Sarcelles, François Pupponi et les pro palestiniens

Monsieur François Pupponi, ancien Maire de Sarcelles,qui a choisi depuis septembre, de se consacrer à la députation, la loi sur le non-cumul des mandats oblige.

Par ce billet, il revient sur l’un des moments les plus difficiles de sa mandature une manifestation pro palestinienne organisée par Nabil Koskossi, celle ci interdite, a été le théâtre de violentes émeutes, visant la communauté juive. Pour avoir en juillet 2014, sur sa page facebook, déclaré à une journaliste sur la nécessité de ne pas donner la parole à de tels individus (Nabil Koskossi),qui bafouent les lois de la République et ses principes, François Pupponi a été traîné devant les tribunaux pour diffamation suite à une plainte de Nabil Koskossi.

François Pupponi (photo Wikipédia)

Mardi le tribunal a statué « La sentence est donc tombée. Je viens d’être condamné par le Tribunal correctionnel de Paris pour avoir diffamé M. Nabil Koskossi.

Ce dernier est le responsable du collectif qui a voulu organiser le 20 juillet 2014 une manifestation pro-palestinienne à Sarcelles, manifestation qui a été interdite par la Préfecture du Val-d’Oise.

Confronté à cette interdiction, M. Nabil Koskossi se faisant le porte-parole du collectif a invité les personnes qui le souhaitaient à se regrouper non loin de la gare de Garges-Sarcelles afin d’obtenir des informations sur la situation, regroupement qui s’est terminé par les cris de « mort aux juifs », « on va vous brûler », par une tentative d’incendie de la synagogue de Sarcelles et par la destruction de commerces exploités par des membres de la communauté juive (et un commerce exploité par un membre de la communauté assyro-chaldéenne).

Depuis cette triste journée de juillet 2014, je n’ai de cesse de dénoncer ces faits et d’essayer d’obtenir la condamnation de leurs auteurs pour qu’ils puissent rendre des comptes.

Dans un premier temps, le Parquet de Pontoise a classé sans suite la plainte de la ville de Sarcelles, aux motifs que celle-ci n’avait aucun intérêt à agir !

Une plainte avec constitution de partie civile a fait l’objet d’un non-lieu, qui vient d’entraîner un pourvoi en cassation.

M. Koskossi, se considérant diffamé par mes déclarations, a porté l’affaire devant le Tribunal et il vient d’avoir gain de cause.

Bien entendu, je fais appel de cette décision.

M. Koskossi vient de déclarer qu’il était heureux de cette décision, je le comprends et il a raison.

Quant à moi, je suis malheureux pour mon pays, malheureux et en colère.

Je prends acte de ces deux décisions de justice que je conteste, au demeurant, dans le cadre des voies légales qui restent ouvertes.

Mais je vais continuer en silence à me battre contre tous les réseaux qui, avec méthode, sapent les valeurs de la République dans nos quartiers.

Jamais je n’accepterai que dans mon pays, celui des Droits de l’Homme, mais aussi celui de la Rafle du Vel’d’Hiv, on puisse impunément crier « mort aux juifs », que l’on puisse essayer de brûler une synagogue, et que l’on brûle un commerce car celui qui l’exploite est juif.

Ma pensée à cet instant va à deux femmes, Eva Sandler, qui a perdu à Toulouse son mari et ses deux enfants et Yaël Cohen, à qui je suis allé un soir annoncer que son fils Johan avait été tué à l’hyper-casher de la porte de Vincennes.

Ces deux femmes sont devenues des amies.

Pour moi l’antisémitisme, ce sont des visages. Le visage des victimes, de leurs proches, mais aussi les visages des assassins, et de ceux qui attisent la haine.

Eva Sandler et Yaël Cohen ont toutes les deux quitté la France car elles considéraient que leur pays n’avait pas su protéger leurs enfants et pour Eva, son mari. Qu’ils avaient été tués en France parce que juifs.

Toutes les deux sont parties vivre en Israël car elles ne croyaient plus à notre pays et je les comprends.

Quand à moi j y crois toujours. Mais un peu moins chaque jour et encore moins aujourd’hui.

Vive la République et Vive la France !

Sylvie Bensaid

Passionnée d'information, Sylvie Bensaid diplômée en marketing et communication, commence sa carrière dans le Groupe Havas. Elle rejoint le magazine Tribune Juive aux côtés de Jacquot Grunewald puis d’Ivan Levai où elle prend la tête de plusieurs rubriques et participe au développement du magazine. Très impliquée dans la vie de la Cite, Sylvie Bensaid participa aux municipales dans le douzième arrondissement avec Jean Marie Cavada et Christine Lagarde. Elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site tribunejuive.info.

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Droits d’auteur des photographies
Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo. Écrivez nous ici
Montgeron
KLARSFELD
Auvergne
Les Lilas
Kavod
Montrouge
Opej
Enghien-les-Bains
MJLF