder le transfert de leur ambassade de Tel Aviv. « L’homme le plus puissant de la planète » n’a fait qu’énoncer tout haut cette réalité.

Vers une escalade ?

Suite aux propos de Donald Trump, « Les portes de l’enfer sont [elles] ouvertes » comme l’annonce le Hamas ?

En réalité, Israël n’a pas connu, depuis sa création, un seul jour sans menace d’anéantissement. Aujourd’hui l’Iran a remplacé les légions arabes qui voulaient « jeter les juifs à la mer ». Par la suite, certains Etats ont signé un traité de paix avec l’Etat Hébreu.

En ce qui concerne le terrorisme, dès qu’une faction se modère, une autre pointe aussitôt. Hier c’était l’OLP, aujourd’hui le Hamas et le djihad islamique ont pris la relève.

Quant à l’instabilité du Moyen-Orient, les conflits en cours en Syrie, en Irak ou au Yémen ont causé des destructions massives avec des centaines de milliers de morts, des millions de déplacés, des villes anéanties, le nettoyage ethnique des Yézidis et l’exode sans précédent des chrétiens d’orient menacés au quotidien, sans parler de la dévastation volontaire de sites archéologiques inestimables.

Jamais les conflits entre Israël et ses voisins arabes n’ont atteint ces sommets d’horreur.

Le minimum syndical pour les condamnations arabes

Hormis l’Iran, la Turquie ou le Hamas qui se montrent les plus véhéments, les pays arabes et/ou musulmans usent d’une rhétorique connue qui ne tranche guère avec ce qui est habituellement pratiqué.

Pour les Saoudiens, leader du monde sunnite, la page semble définitivement tournée puisque le prince héritier Mohammed ben Salman propose que la ville d’Abou Dis, située dans le Gouvernorat de Jérusalem, devienne la capitale de la Palestine.

Jérusalem ville ouverte

Annoncer que Jérusalem, centralité millénaire du peuple juif, est la capitale d’Israël est-ce vraiment là une catastrophe ? Est-ce plus abominable que tout ce qui vient d’être énoncé ?

Il faut raison garder et rappeler que durant des décennies quand « la ville trois fois sainte » était sous occupation jordanienne, les lieux saints non musulmans n’étaient pas libres d’accès. Cela n’est possible que depuis que l’Etat Juif administre Jérusalem.

De plus, soucieux de l’équilibre précaire, Israël, pour éviter les tensions inter communautaires, a mis volontairement en place depuis 1967 le « statu quo » qui limite l’accès des non-musulmans au Mont du Temple, le lieu le plus saint du judaïsme, l’esplanade des mosquées pour l’islam.

La guerre entre les sunnites et les chiites

La question palestinienne n’est plus la préoccupation majeure des pays sunnites, Arabie Saoudite en tête qui se sentent menacés par les visées hégémoniques perses et la création d’une continuité territoriale chiite, de Téhéran à la Méditerranée, suite à la défaite de Daesh.

Pour les pays du Golfe, mais également l’Egypte et la Jordanie, qui sont de plus menacés par les djihadistes sunnites, une alliance stratégique avec Israël est bien plus urgente et prioritaire car il en va de leur survie même.

C’est la déstabilisation de ces pays qui plongerait définitivement la région dans le chaos.

Une solution à deux Etats est-elle encore possible ?

En vérité, la réponse à cette question est dans les mains des palestiniens eux-mêmes.

Israël, lors du plan de partage de l’ONU en 1947 a accepté un pays sans Jérusalem, l’essentiel était d’avoir un Etat, d’être enfin maître de son destin. Les palestiniens auront-ils cette sagesse et feront ils ainsi mentir, Shimon Perez, cet artisan infatigable de la paix, lequel disait qu’ils « ne perdaient jamais une occasion de perdre une occasion » ?

La dernière en date a été le limogeage du Premier Ministre Salam Fayyad qui avait fait un excellent travail en posant les fondements d’un Etat et d’une administration efficace. Sa volonté de transparence, en particulier sur l’utilisation de l’aide internationale qui n’était pas du gout des caciques de l’OLP, lui a été fatale.

Il faudra également résoudre le problème, jusque-là insoluble, de la division entre Gaza, aux mains des islamistes du Hamas, et la Cisjordanie gouvernée par l’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas.

Quel rôle pour les puissances occidentales ?

Si l’Europe veut avoir un rôle dans le processus de paix entre palestiniens et israéliens, ce n’est certainement pas en soutenant des résolutions, comme à l’UNESCO, niant tout lien entre le peuple juif et Jérusalem que cela sera possible.

La reconnaissance unilatérale et sans négociations de la Palestine, en réponse à l’initiative du locataire du bureau ovale, ne sera pas autrement plus contributive. Car cela n’en fera pas pour autant un Etat viable. Le problème israélo-palestinien ne peut être réglé si l’on fait abstraction des conflits régionaux qui l’alimentent.

En définitive, si l’Union Européenne veut le bien des deux peuples, israéliens et palestiniens, elle se doit d’intégrer la nouvelle donne géopolitique et encourager les alliances qui se forgent entre Israël et ses voisins arabes, seuls porteurs d’espoir de la stabilité régionale.

 

 

 

 

Hagay Sobol

Médecin et professeur des universités,                                                                                                                   conseiller PS dans le 11e et 12e arrondissements de Marseille,                                                                                  Secrétaire Fédéral chargé des coopérations en Méditerranée.

 

 

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans international
5 commentaires pour “Jérusalem capitale d’Israël : La responsabilité de ceux qui jettent de l’huile sur le feu !
  1. Israel Eden Tratner dit :

    les reactions actuelles à la declaration courageuse de Donald Trump, et aux previsions que certainement les islamo gauchiste et islamo nazi di monde attendaient , c’est un peu la montagne qui accouche d’une sourie… En fin de compte seul les enragés sont encore plus hystériques, mais la vérité fait parfois cet effet à ceux qui la refusent

    • Hagay Sobol dit :

      Israel Eden Tratner
      La déclaration de Trump semble avoir pris au dépourvu beaucoup de monde (pas uniquement ceux que vous énoncez), ou tout au moins nombreux ont feint la surprise alors que le contenu de la déclaration, si on prend la peine de la lire n’a rien de révolutionnaire ou provoquant, à moins de considérer que contrairement au palestinien à qui l’on accorde sans réserve Jérusalem Est, les israéliens n’ont de droit sur aucune partie de la ville « trois fois sainte » ?
      La réalité sur le terrain n’est pas à la hauteur de la violence escomptée, rendant invalide la plupart des critiques formulées.
      mais tout peu basculer à la moindre étincelle.

  2. josaphat dit :

    Article très clair et très réaliste, on pourra noter: les foyers de haine contre Israël qui effectivement se déplacent quand d’autres s’apaisent, ce qui démontre la manipulation des masses par des régimes autocratiques de Rabat à Téhéran…il y a peu de médias qui analysent la FORME de ces manifestations: haineuses, guerrières, barbares, destructrices, antisémites alors qu’elles sont censées exprimer une opinion par rapport à un fait.
    Quant à la France et l’UE…leur analyse est scotchée aux résolutions de 1947 et ridiculement anachronique!!!C’est comme si l’on sortait de l’épuration en mentalité…et dire que l’on ose appeler cette indécence intellectuelle: « la politique arabe »…personnellement, je regrette les « petits pas de Kissinger » alors que nous, nous dansons le « dernier tango »!!!!!
    Bien à vous Hagay Sobol.

    • Hagay Sobol dit :

      Josaphat,
      Merci pour ce commentaire.
      Il semble que la position de l’UE et de la majorité des pays constitutifs soit timorée soit par méconnaissance des bouleversements d’alliances qui s’opèrent au MO ou pour des raisons plus pragmatiques de relations commerciale.
      Cette déclaration américaine qui n’aurait pu se faire sans une coordination avec l’Egypte et l’Arabie Saoudite, est le juste pendant des déclarations revendiquant Jérusalem Est pour les palestiniens ce qui ne choque personne.
      Du reste, Poutine, a déjà reconnu une souveraineté israélienne (Jérusalem Ouest) sur la ville trois fois sainte. En se donnant la peine de lire la déclaration de Trump, si leurs styles diffèrent, on s’apercevrait que le fond est proche ce qui n’a pas provoquée autant de réprobation…

  3. levy dit :

    La chasse à courre depuis des millénaires

    La chasse à courre organisée par tous les pays du monde pour traquer, encercler et tuer le pauvre petit animal juif a échoué.
    Les soit disant grands de ce monde n’ont toujours pas compris que la quantité ne peux rien contre la qualité.
    Encore aujourd’hui, ils n’ont rien compris et ils continuent leur chasse à courre en espérant un jour assister à la curée du peuple juif et d’Israël.
    En 1948 ils assistèrent à un spectacle ahurissant, à une métamorphose spectaculaire.
    Ces juifs affaiblis, condamnés à leur destruction ce transformèrent en lions rugissant. La peur venait de changer de camps.
    Imaginons un seul instant que ce miracle n’est pas eu lieu. Israël et les juifs n’existeraient plus, c’est une certitude.
    Qu’on l’aime ou pas, aujourd’hui du haut de sa tribune un homme se lève et dit au peuple juif
    Ce que le monde sait pertinemment. Jérusalem est votre capitale, votre berceau, l’a.d.n de tous les juifs, vivez en paix chez vous.
    Merci Monsieur Trump pour votre courage.

    Et voila que de nouveau le monde s’insurge et n’accepte pas cette évidence.

    La chasse à courre reprend .C’est désespérant.

    Le jour ou tous les pays du monde accepteront de vivre en paix avec Israël, ce sera une
    ère nouvelle de fraternité pour toute l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO