Mémé. Michèle Chabelski

Bon
Lundi

Quand ma grand mère est décédée elle avait 76 ans.

publicitÉ


Le chagrin fut immense, mais la résignation aussi.

Il me semblait que 76 ans était une durée de vie raisonnable et que n’étant pas immortelle, il était légitime qu’elle rendît son âme après une vie bien remplie.

Née à Minsk ( Bielorussie), orpheline élevée par une grand mère impécunieuse, elle prit la poudre d’escampette à 16 ans avec un garçon dont elle était follement éprise.

Je suppose que le garçon était soit fauché soit non juif, toujours est il qu’elle fut rattrapée et mariée manu militari à un homme beaucoup plus âgé et bossu , diamantaire de son état, qui passa apparemment l’éponge sur ses frasques, vu sa disgrâce physique.

Il était en outre très méchant et tenta en fait toute sa vie de lui faire payer son inconduite passée.

De cette union contre nature, naquit une fille, puis le grand père eut la bonne idée de mourir avec outre sa bosse, un ventre gonflé d’eau par une attaque d’hydropisie.

Mémé, âgée de 38 ans était libre.

Quand j’entendais cette histoire, adolescente, je trouvais que 38 ans était un âge assez avancé pour marquer la fin d’une vie conjugale.

Le monde était composé de mon univers ado et des vieux d’au moins 40 ans.

Bref, Mémé, veuve, dut travailler.

Elle devint finisseuse, ce qui signifie qu’elle finissait un vêtement, ourlet et boutons cousus main, et était payée à la pièce, un ticket par vêtement.

Ça permettait au couple mère fille de survivre en attendant que la fille, après des études à l’école Pigier, devînt secrétaire, ce qui offrit une respiration bienvenue à Mémé.

Car le diamantaire avait tout perdu dans la tourmente bolchévique et Mémé fut envoyée en service commandé à Kiev pour tenter de récupérer leurs biens.

Elle récupèra sa peau in extremis, et rentra à Paris les mains vides, les sbires de Lenine n’ayant pas jugé bon de réintégrer le fruit de leur pillage dans le patrimoine familial.

L’idéologie communiste consistant à prendre les biens des nantis pour les mettre dans l’escarcelle commune – enfin, surtout commune aux dirigeants..

Aie!!!!

Mais non! Pas de corruption chez les cocos voyons ! Tout pour le peuple, la joie, le bonheur et une bêche, l’allégresse était collective et les purges ne servaient que d’exemples pedagogiques..

Bref, les Russes non rouges qui avaient échappé aux pogroms, émigrèrent en masse en France où ils devinrent chauffeurs de taxis ou tailleurs pour dames, remerciant quotidiennement le ciel de leur avoir permis de sauver leur liberté et leur peau, jusqu’à ce que Hitler et Pétain leur démontrent que la folie meurtrière est une infirmité universellement partagée.

Je me suis un peu éloignée de mon propos initial qui était de démontrer que l’âge est une donnée relative et très évolutive, et qu‘aujourd’hui beaucoup de jeunes femmes de 76 ans trottinent gaiement vers leur cours de yoga avant de s’envoler vers Ushuaïa ou préparent un nouveau spectacle pour octobre comme une Chantal Goya de près de 78 printemps..

Que cette journée signe la tendresse et l’amour qui sont les plus belles cures de jouvence qu’on puisse offrir à nos cellules ..

Je vous embrasse

Michèle Chabelski

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : ,
Publié dans société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.