Le rythme de la mort pendant l’Holocauste a été bien pire qu’on ne le pensait, d’après une étude de l’Université de Tel-Aviv

Selon une étude réalisée par le Prof. Lewi Stone, spécialiste de biomathématique de la Faculté des sciences de la vie de l’Université de Tel-Aviv, près d’un quart des Juifs massacrés pendant l’Holocauste l’ont été au cours d’une période de cent jours en 1942. D’après l’étude, qui avait pour but de mesurer les taux de meurtres systémiques par les nazis et d’examiner la logistique qui les a rendus possibles, le rythme d’extermination était alors de 15 000 personnes par jour, atteignant un total de 1,47 million de victimes pendant les trois mois probablement les plus meurtriers de l’histoire humaine.

L’étude, intitulée : « Quantifier l’Holocauste: les taux de meurtre hyper-intenses pendant le génocide nazi », a été publiée la semaine dernière dans la revue scientifique Science Advances.

L’étude du Prof. Stone se base sur les registres des « convois spéciaux » établis par les travaux du Dr. Yitzhak Arad, professeur d’histoire émérite de l’Université de Tel-Aviv et ancien directeur du Yad Vashem, lors de la campagne d’extermination systématique menée par les nazis en Pologne sous le nom d’opération Reinhardt, au cours de laquelle plus de deux millions de Juifs ont péri dans les chambres à gaz des camps de Treblinka, Belzec, Sobibor et Auschwitz (qui était aussi utilisé comme camp de travaux forcés). Au total, quelque 480 convois de déportation à partir de 393 villes polonaises.

Source et article complet : ami-universite-telaviv.com

 

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter