Un juif peut-il aimer la France ?

Un article du New-York Times – Par Alexander Aciman – Traduit et adapté par Victor Kuperminc

Le jardin du Luxembourg en 1900

J’ai passé ma vie entière à expliquer aux gens pourquoi je parle français, pourquoi j’ai grandi en parlant français avec mes parents et grands parents, pourquoi au moins la moitié de mes coups de téléphone provoquent la question : « Etes-vous français ? » . La réponse est : « quelque chose comme ça ! ».

L’histoire compliquée de ma famille, et la raison pour laquelle je parle français commence en 1860, lorsque Adolphe Crémieux*, un français qui fut Ministre de la Justice, fonda l’Alliance Israelite Universelle dont la mission est d’enseigner le français aux Juifs du Moyen Orient, et de faire connaître la culture française. L’Alliance ouvrit des écoles en Turquie, et dans les pays du Maghreb et eut presque 30000 juifs sous sa tutelle, vers 1900.

publicitÉ


La conséquence fut que nombre de juifs étrangers se sentirent Français, même si la plupart d’entre eux n’avait jamais mis les pieds en Europe. Pour ces juifs francophones, l’Alliance  apportait un espoir comparable au rêve américain.

Je suis le résultat direct de cette aventure. Mon grand père est né à Constantinople, avant de partir pour la cosmopolite Alexandrie. Là où les juifs issus des écoles de l’Alliance se sentaient chez eux, parce que le français était la « lingua franca »  Il rencontra ma grand mère – une juive syrienne-égyptienne, , qui, malgré sa surdité, avait également grandi dans le milieu francophone d’Alexandrie. Ma grand mère vécut quelques années en France, afin d’apprendre le langage des lèvres ; elle reçut même une médaille récompensant son succès. Mon père parlait français à la maison et dans la rue, et pensait qu’il n’était pas Egyptien, mais bien Français.

Adolphe Cremieux

Mais, ce n’est pas seulement la langue que l’Alliance a donnée aux Juifs. Ils lisaient la littérature française, ils ont étudié l’histoire de France, comme si c’étaient leur culture et leur histoire. Quand il était enfant, mon  père lisait « Ma première Histoire de France », un livre dont j’ai hérité. Je me sens chez moi quand je suis en France, quand je parle français, quand je rêve en français. Et  je suis ému quand on chante la « Marseillaise » dans « Casablanca ».

Mais les choses ne sont pas idéales aujourd’hui, en France. Le pays lutte pour maintenir et protéger son importante population juive, la troisième dans le monde. Le chiffre a diminué notamment à cause de la vague d’antisémitisme qui a submergé le pays  durant la dernière décennie. En 2015, – l’année de l’attaque contre Charlie Hebdo – 8000 juifs sont partis en Israël.

Mon grand père s’est installé à Paris dans les années 1960, mais s’est senti mal à l’aise dans le pays qui avait du mal à se remettre de la guerre, de ses rafles et des déportations. Cela lui brisa le cœur, il sentait bien que Paris était sa vraie patrie.

La France avait manqué à la parole donnée par l’Alliance. Sa finalité, c’était de sortir les Juifs de l’obscurantisme de leur milieu, et de leur fournir les outils qui les mèneraient vers une vie meilleure en Europe. C’était la promesse d’un pays qui tirait sa fierté d’être plus civilisé que ceux qui voulaient chasser leur population juive.

Les Juifs francophones se sont réjouis l’année dernière, lorsque le parti d’Emmanuel Macron – La république en marche -, a battu le menaçant Front National, le parti antisémite d’extrême droite. Mais, cette supposée nouvelle France n’a rien fait pour résoudre le problème juif. Chaque année en France, des vitrines juives sont vandalisées, et des supermarchés kasher incendiés.

Ce sentiment général d’insécurité n’a rien à voir avec celui d’il y a plus de cent ans, pendant l’Affaire Dreyfus, lorsqu’il devint évident que la vie juive en France était devenu insupportable. Pour beaucoup, la situation d’aujourd’hui est comparable. L’antisémitisme, apparemment, est un cercle sans fin.

Et malgré tout, je ne peux me résoudre à renoncer à la France; comme si, après plus d’un siècle d’amour de ce pays, cet amour lui-même était devenu une partie de mon génome. Les effets de l’Alliance continuent d’exister en moi.

J’admets qu’il est aussi ridicule d’affirmer que je  ne suis pas français que de prétendre que je le suis. Je connais toutes les stations de correspondance du métro parisien. Comme mon père, j’ai étudié la littérature française à l’université. Mes jours favoris à New-York sont ceux où il pleut, parce que cela me rappelle Paris.

Je ne puis me résoudre à l’idée que l’endroit auquel j’appartiens n’ait rien à voir avec moi. J’ai du mal à accepter la terrible vérité, partagée avec mes amis juifs de France; celle de la rumeur de désastre des années 1900 et 1930. Je me dis que, dans 30 ans, je serai de retour à la maison, et je vois mes enfants, assis et causant à la terrasse  d’un café; alors que j’ai peur qu’il n’y ait plus de juifs du tout en France.

Comme mon grand père, bien que je me sente bien français, et bien que je veuille que mes enfants grandissent dans une atmosphère francophone, cette France rêvée par ma famille n’existe plus. Et, peut-être n’a-t-elle jamais existé.

Dans ses derniers jours, mon grand père et moi écoutions beaucoup de musique française ensemble. Mais la voix qu’il appréciait le plus, c’était celle d’un juif égyptien, Georges Moustaki, qui s’installa en France dans les années 1950, et écrivit plusieurs chansons pour Edith Piaf. Il devint une véritable icône de la musique française. C’était comme si, à travers cette musique, mon grand père vivait son rêve, être français, un vrai français.

Ce musicien est enterré au Père Lachaise – le cimetière français le plus chargé d’histoire, et la dernière demeure des plus importantes célébrités. C’est une belle histoire, mais aucun d’entre nous n’aura cette chance. Mon grand père est enterré à Westchester, un endroit dont il n’avait jamais entendu parler. Et quand mon tour viendra, où serais-je enterré?

Alexander Aciman

Traduction Adaptation de Victor Kuperminc

Monsieur Jean-Claude Kuperminc, Directeur de la Bibliothèque de l’AIU, une des bibliothèques juives parmi les plus importantes du monde, est le neveu de notre ami Victor Kuperminc.

*Pour en savoir plus, à propos d’Adolphe Crémieux , cliquez ICI

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans antisémitisme
19 commentaires pour “Un juif peut-il aimer la France ?
  1. Naudy François dit :

    L’AIU est magnifique, où trouver un nouveau Crémieux ? Voilà la question d’actualité. Quant à savoir où l’on sera enterré, vaut mieux vivre dignement, l’esprit ouvert à toute l’humanité, la main tendu. On risque d’être éternel dans le cœur de certains, mais c’est plus difficile que d’acheter une tombe…

  2. Jacques Petit-jean dit :

    J’ ai lu avec intérêt mais je ne comprends pas le titre de l’article…je ne comprends pas non plus certains passages…
    A part cela, puis-je dire que Georges est grec de langue italienne…pas égyptien…

  3. Penina ELBAZ dit :

    Aimer la France avec le sentiment de culpabilité éternel, d`aimer une France qui a légué ses enfants, ses adultes et ses vieillards aux massacres allemands. Comment lui faire confiance, il faut lutter continuellement pour ses droits comme citoyens français. Comment vivre dans un pays qui a assassiné Hélène Berr, Irène Nemiroff et tant d`autres. La douleur me suit quand je visiste la France. Israel existe pour protéger les citoyens juifs partout. La France n`est pas toujours un pays fiable.

  4. Jg dit :

    Je ne me pose plus de questions , je suis devenu Israelien , Juif Israelien !
    Le reste , c est pour les journalistes .

