« Question urgente posée par le tourisme de masse: où faire pipi à Paris ? »

La chronique de Jean-Pierre Robin – La pénurie de toilettes publiques nuit à l’image de la capitale.

publicitÉ


Le feuilleton des «embarras de Paris» décrits par l’illustre Nicolas Boileau dès 1666, sous le règne de Louis XIV, est en train de vivre un épisode inédit. Tout comme Venise ou le Machu Picchu au Pérou, la capitale française est au bord de la saturation et ses capacités d’accueil sont mises à mal, y compris dans leurs aspects les plus triviaux. Interrogé par notre confrère Le Parisien, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint de la maire de Paris, a eu cette réponse magnifique: «L’accès aux toilettes n’est pas un droit absolu du tourisme de masse. On fait ce qu’on peut en développant des toilettes gratuites.»

La remarque de l’adjoint d’Anne Hidalgo s’inscrit dans une polémique plus large avec les professionnels du tourisme. «Nous ne voulons plus de cars touristiques, comme on l’observe de façon totalement anarchique à Paris», explique-t-il. Nul doute que ces mastodontes et leur noria entravent la circulation dans les arrondissements centraux. Mais les engins capables de transporter cinquante à cent …

Lire la suite :lefigaro.fr

Tagués avec : ,
Publié dans société
5 commentaires pour “« Question urgente posée par le tourisme de masse: où faire pipi à Paris ? »
  1. NO COMMENT dit :

    S’il faut maintenant lire le Figaro…….

    • André Mamou dit :

      Le Figaro a posé une bonne question ! A Paris il faut trouver un café qui puisse vous accueillir en urgence , le temps que vous descendiez un escalier malaisé et que commandiez un café pour ne pas être mal vu !

      • NO COMMENT dit :

        Sûrement! Mais la question se pose pratiquement dans toutes les villes de l’hexagone. Où que l’on soit, la seule solution est, je le confirme, de rentrer dans un bar. Souvent après avoir commandé un café pour ne pas se voir refuser l’accès aux toilettes salvatrices, je le payais et le laissait sur le comptoir pour éviter l’insomnie.
        Voilà peut-être le seul domaine où l’on peut parler de sexe faible, tant les femmes sont encore plus démunies que la gent masculine, qui se permet d’arroser un arbre ou un mur à l’écart…..

  2. avner dit :

    pourrait on éviter de mentionner le figaro ce torchon anti israelien et subluminalement anti semite par antisionisme interposé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter