Voici la stratégie de Tsahal pour faire face à la troisième Intifada

Les militaires simulent depuis longtemps des incidents durant lesquels des foules arabes sont hors de contrôle, des exercices dans lesquels les soldats doivent faire face à un soulèvement tous azimuts.strategie-tsahal
L’armée israélienne a passé des années à s’entrainer à un tel scénario et elle a établi des plans d’urgences dans l’éventualité d’une escalade terroriste de type Intifada.

Fin Juillet, un officier supérieur du commandement central de Tsahal a déclaré que le président palestinien Mahmoud Abbas était un acteur important pour la  stabilisation de la région.
Depuis, les attaques se sont amplifiées mais l’armée a maintenu ses déclarations selon lesquelles Abbas n’est pas un agitateur.Malgré les perturbations de ces deux dernières semaines, qui ont été beaucoup plus violentes que les perturbations rencontrées au cours des dernières années, de grands rassemblements de palestiniens ont eu lieu dans le pays.

Presque tous les nouveaux commandants de brigades régionales de Tsahal ont commencé leur mandat avec un exercice d’environ une semaine.
Au début de l’année, la Division de Judée et Samarie a effectué un exercice qui simulait une escalade de la violence tous azimuts.

publicitÉ


Depuis 2011, l’armée israélienne s’est préparée a une troisième intifada, plusieurs exercices ont lieu chaque année. En général, la rue palestinienne est restée relativement calme sauf en période de confrontation comme durant l’opération Bordure protectrice ou durant l’opération Pilier de Défense.

La réponse de l’armée israélienne à des scénarii extrêmes de type intifada ne se limite pas aux dizaines d’exercices de formation mais il a été établi des principes clés dans l’éventualité du déclenchement d’un soulèvement tous azimuts :
• Déploiement instantané de milliers de combattants dans des divisions régionales dans les 12 à 24 heures.
• Pratiquer une politique de confinement pendant les perturbations et minimiser les pertes Palestiniennes, notamment en utilisant des moyens non létaux tels que les gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.
• Les officiers subalternes, intermédiaires et supérieurs, plutôt que des soldats, seront en avant des troupes pour prendre les décisions qui s’imposent pour faire face aux manifestations.
• Usage proportionné du couvre-feu en cas de besoin
• Large déploiement de postes de contrôle en cas d’attaque terroriste ou d’évasion d’un terroriste.
• Priorité à la formation et aux exercices opérationnels pour que des bataillons de réserve qui seront déployés puissent rapidement être opérationnels.
• Ne pas tolérer des incidents violents commis par des militants d’extrême-droite contre des Palestiniens ou des soldats, il faudra les placer en état d’arrestation jusqu’à ce que la police arrive.

Un des exercices simulait un scénario dans lequel une voiture kamikaze explosait à côté d’un bus rempli d’écoliers juifs. Un autre simulait un minibus plein de touristes européens qui rencontrait accidentellement une manifestation violente à Bethléem.

Un exercice simulait 400 émeutiers palestiniens tentant d’attaquer la partie juive de la ville de Hébron, alors qu’un terroriste tirait sur la police des frontières pour faire diversion. Dans cette simulation, les forces devaient entourer Hébron afin d’éviter la fuite des cerveaux de l’attaque.
Un autre scénario simulait la prise en otage par quatre terroristes de jeunes étudiants orthodoxes dans l’une des yeshivas de Judée et de Samarie.

http://koide9enisrael.blogspot.fr/2015/10/voici-la-strategie-de-tsahal-pour-faire.html

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter
Montgeron"