Paris étouffe, même sans canicule

Il n’y a pas si longtemps, on venait vivre en ville parce que c’était mieux qu’à la campagne : plus de confort, de loisirs, de services, de soins… Ces perspectives décidaient des ruraux à s’installer dans les capitales, qu’elles soient régionales ou nationales. C’est toujours le cas, du moins en grande partie. De fait, les grandes villes de France demeurent, dans l’ensemble, agréables à habiter.

Sauf Paris. Le quotidien y a viré à l’enfer. Les malheureux résidents de cette cité, qui fut autrefois Ville Lumière, subissent l’entrelacement de transports publics bondés , de travaux sur la chaussée en nombre démesuré , d’embouteillages interminables, d’une pollution de l’air croissante, d’une insécurité sans précédent de la circulation, mêlant dans le plus anarchique désordre trottinettes, vélos, motos, voitures, bus et piétons… Le tout, en ce moment, par 40° à l’ombre.

Pour lire la suite cliquer sur le lien lesechos.fr

Tagués avec : , , , ,
Publié dans société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter