Les métastases du mélanome parviennent au cerveau en se déguisant en cellules immunitaires, d’après les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv

Une équipe de chercheuses, sous la direction du Prof. Neta Erez, du Dr. Hila Doron et de la doctorante Malak Amer du Département de pathologie de la Faculté de médecine de l’Université de Tel-Aviv, ont découvert que les métastases du mélanome, cancer de la peau agressif, atteignent le cerveau en « trompant » le système immunitaire: elles se « déguisent » en cellules immunitaires mobilisées contre des lésions simulées des tissus cérébraux et parviennent au cerveau en utilisant la voie qui s’ouvre à elles à cet effet. Suite à cette découverte, les chercheuses ont également mis au point une méthode neutralisant ce mécanisme de fraude sophistiqué, qui pourrait dans l’avenir empêcher le développement de métastases cérébrales chez les patients atteints de mélanome.

L’étude, menée en collaboration avec le Prof. Ronit Satchi-Fainaro, directrice du laboratoire de recherche sur le cancer et de nanotechnologie de l’Université de Tel-Aviv, a été récemment publiée dans la revue Cell Reports.

« Le cancer de la peau du type mélanome est une maladie violente et mortelle, principalement parce qu’elle envoie des métastases vers les organes vitaux et, dans de nombreux cas, au cerveau », explique le Prof. Neta Erez, qui dirige le Département de pathologie de la Faculté de médecine de l’UTA. Nous avons voulu savoir comment les cellules cancéreuses arrivent à contourner les défenses naturelles du cerveau, et à y pénétrer pour créer des métastases ».

Comment les cellules cancéreuses « trompent » le système immunitaire »

« Sur la base de recherches antérieures menées dans notre laboratoire, nous nous sommes concentrées sur des cellules du tissu cérébral appelées histiocytes, situées entre autre dans la barrière hémato-encéphalique qui protège le système nerveux central, et dont le rôle consiste à maintenir la structure normale du cerveau », poursuit-elle. « Dans le cas d’une lésion du tissu cérébral, ces cellules sécrètent des substances définies comme facteurs inflammatoires qui envoient des signaux dans tout le corps aux cellules du système immunitaires responsables du processus inflammatoire et les appellent à arriver vers le cerveau. Les cellules inflammatoires absorbent le message par le biais de récepteurs spécifiques et se rendent vers le cerveau par la une voie qui s’ouvre pour elles pour leur venir en aide. Nous avons examiné le lien possible entre ce mécanisme vital et le mécanisme métastatique du mélanome ».

Pour réaliser cette étude, les chercheuses ont utilisé des modèles murins porteurs de mélanome, ainsi que des tissus de métastases enlevées à des patients lors d’opérations chirurgicales. Procédant à un isolement des histiocytes du tissu cérébral afin de réaliser leur caractérisation moléculaire, ils ont constaté une augmentation significative de la production des facteurs inflammatoires, par rapport aux valeurs normales, en particulier une recrudescence très importante d’une petite protéine appelée CXCL10. Effectuant en outre une coloration spécifique de sections de tissu cérébral pour y localiser les histiocytes ainsi que les facteurs inflammatoires qu’ils sécrètent, elles ont constaté que ceux-ci entraient en action et sécrétaient des facteurs inflammatoires dès le début de la maladie, avant le développement des métastases, alors que le mélanome en est encore au stade initial de croissance sur la peau.

Examinant alors les cellules de mélanome, elles ont découvert que, dans certaines d’entre elles, était activé un récepteur du facteur inflammatoire CXCL10 secrété par les histiocytes, exactement similaire au récepteur des cellules inflammatoires du système immunitaire. En d’autres termes, les cellules cancéreuses absorbent le facteur inflammatoire et répondent à l’appel destiné en fait aux cellules du système immunitaire. C’est ainsi qu’elles « trompent » ce système et utilisent sa voie normale pour atteindre le cerveau et le pénétrer.

Vers de futurs traitements

« Après avoir découvert ce mécanisme, nous avons voulu savoir s’il y avait un moyen de le bloquer et d’arrêter le processus métastatique », commente le Prof. Erez. « En utilisant des méthodes génétiques, nous avons donc neutralisé le récepteur du facteur CXCL10 dans les cellules de mélanome afin qu’elles ne puissent pas le reconnaître et réagir à l’appel des histiocytes ». Les résultats sur modèles murins sont prometteurs: le processus de formation des métastases cérébrales s’est avéré beaucoup moins développé chez les souris chez lesquelles le récepteur a été neutralisé, par comparaison avec celles du groupe témoin dans lequel le récepteur a continué à fonctionner.

« Dans cette étude, nous avons découvert un mécanisme sophistiqué par lequel les cellules cancéreuses du mélanome de la peau parviennent à déjouer le système immunitaire, à pénétrer le cerveau et à produire des métastases », conclut le Prof. Erez. « Nous avons également trouvé une manière de bloquer ce mécanisme par des moyens génétiques, en neutralisant le récepteur transformé par les cellules de mélanome en facteur inflammatoire envoyé du cerveau vers les cellules du système immunitaire. Nous pensons que ces découvertes seront susceptibles de constituer dans l’avenir la base du développement de traitements efficaces qui empêcheront la formation des métastases cérébrales chez les patients atteints de mélanome ».

Sur la photo, de droite à gauche: le Dr. Hila Doron, le Prof. Neta Erez, la doctorante Malak Amer (crédit: Tamar Shami)

Source : ami-universite-telaviv

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans Recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter