La lutte des classes, par Marc Fiorentino

Remarquable analyse de Marc Fiorentino qui survole la politique économique d’Emmanuel Macron et la relie à la lutte des classes . On peut ne pas être d’accord sur la motivation mais toujours est-il que c’est bien la classe moyenne supérieure qui est invitée aux sacrifices financiers .

Tribune juive

publicitÉ


Marc Fiorentino

Ce sujet ne fait pas partie du passé. Il est au devant de la scène qu’il n’a d’ailleurs jamais quittée. En France, nous n’avons toujours pas passé le cap. Et le gouvernement, pour tenter d’endiguer le mouvement initié par les gilets jaunes, l’alimente.

VOUS ÊTES DANS QUELLE CLASSE ?

Il y a la classe populaire. Et parmi eux ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté.
Il y avait la classe moyenne, mais maintenant la mode est de les diviser en deux:
– la classe moyenne « inférieure »,
– la classe moyenne « supérieure » qu’on appelle de plus en plus souvent « les aisés ».
Et il y a les riches, et parmi eux les hyper riches.

MACRON

a favorisé les hyper riches qui sont devenus encore plus hyper riches avec la suppression de l’ISF, la flat tax à 30% sur les revenus du capital, tout cela dans un contexte de taux d’intérêt bas qui a fait exploser leur capital immobilier, entre autres.

Problème: la classe populaire, et surtout la classe moyenne « inférieure », la partie de la classe moyenne qui a été déclassée et qui rejoint doucement la classe populaire, s’est révoltée…

LA SOLUTION

Taper sur la seule classe qui ne se plaint pas.
La classe moyenne « supérieure ».
Les « aisés ».
Parce qu’il y en a plus que de riches ou hyper riches.
Parce qu’on n’aura jamais besoin d’eux si on quitte un jour la politique pour revenir dans le business.
Parce qu’ils ne manifestent pas.
On trouve pêle-mêle dedans les retraités qui perçoivent plus de 2000 € de pensions, les salariés du privé qui gagnent plus de 3500 ou 4000€, les entrepreneurs, les professions libérales.
Les nouveaux « salauds ».

LA CIBLE

La cible c’est eux.
L’idée est simple.
Accélérer le transfert entre la classe moyenne supérieure et la classe moyenne inférieure en laissant les hyper riches tranquilles (ils peuvent servir un jour).
Dernier exemple en date: Darmanin qui a précisé hier qu’en conditionnant les niches fiscales à des conditions de revenus on « peut baisser les tranches d’impôt sur le revenu des gens qui gagnent 1700€ par mois de 180 € en moyenne ».
Vive la lutte des classes.
A bas la classe moyenne « supérieure ».

Marc Fiorentino, monfinancier.com

Tagués avec : , , , ,
Publié dans économie
Un commentaire pour “La lutte des classes, par Marc Fiorentino
  1. Gilinsky dit :

    Bien vu .
    D’autant que l’article a été écrit en 2018.
    Mon commentaire est rédige en 2019.
    Merci Monsieur Fiorentino.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter