Le comble de l’ironie. René Seror

Durant des décennies, Israël n’a eu de cesse de tendre la main à ses voisins.

La réaction fut, à chaque tentative, Refus, violence, volonté de faire disparaître « l’entité sioniste » car prononcer le nom d’Israël n’est pas
« HALLAL » sic!

publicitÉ


Nous passerons sur les provocations, les agressions et autres escarmouches destinées à pourrir la vie d’un peuple souverain.

Ces refus, cette volonté de maintenir des réfugiés dans des camps, réfugiés depuis leur naissance, puisque la grande majorité a moins de 20 ans.
Le plus invraisemblable étant la tactique arabe.
Difficile de trouver plus infâme.

Pendant qu’un groupe prétend s’asseoir à la table des négociations un autre déclenche, soit une attaque ciblée, soit une série d’attentats, arme blanche, voiture bélier, souvent des actions individuelles, qualifiées d’actions de malades et d’autres, soit alors un tir de roquettes.

Nous passerons rapidement sur la ITNATKOUT ou désengagement du Goush Katif, dont ils ont fait des rampes de lancement pour les missiles que la Russie et l’Iran leur livrent généreusement.

Des Palestiniens stationnent près de la barrière de séparation entre la bande de Gaza et Israël, vendredi à l’est de la ville de Gaza. REUTERS/Mohammed Salem

Nous passerons rapidement sur la stupidité de « la marche du retour » sur les ballons incendiaires, sur les enfants qui manquent l’école afin de servir de boucliers humains destinés à faire fauter et condamner nos Snipers!
A ce point de mon article, je suis sur qu’il trouvera quelqu’un qui me dira que j’ai omis un élément dans mon énumération.

Je n’attends que ça, car la perfidie des dirigeants arabes n’ayant pas de limites, il n’est pas impossible de dénoncer, encore et encore, sans trouver de fin à leur volonté de destruction.

Un peuple qui a subi autant de revers aurait baissé les bras, avouant qu’il est vaincu et demandant à son vainqueur ou pour le moins à la communauté internationale de l’aider à se reconstruire.

Eux, reçoivent les subventions de l’Europe, plus de l’Amérique, qui a fermé pour l’instant les robinets, subventions qui finissent sur des comptes offshore des dirigeants corrompus.

Hélas, dans le cas présent, il s’agit d’une terre que d’aucuns prétendent aimer et qui passent leur temps à la détruire.

Alors aujourd’hui, après 71 ans d’essais sanglants et infructueux, nous voyons surgir une horde d’intellectuels arabes, porteurs d’un discours de paix, mais encore une fois, on exhorte Israël à faire des concessions.
« Il est temps que la société israélienne bouge vers une politique de paix » dit
A. Abu Eisheh sur I24NEWS.

Ce Professeur de droit civil a l’université palestinienne de Jérusalem de rajouter;
« Nous allons continuer quelles que soient les circonstances notre résistance non-violente. »

Toujours cette arrogance, avec en sous entendu la dualité de la seconde main, qui continuera son œuvre de destruction massive.
Les arabes seraient-ils arrivés au bout de leurs possibilités?

Serait-ce un brandissement de drapeau blanc?
On pourrait le croire! Si ce n’est que l’homme poursuit:
« La politique du gouvernement de Netanyahou n’est pas une politique de paix ni de justice. Il est de notre devoir, Palestiniens et Israéliens, de se rencontrer pour essayer d’étudier ensemble, »

Alors, acculés, carte de la dernière chance ou manœuvre supplémentaire pour faire croire au monde que ce sont les arabes qui veulent la paix?
Alors qu’en sous-mains, le Hamas, le Hizbollah, le Djihâd islamique poursuivent leur œuvre malfaisante?

