Michel Boujenah très ému au Festival de Carthage

Finalement, Il y est allé! Il a donné son spectacle au Festival de Carthage et il n’y avait pas une place de libre.

Il a été gêné par le vent qui soufflait fort hier soir mais il a reconnu le « rih » de son enfance qui chassait des collines et des plages les nuages et l’air chaud du sirocco saharien .

Il fallait du courage pour affronter les islamistes, les syndicalistes de l’ UGTT et tous ceux qui lui reprochaient son admiration pour l’Etat d’Israël . Chez Ruquier, « On n’est pas couché »,  il avait pendant plusieurs minutes appelé à soutenir la Tunisie pays de son enfance : aide internationale et retour des touristes. Ce plaidoyer sur France 2 est le plus grand service qu’il pouvait rendre à son pays natal.

Mais tous les bornés, les obscurantistes bardés de mensonges et d’approximations voulaient lui interdire de venir se produire puisqu’il soutenait « un pays d’apartheid » , c’est à dire Israël, seule vraie démocratie de sa région , pays cherchant vainement à négocier avec ses voisins obstinés à le faire disparaître tout de suite ou en deux temps.

httpv://youtu.be/6Ukm-D2WyHQ

Michel Boujenah a fait profil bas en déclarant : « je ne suis pas un homme politique ou un économiste mais un artiste , un simple  clown » !
Oui, c’est un artiste de talent et la fidélité de son public le prouve.

Non, ce n’est pas un simple clown sinon pourquoi aurait-il appelé à soutenir la Tunisie, se comportant ainsi en politique et en économiste .

Oui, c’est un artiste qui a réussi à ridiculiser ceux qui voulaient lui interdire le Festival et à être soutenu par ceux qui comptent de plus en plus en Tunisie : les gens intelligents, cultivés, ouverts au changement , tous les modernes au lieu des rétrogrades et des archaïques.

 André Mamou

Lisez le compte rendu ci dessous qui est signé par Mounira Aouadi : beaucoup de talent au service d’une belle émotion.

C’est un enfant de 10 ans qui s’est produit , hier , sur la scène du Musée national de Carthage placé sous haute surveillance pour quatre pelés et un tondu déboutés par la justice !
C’est un enfant de dix ans qui se souvient du pays de son enfance où l’on fêtait Ramadan , le Mouled , Noël , la Pessah , Pâques et toutes les fêtes dans la convivialité , la tolérance et l’acception de l’Autre !
Michel Boujenah , extrêmement ému , nous a fait rire aux larmes , interpellant les uns , jouant avec les autres , se moquant du vent qui a soufflé bien fort , évoquant la maman juive , nullement différente de la nôtre , une maman omniprésente , tellement généreuse qu’il ne faut pas la secouer pour ne pas qu’elle  déborde .

httpv://youtu.be/3RRQLAIl1X0

Michel Boujenah est venu nous parler de paix et d’amour pour contrecarrer la hargne et la haine qui se sont installées dans l’air que nous respirons , dans l’odeur du sang et du désastre , charriée  par les khwemjias khommej qui ne sont nullement animés de bonnes intentions . Une dictature qui meurt est vite remplacée par une autre bien pire et qui prend un nom différent et plus dangereux , car elle est brandie au nom de Dieu.
Michel Boujenah a évoqué l’exil et les volets bleus de sa maison natale , sa madeleine de Proust , la ftira tout enrobée d’huile qui dégouline , celle au miel qui dégouline tout autant à l’image de la générosité et de l’Amour , de son accent qui lui colle à la peau et qui enserre son âme ! De la pêche et de la mer poissonneuse , du beach volley et de ces éphèbes qui l’enrageaient tant , lui le rondouillard , du paradis et de l’enfer qui effrayaient l’enfant de dix ans , qui interrogeait ses parents à quatre heures du matin comment est le paradis comment est l’enfer comment certains ont appris à se nourrir les uns les autres , tandis que les gloutons et les égoïstes ne pensent qu’à eux-mêmes. .. Michel Boujenah ne l’a pas formulé ainsi , mais c’est tout comme . L’enfer , c’est les autres ! Et pas besoin de gril !
L’enfant du pays , quoi qu’en disent ses détracteurs , ces obscurantistes d’un autre temps , nous a fait pleurer de rire et dieu que c’est bon , que c’est beau comme dans la chanson de Daniel Balavoine  » La muraille se penche et se tord / Pour faire un toit aux amoureux /Et la femme /Au ventre arrondi /Se remplit d’un nouveau feu /L’homme sur l’avenir /Met ses mains et fait un voeu /Eve doit souffrir / Pour faire naître sous nos yeux / Le héros /Qui sort sous les bravos.  »
Bravo pour la sécurité jamais vue par le passé , à cause de ces khommej qui classent l’humain sous des étiquettes qui leur reviennent de droit , empreintes telles qu’elles sont de ressentiment , de violences , de rejet et de machiavélisme et qui nous pourrissent la vie , qui n’y arrivent pas , car nous portons en nous les gènes du bonheur !
Michel Boujenah nous a dit :  » A bientôt  » !
Oui , à bientôt ! Lorsque la tolérance et notre hospitalité légendaire reprendront leur droit ! Lorsque ces islamisteux- calamiteux-tekfiristes-terroristes auront disparu de notre horizon ! Quoiqu’ils ne nous effraient point ! Nous les avons bravés ! Défiés ! Affrontés ! Et tout le temps ! Notre amour de la Vie surpasse leur malveillance !
Mounira Aouadi

Source tunisiefocus

Tagués avec : , ,
Publié dans spectacles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter