Une juge de la Cour Suprême d’Israël nommée docteur honoris causa de Sciences Po

La plus haute distinction académique de Sciences Po a été remise hier à Paris au Professeur Daphne Barak-Erez (ici en photo entre Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po et moi-même).

Le Professeur Barak-Erez est juge à la Cour Suprême d’Israël, Professeur de Droit Administratif et Constitutionnel et ancienne doyenne de la Faculté de Droit de l’université de Tel-Aviv où elle a accompli l’essentiel de sa carrière universitaire. Elle y avait été nommée professeure très jeune à l’âge de 27 ans.

publicitÉ


Juriste reconnue internationalement, elle a été nommée Juge de la Cour suprême d’Israël en mai 2012. Elle a fait toutes ses études de Droit à l’université de Tel-Aviv et comme post-doctorante à la Harvard Law School. Elle a également enseigné, en plus de l’université de Tel-Aviv, en tant que professeur invité dans de nombreuses facultés de droit, dont celles de Stanford, Columbia, Duke, Virginie, UCLA et Toronto. Elle est également Lieutenant-Colonel de l’armée d’Israël.

L’Ecole de Droit de Sciences Po et son doyen le Professeur Christophe Jamin a salué une juriste de très grands talents ayant publié en 20 ans plus de 16 ouvrages dont 10 majeurs et plus de 130 articles. C’est la troisième femme nommée ainsi Docteur Honoris Causa par Sciences Po.

Cette Honneur a été conféré par Sciences Po par un vote unanime des Professeurs de l’Ecole de Droit et ratifié par un vote tout aussi unanime du Conseil de l’Institut, dont je fais partie, y compris par les représentants étudiants y compris ceux de l’Unef-Id.

Le Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques le Professeur Olivier Duhamel s’est réjoui en indiquant que pour le spécialiste de Droit Constitutionnel qu’il est :

« La Cours Suprême d’Israël est un objet d’étude mais surtout d’admiration ».

Le Professeur Barak-Erez très émue de recevoir cette éminente distinction a rappelé à quel point elle avait été marquée dans ses réflexions d’enseignante et maintenant de juge par les idéaux de la Révolution Française. Que pour elle, le rôle d’un juriste est d’améliorer le cadre de vie de tous. Et passer de Professer à Juge permettait de participer activement à cette amélioration continue et nécessaire du cadre légal d’une démocratie vivante.

Le Professeur Jamin a conclu en remettant son Doctorat Honoris Causa au Professeur Barak-Erez « Je vous félicite d’avoir accepté de quitter le confort de l’université pour défendre si brillamment les valeurs du Droit à la si estimable Cour Suprême d’Israël ».

Cette cérémonie est un symbole représentatif de plus de douze ans d’une coopération scientifique et universitaire vivante entre Sciences Po et l’université de Tel-Aviv. Cette coopération fonctionne avec des échanges continus de plusieurs dizaines d’étudiants par an et d’enseignants, ainsi que d’ateliers doctoraux croisés, fondés par l’éminente Professeur Astrid Busekist Sadoun.

François Heilbronn

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans france israel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…