  5. André dit :

    « Les Juifs francophones se sont réjouis l’année dernière, lorsque le parti d’Emmanuel Macron – La république en marche -, a battu le menaçant Front National, le parti antisémite d’extrême droite. Mais, cette supposée nouvelle France n’a rien fait pour résoudre le problème juif. »

    Je doute que le « problème à résoudre » aujourd’hui et dans l’avenir pour la France soit celui des juifs parfaitement assimilés (et pas seulement intégrés)…

  6. Philippe COUVREUR dit :

    Très bel article, très touchant – mais comme Jacques Petit-jean j’ai du mal à comprendre le lien avec le titre.
    Quant à Jg, il commet à mon sens une erreur en se prévalant d’être « Juif israélien », car il serait plus juste qu’il se qualifie d' »Israélien juif », tout comme il existe je crois des Israéliens musulmans, chrétiens, juifs ou druzes.
    J’ai la faiblesse de croire qui si l’être humain se représentait comme le citoyen d’une Nation avant de se définir par sa foi, il y aurait sans doute moins de violence en ce monde…
    Mais ce sont peut-être juste des conjectures de journaliste…
    Et pour mettre tout le monde d’accord, Georges Moustaki (correctement orthographié Mustacchi) est bien né à Alexandrie (où son père avait une librairie francophone) mais de parents grecs de Corfou (Kerkira), de religion juive et de langue italienne. Baptisé Giuseppe par ses parents, inscrit à l’état civil égyptien sous le nom de Youssef, appelé à l’école française Joseph (diminutif Jo), il s’appellera Georges en arrivant en France par admiration pour Brassens.

  7. YvesB dit :

    Sûr que les juifs n’ont plus leur place en France tant l’antisémitisme sévit. Ils sont exclus de la politique, de la presse et des médias, des affaires, du monde médical, du commerce, des arts et des lettres, du cinéma… C’est cruel.

    Ils sont bâillonnés les Attali, Minc, BHL, Zemmour, Finkielkraut, Glucksmann, Levy (Elisabeth), Halter… Écartés des médias. Ostracisés les Drucker, Hanouna, Foucault, Cymes, Cohen, Angot, Sarraute, Benichou…

    Interdits d’apparitions cinématographiques les Bruel, Berry, Zylberstein, Bracri, Lindon, Jaoui, Chabat, Lelouch, Elbé, Elbaz, Sisley…

    Quand aux juifs du quotidien, ils sont plus victimes encore que leur coreligionnaires people.

    Leurs commerces sont vandalisés. La dernière fois, c’était à Marseille après un spectacle de l’ignoble Dieudonné. Des étoiles de David furent taguées sur des devantures. Un acte odieux… œuvre d’un déséquilibré… de confession juive.

    Un peu de sérieux les Ami-E-s !

    Que les juifs français partent pour Israël s’ils s’estiment à ce point méprisés et exclus. Je ne suis pas certain qu’ils y retrouveront des statuts, rémunérations et reconnaissances aussi enviables. Faites d’expérience.

    Bonne Alyah !

    • André dit :

      Tu crois qu’il t’ont attendu pour connaitre ou vivre en Israël ? Quant aux 500.000 juifs de France ils ne s’appellent pas tous BHL, Attali ou Bruel. Alors demandes toi pourquoi ils retirent en masse leurs enfants des écoles publiques des grandes métropoles…

      Maintenant que t’as lâché ta petite crotte de caniche tu peux retourner à la niche chez Soral et Dieudonné…

      • Philippe COUVREUR dit :

        Moi aussi j’ai retiré mes enfants des écoles publiques, comme des centaines de milliers de familles françaises toutes confessions confondues, et ça n’a rien à voir avec l’antisémitisme.

        • André dit :

          Pour vous sûrement mais pour les juifs se faisant insulter, traiter de « sale juif » de « sioniste » et tabassés…

          Et vous c’est pour quelles raisons ?

          • Philippe COUVREUR dit :

            Pour ne pas – entre autres – « bénéficier » d’un enseignement au rabais (on veut toujours le meilleur pour ses enfants, n’est-ce-pas ?), mais aussi pour qu’ils ne se fassent pas harceler, insulter, agresser, racketter, etc.
            Ces risques ne sont pas le monopole des enfants de confession juive.

  8. gil dit :

    @ Jacques Petit – Jean
    Vous semblez dubitatif quant au titre de cet article …
    Pourtant indépendamment de la forme qu’il revêt ,au fond cela nous interroge sur le devenir des juifs de FRANCE ,notre nation se doit être indivisible ……..à méditer……..

  9. Lanah dit :

    Oui mais Azriel quand est-ce qu’on pourra échapper à votre jalousie des Juifs? Si vous vous portez moins bien que certains Juifs que vous avez repérés (!) est-ce que c’est de leur faute ou de la vôtre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Tous les sujets sont abordés, tous les points de vue exposés.