Qui est Radouane Lakdim, l’assassin terroriste de Carcassonne et Trèbes ?

Cet homme d’origine marocaine était connu de la justice et du renseignement français, condamné en 2011, fiché S en 2014.

Le responsable des trois attaques perpétrées ce vendredi dans l’Aude, Radouane Lakdim est un homme d’origine marocaine déjà condamné pour des faits de droit commun et très actif sur les sites salafistes. Il a d’abord attaqué les occupants d’une voiture à Carcassonne (Aude), tuant le passager et blessant le conducteur, puis blessé un CRS par balles avant de se retrancher dans un Super U de Trèbes, où il a été abattu par les forces de l’ordre après avoir lui-même tué deux personnes puis un lieutenant-colonel de gendarmerie.

Par le passé, il avait déjà été condamné à deux reprises pour des faits de droit commun : une condamnation en 2011 de un mois de prison avec sursis pour port d’arme prohibé et une autre en 2015 pour usage de stupéfiant et refus d’obtempérer. Il a effectué un mois de prison en 2016 à Carcassonne. Cette même année, Redouane Lakdim a fait l’objet d’un “suivi effectif” des services de renseignement, mais cela n’a permis d’établir “aucun signe précurseur d’un passage à l’acte terroriste”, a également rapporté François Molins. Le procureur de Paris a par ailleurs fait savoir qu’une personne de son entourage, une femme, a été placée en garde à vue. Il s’agirait d’une “proche qui partageait sa vie”.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait déclaré plus tôt qu’« on ne pouvait pas dire qu’il était connu comme un radical pouvant passer à l’acte ». « Aucun signe précurseur pouvant laisser présager d’un passage à l’acte terroriste » n’avait été décelé chez lui, a ajouté François Molins dans la soirée. Lakdim était soupçonné d’avoir effectué un voyage en Syrie, mais rien n’est encore sûr.

L’agence de propagande de l’organisation terroriste Etat islamique a revendiqué ces attaques. “L’homme qui a mené l’attaque de Trèbes, dans le sud de la France, est un soldat de l’État islamique (EI), qui a agi en réponse à l’appel” de l’organisation “à viser les pays membres de la coalition” internationale anti-EI, ont indiqué les djihadistes.

La journée meurtrière du terroriste

Un peu plus tôt dans la journée, Gérard Collomb avait déclaré qu'”il était surveillé, mais nous pensions qu’il n’y avait pas de radicalisation”. Selon le ministre de l’Intérieur, le jeune homme de 25 ans serait “un solitaire qui est passé à l’acte brusquement”. Que s’est-il passé ce vendredi ? Quels sont les faits commis par Redouane Lakdim ? Celui qui aurait agi seul et qui était lourdement armé (couteaux, arme de poing et grenades) aurait d’abord attaqué un véhicule à Carcassonne pour s’en emparer, blessant au passage grièvement le conducteur et tuant son passager. Puis Redouane Lakdim aurait poursuivi sa route en ouvrant notamment le feu sur des CRS qui faisaient leur jogging. L’un d’eux aurait été blessé. Le suspect présumé se serait ensuite rendu au Super U de Trèbes. Là, il aurait tué deux personnes avant de prendre des otages. Abattu lors de l’assaut du GIGN, Redouane Lakdim était originaire du Maroc. Il vivait à Carcassonne (Aude), ville dont il fréquentait régulièrement la mosquée.

Le procureur de Paris a indiqué qu’au moment de sa prise d’otage, il avait crié « Allah Akbar » et revendiqué son affiliation à l’organisation terroriste Daech. Selon Gérard Collomb, l’assaillant « a demandé la libération de Salah Abdeslam ». « Mais c’est sans doute une revendication a posteriori », a nuancé le ministre de l’Intérieur.

Toujours les mêmes descriptions de “gentil jeune homme”

Très actif” sur les réseaux sociaux et sur les “sites salafistes”, selon Le Parisien, Redouane Lakdim vivait avec ses parents et ses sœurs, dans un appartement de la ville fortifiée de l’Aude. Le domicile en question a été perquisitionné dans la journée. Présenté comme un homme calme et mesuré par son entourage, Redouane Lakdim était néanmoins connu des services de renseignements pour sa radicalisation et était soupçonné d’avoir effectué un voyage en Syrie. “C’était plutôt un petit délinquant qui à un moment est passé à l’acte. […] On ne pouvait pas dire qu’il pouvait être un radical passant à l’acte dans les moments qui venaient. […] C’était plutôt quelqu’un qui était un petit dealer”, a fait savoir Gérard Collomb.

Selon les premiers témoignages des voisins de Redouane Lakdim recueillis par Le Parisien, cet homme, qui a demandé la libération de Salah Abdeslam lors de la prise d’otages, n’était pas considéré comme violent ou potentiellement dangereux. Une voisine a même confié tout l’inverse au quotidien de la capitale, décrivant quelqu’un de “calme”, “sympa”, avec “toujours un mot gentil”. D’après des habitants du quartier, il aurait même été aperçu vendredi matin en train d’emmener sa petite sœur à l’école…

Comme d’habitude, un bon gars quoi…..

Sources lefigaro et linternaute

MESSAGE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

Le 24 Mars 2018

Vous n’habitez sans doute pas Maisons-Laffitte, mais j’ai pensé que vous pourriez être intéressé par ma prise de position.

A/S :  Assassinat du Colonel Arnaud Beltrame

Vous avez tous appris le décès du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, lâchement assassiné par un islamiste à Trèbes alors qu’il s’est porté volontaire pour remplacer une otage.

Nombreuses sont les personnes qui le connaissaient à Maisons-Laffitte. En effet notre ville parraine le 1er Régiment d’infanterie de la Garde Républicaine et il y a quelques années le capitaine Beltrame était l’officier de liaison avec la ville.

Il a effectué sa mission avec un total engagement et une joie de vivre forte qui nous a tous conquis, il restera un héros dans nos mémoires.

Aussi ai-je décidé de mettre les drapeaux de la ville en berne et j’adresse à Madame Beltrame et à tous ses camarades au nom de tout le conseil municipal nos très vives condoléances.

Très cordialement

Jacques Myard

Neuilly, le 25 mars 2018,

Cette heureuse initiative municipale témoigne de l’enracinement​ de la gendarmerie, arme d’élite, dans la vie de la France. Elle est plus digne que les grands effets de toge politicienne du gouvernement qui prétend, comme le régime socialiste qui l’annonçait, exploiter nos épreuves à son avantage.

La France doit montrer qu’elle est digne du sacrifice du colonel Beltrame.; c’est une question morale  et la question centrale.

Olivier Comte

Suivez-nous et partagez

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*