Trop tard! Nous sommes entourés par des milliers de km2 de terres arabes, toutes en conformité avec votre mode de vie.
Toutes prêtes à vous accueillir.
Sinon, il vous appartiendra de faire le forcing, comme vous savez si bien le faire.
Ces pays n’ont ni la résistance ni l’obstination d’Israël.
Il vous sera facile de les pénétrer et de les investir.
71 ans d’entraînement vous ont mené au stade d’indésirables à nos yeux. Pourtant, nul peuple au monde n’est plus accueillant, plus patient, plus chaleureux que le peuple juif.
Et c’est après nous avoir pourri la vie que vous nous demandez de faire un pas vers la paix?
Vous n’avez pas le sentiment d’avoir atteint le
COMBLE DE L’IRONIE?

PS: je lis que la Russie soupçonne le plan de paix américain de se détourner de la solution à deux États !
Inutile de soupçonner Monsieur Poutine.
Nous ne voulons pas de solution à deux États.
Nous connaissons les arabes mieux que n’importe qui. Nous savons ce qu’est le partage avec eux.
Vous avez subi les Tchtchenes.
Inutile de vouloir nous infliger une épreuve supplémentaire.
Je vous suggère de créer un état palestinien en Sibérie.
Voilà une surface intéressante et peu peuplée! Qu’en pensez-vous?

René Seror

Tagués avec : , , , ,
Publié dans Israël - Palestine
2 commentaires pour “Le comble de l’ironie. René Seror
  1. Seligman dit :

    Cet article est une lapalissade. Faut-il encore enfoncer ces portes ouvertes ?
    Pendant combien de générations prétendra-t-on encore s’étonner de l’attitude des « Palestiniens », voire des Arabes sinon des Musulmans en général à l’égard d’Israël ?
    Il n’y a chez eux aucune incohérence ni aveuglent ni comble de l’ironie.
    Les choses sont claires et furent martelées un nombre incalculable de fois ; il suffit de vouloir entendre.

    L’Islam interdit l’existence d’une entité souveraine non-musulmane en « Dar el Islam », la Demeure de l’Islam ; dont la « Palestine » fait intégralement partie.
    Tout musulman connaissant sa culture, qu’il soit formellement croyant, pratiquant, arabophone ou non, est imprégné de cet interdit.

    Le refus d’accepter l’existence d’Israël est donc viscéral ; il est étranger aux choses mesurables comme des milliers de kilomètres carrés ou de millions de gens. Territoires, refugiés et débats onusiens sont hors sujet.

    Il n’y a pas en l’occurrence de différence fondamentale entre musulmans « modérés » et « extrémistes ».
    Seul le discours diffère ; sachant que l’Islam permet aux musulmans, lorsqu’ils se trouvent en position de faiblesse, la « Houdna » : la trêve long-terme en attendant de pouvoir récupérer la terre par la ruse ou par la force.

    En la matière l’unique différence entre, par exemple, le Hamas de Haniyeh et le Fatah d’Abou Mazen est la durée de la trêve visée.

    La tonalité de cet article est nuisible, notamment des phrases comme « Le plus invraisemblable étant la tactique arabe ; difficile de trouver plus infâme ».
    Sous-estimer l’adversaire, le moquer, lui attribuer incompétence, incohérence, inconsistance, immoralité et obstination vaine, ne sert qu’à se mentir pour se rassurer.

    Appliquée au champ de bataille cette mentalité garantit l’échec.

  2. Adressé à un musulman, a fortiori à un arabo-musulman, l’article de René Seror est sans doute une lapalissade. Mais affiché à l’intention du reste de la population mondiale, il n’est pas inutile, surtout lorsque l’on vise à sensibiliser les nouvelles générations, et non celles trop influencées par le propos scandaleux du Général de Gaulle traitant les Juifs de « peuple fier, sûr de lui et dominateur », un propos qui frise l’antisémitisme inhérent aux musulmans.
    Donc, plutôt que de laisser faire ces derniers sans réagir, il est essentiel de continuer à blâmer, face au reste du monde, leur attitude incoherente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter