Les graines aux oiseaux et la barbarie aux humains, par Michelle Chabelski

Tolérance et tempérance sont des mots qui vont très bien ensemble…

Enfin, pas pour tout le monde,.

publicitÉ


Les bouchers du Nord sont contraints d’embaucher des vigiles pour protéger leurs vitrines.

Contre des manifestants ?
Contre des cailleras ?

Vous n’y êtes pas.
Vous voyez le mal partout.

Non.
Contre des gens qui n’aiment pas la viande.
Des vegans.

Quand j’étais petite, on forçait la ration de viande supposée donner des forces et entretenir la santé.

Il semble que l’absence de viande donne encore plus de forces.
Et rende violent.

Des avaleurs de courgettes vivantes ont décidé d’attaquer les boucheries.

Moi je trouve ça bien.

C’est vrai, c’est assommant, les gens qui ne pensent pas et ne vivent pas comme vous.

Pour aller plus vite, on attaque, on frappe, on caillasse.

Si t’es chômeur ou que tu bosses au black, on te laisse tranquille.

Mais si t’es boucher, que tu paies les traites de ton magasin, tes impôts et les études de tes enfants, on  démolit ton outil de travail.
Logique.

Bientôt, haro sur les magasins de pompes, de vêtements de cuir…

La révolution est en marche.

Et elle est au bout du marteau qui cogne.

C’est vrai, les marchands de vaches mortes  sont des complices d’agissements mortifères.

Bientôt une milice des assiettes..

Une entrecôte ?
Huit jours de cachot.

Une côte de bœuf ?
Un mois.

Le feu aux abattoirs et des parcs à vaches le long des périphériques.
Elles couleront des jours tranquilles à regarder passer les bagnoles électriques. C’est plus gai que les trains.

Et on continuera de peler à vif des carottes sans défense, des pacifiques concombres et d’innocentes patates.

Brrr…

La dystopie se prépare. Un monde enfin compréhensible fait de gentils et de méchants.

Avec des auto confessions à la clé.

Je n’ai rien contre les vegans, les tueurs de merlans et autres éleveurs de poulets dépressifs.

Mais je suis heureuse d’avoir passé le plus gros de ma vie dans un monde où on ne régentait pas la bouffe de manière totalitaire…

Les graines aux oiseaux et la barbaque aux humains.

Les avancées scientifiques montrent que on peut subtilement modifier la répartition..

Peut-être l’habitat aussi.
On vivra dans des cabanes en carton recyclé.

L’essentiel étant de se conformer au modèle unique mis en place par des esprits supérieurs bien pensants..

La mise à mort du bbq  dont on fera des autodafés.

Hum !
Bon appétit Messieurs !!!

Que cette journée vous offre un dernier rosbif ou une ration de graines de courge, du moment qu’elle vous voit heureux..

Je vous embrasse

Michelle  Chabelski

Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…